Pour une nouvelle édition des Dubliners de James Joyce, avec Valérie Bénéjam

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

En 1914 paraît le recueil de nouvelles d’un jeune écrivain irlandais alors peu célèbre, James Joyce, Les Dubliners.

L’écriture en était achevée depuis 1907. Mais pour surmonter les réticences des maisons d’édition, Joyce a dû accepter de récrire quelques pages jugées trop choquantes, et l’éditeur lui a imposé une ponctuation plus conventionnelle, en particulier pour les dialogues. En 1967 et 1993 paraissent deux éditions critiques, dans lesquelles la ponctuation d’origine n’est toujours pas respectée.

« En étudiant les origines de cette ponctuation spécifique et ses enjeux narratifs, je montrerai la nécessité d’une nouvelle entreprise éditoriale, plus conforme au projet littéraire de l’auteur » explique Valérie Bénéjam, qui intervenait à l’Université de Nantes à ce sujet. Valérie Bénéjam est maître de conférences au Département d’études anglaises à l’Université de Nantes.

Gens de DublinLes Gens de Dublin ou Dublinois (Dubliners) est un recueil de nouvelles publiées en 1914 qui préfigure l’œuvre monumentale dans laquelle, bientôt exilé volontaire, James Joyce ne cessera jamais d’évoquer sa ville natale de Dublin. Imprégnées tantôt de dérision, tantôt de sadisme latent, de brutalité ou d’humour, leur modernisme tient surtout au regard détaché, ironique, parfois cruel, mais toujours implacablement lucide, que l’écrivain pose sur ses personnages. Car ces derniers ne sont, en définitive, que le produit d’une société dont il évoque les frustrations, issues d’un étroit conformisme social et religieux.

Bien que plusieurs œuvres de James Joyce illustrent la riche tradition de l’Église catholique romaine, la nouvelle Araby conte sa désaffection envers l’Église et la perte de sa foi. La dernière histoire, la plus connue, Les Morts, a été mise en scène par John Huston dans son dernier film achevé en 1987, Gens de Dublin (The Dead). Il existe au moins cinq traductions françaises, celle d’Yva Fernandez, en collaboration avec Hélène du Pasquier et Jacques-Paul Reynaud, ainsi que celles de Jean-Noël Vuarnet, de Pierre Nordon, de Benoît Tadié et, dans la Bibliothèque de la Pléiade, de Jacques Aubert.

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Cyclisme. Gino Mäder remporte la 6ème étape du Giro

La sixième étape du Giro 2021 s'est déroulé le jeudi 13 mai, première étape s'achevant par une ascension... ce...

Articles liés