Vers la plus grande manifestation pour l’indépendance de l’Écosse jamais organisée ce samedi, à Glasgow ?

A LA UNE

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Les organisateurs de la marche pour l’indépendance prévue ce samedi en Écosse prédisent que ce sera le plus grand événement de ce genre jamais vu en Écosse. Selon la direction de All Under One Banner (AUOB), jusqu’à 300 000 personnes pourraient se présenter pour la marche et le rassemblement à Glasgow le 11 janvier.

L’estimation est basée sur le nombre de personnes qui ont annoncé leur venue sur les réseaux sociaux. La page Facebook de l’organisation regroupe 60 000 déclarations de personnes qui annoncent s’y rendre – trois fois le nombre de personnes qui ont dit qu’elles allaient participer à la dernière marche d’Édimbourg qui avait attiré environ 200 000 personnes.

« Il n’y a aucune garantie, mais tous les indicateurs sont là pour que ce soit la plus grande marche de l’histoire écossaise. » expliquent les organisateurs. Des organisateurs qui estiment que les récentes élections générales, qui ont ramené les Tories au pouvoir à Westminster, ainsi que la menace du Brexit, rejeté en Écosse, incitaient les gens à s’engager en faveur de l’indépendance et à exiger du gouvernement écossais de faire pression pour un autre référendum sur l’indépendance.

« Le gouvernement écossais doit aller de l’avant et aller jusqu’au bout, mais nous sommes un peu inquiets car certains députés veulent temporiser. Nous voulons qu’ils se battent et qu’ils fassent pression ; nous voulons plus que des mots. Tout le monde est en colère contre le Brexit et contre les Tories, mais nous ne sommes pas non plus satisfaits du SNP, en toute honnêteté » déclare Neil Mackay de AUOB.

Le vice-président du SNP, Keith Brown, s’exprimera lors du rassemblement qui devrait ne durer qu’une heure avant que la marche ne démarre. La marche commencera à Kelvingrove Park et traversera le centre-ville, empruntant la symbolique Union Street et longeant la Clyde pour être visible depuis l’autoroute, avant de se terminer à Glasgow Green.

Le journal nationaliste écossais The National Scott a recueilli un témoignage, celui d’un père de famille qui participera à sa toute première marche pour l’indépendance, alors qu’il avait voté non au référendum en 2014. Un ancien militant de gauche, estimant qu’internationalisme et nationalisme ne sont pas incompatibles, et désirant œuvrer pour « une société inclusive »…

« J’ai voté non parce que je travaillais beaucoup dans le nord de l’Angleterre et je pensais que sans nous, ces communautés seraient réduites à néant. J’ai pensé que je ne pouvais pas voter oui en toute bonne conscience mais je me suis rendu compte que si nous voulons avoir un avenir, nous devons être indépendants. J’ai cinq enfants âgés de 15 à 23 ans et nous devons faire cela pour leur avenir. J’ai un peu honte d’avoir voté non, mais nous avons besoin de gens comme moi pour être indépendants. Bien sûr, nous ne pouvons pas nous arrêter là, mais une fois que nous aurons cette indépendance, nous pourrons commencer à transformer la société (…) Mon fils m’a dit qu’il ne voyait pas d’avenir pour nous au Royaume-Uni. Il a dit qu’il ne se sentait pas britannique, qu’il se sentait européen et qu’il regardait avec horreur ce qui se passe ici. Cela n’a pas de sens pour lui. Une de nos filles a aussi dit que cette marche était historique et que nous devions prendre position. Nous devons y aller parce que si nous ne le faisons pas, ils vont dire que c’est juste une minorité qui veut l’indépendance mais vous ne pouvez pas dire ça avec 300 000 personnes mobilisées ».

La marche et le rassemblement auront lieu un peu plus de deux semaines et demie avant que l’Écosse ne quitte l’Union européenne – avec le reste du Royaume-Uni – le 31 janvier, malgré le fait que 62 % des électeurs écossais soutiennent le maintien dans l’UE.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Cyclisme. Le Tro Bro Léon, c’est dimanche, avec Barguil, Gaudin, Gilbert, Laporte…

Place à la 37e édition du Tro Bro Leon dimanche 16 mai, le  "Paris-Roubaix breton". Ce sera la 4ème manche...

Régionales 2021. Qui sont les candidats en Pays de la Loire ?

Après nous être intéressés à la Bretagne administrative concernant les élections régionales 2021, poursuivons avec les Pays de la...

Articles liés

Faut-il se réjouir de la victoire des nationalistes en Ecosse ? [L’Agora]

Faut-il se réjouir de la victoire des nationalistes en Écosse ? Une fois passée l’euphorie d’un week-end triomphant notamment chez ceux qui espèrent que la...

Ecosse. Après leur victoire aux élections, les nationalistes demandent un référendum sur l’indépendance

Lors des élections de la semaine dernière en Ecosse, le Scottish National Party (SNP) rate de peu la majorité absolue, comme nous l'avions indiqué,...

Elections en Ecosse : La majorité pour le SNP ne tient qu’à un fil

Lors des élections en Ecosse, le SNP (parti nationaliste écossais, de gauche) a remporté trois sièges clés, mais ses espoirs d'obtenir une majorité globale...

Pays de Galles. Les travaillistes remportent 30 sièges et une majorité au Parlement gallois. Echec pour le Plaid Cymru

A l'occasion des élections du moi de mai 2021 au Royaume-Uni, concernant le Pays de Galles, les travaillistes ont remporté 30 sièges au Parlement...