Anomalies, non-conformités, excès d’eau : gare au foie gras !

A LA UNE

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions britanniques Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Les amoureux du foie gras doivent être sur leurs gardes. Une enquête de la DGCCRF révèle ainsi que de nombreux blocs du célèbre mets festif analysés ne sont pas conformes et peuvent tromper le consommateur.

Des foie gras trompeurs pour les petits budgets

Une publication d’une enquête menée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a été mise en ligne le 23 décembre 2019 sur le portail du ministère de l’Économie. Réalisés en 2018, les travaux ont été rendus public à un moment critique, soit deux jours avant Noël, et se sont penchés sur la « Qualité des produits de la filière des palmipèdes à foie gras ». Et le bilan est peu reluisant !

L’enjeu était alors, selon la DGCCRF, de « vérifier la loyauté des informations présentes sur l’étiquetage des produits issus de palmipèdes à foie gras » et de « contrôler la composition de blocs de foie gras sans morceaux et des conserves à base de confit. » Or, il s’avère que, « si la réglementation est globalement bien respectée, les faits de tromperie à l’égard du consommateur et les anomalies d’étiquetage sont les principaux manquements constatés. » Avec pour principales victimes des fraudeurs, une nouvelle fois, les consommateurs. Tout particulièrement ceux dont les moyens financiers ne leur permettent pas de se tourner vers du foie gras de qualité.

Anomalies et non-conformités nombreuses

Avec deux épisodes d’’Influenza aviaire (infections virales hautement contagieuses des oiseaux sauvages et captifs) en 2016 et 2017 dans le sud-ouest de la France, la production de canards gras a été considérablement réduite. De quoi pousser certains acteurs mal intentionnés de la filière à s’adonner à des pratiques commerciales trompeuses à l’égard du consommateur mais aussi à ne pas respecter les normes de commercialisation imposées.

Une tendance confirmée par l’étude de la DGCCRF qui précise que, sur les près de 70 établissements contrôlés (parmi lesquels des exploitations agricoles, des supérettes mais aussi des établissements industriels), un taux d’anomalies de 14,5 % est à déplorer. Dont un tiers représentent des faits de tromperie à l’égard du consommateur. L’étiquetage est également mis en cause. Au total, 31 % des établissements contrôlés ont présenté au moins une anomalie.

Par ailleurs, les laboratoires de la DGCCRF, sur les 35 prélèvements analysés, en ont déclaré 17 comme étant non conformes tandis que 2 étaient « à surveiller ». Au total, c’est donc un peu glorieux taux de non-conformité de 54 % qui était à déplorer.

Des excès d’eau fréquents

Les consommateurs doivent également se méfier des dénominations interdites concernant les préparations à base de foie gras : « pâté au foie gras », « mousse au foie gras » ou « foie gras de canard entier mi-cuit à la figue » sont autant de noms inappropriés car la dénomination des préparations de charcuterie ne peut pas faire référence au « foie gras » et le décret ne prévoit pas de fruit en tant qu’ingrédient.

En définitive, ouvrez l’œil avant d’acheter votre foie gras. Et bon appétit tout de même !

AK

Crédit photos : Pixabay (Pixabay License/carineva)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Eric Zemmour : « La guerre civile a déjà commencé. Lorsqu’on égorge un professeur dans la rue, cela s’appelle comment ? »

Eric Zemmour : « Si les militaires parlent comme ils le font c’est que la situation est gravissime (…)...

Cyclisme. Taco Van Der Hoorn, à l’ancienne, remporte la 3ème étape du Giro !

Les équipes de sprinteurs se sont faites piéger, et on ne peut qu'être content, dans un cyclisme de plus...

Articles liés

Téléconsultation. La Répression des fraudes signale des « anomalies » sur près d’un quart des plateformes

Plusieurs opérateurs de téléconsultation, dont l'activité s'est accrue en 2020 avec la pandémie, ont été épinglés par la direction générale de la concurrence, de...

Réveillon du Nouvel An et tyrannie sanitaire : ce qui est interdit ce soir

Contrairement au soir de Noël, pas de dérogation pour le Nouvel an ce 31 décembre : le couvre-feu reste en vigueur et les déplacements...

Seul le soir de Noël, un homme de 94 ans a appelé la police pour trinquer avec lui

Vivant loin de sa famille et de ses enfants, un italien de 94 ans a appelé les Carabiniers le 25 décembre dernier pour leur...

Fils de policiers et musulman, il se fait agresser pour avoir fêté Noël

Un jeune homme musulman, habitant à Belfort, a été agressé après avoir posté des photos de son repas de Noël sur les réseaux sociaux....