Le patron de la CGT Philippe Martinez briseur de grève à Radio France ?

A LA UNE

Isabelle Le Callennec (Hissons haut la Bretagne) : « être la région du plein emploi durable, d’une transition écologique aboutie, d’une cohésion sociale à...

La campagne électorale pour les élections régionales bat son plein. Après avoir interrogé Daniel Cueff (« Bretagne ma vie...

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Philippe Martinez s’est-il fait briseur de grève en se faisant interviewer sur France Culture par Guillaume Erner le jeudi 15/01 à 8h19 ?

En effet, depuis le 5 décembre dernier, médias, commentateurs et politiques consacrent  une grande partie de leur temps d’antenne à la grève contre la réforme des retraites, initiée en particulier par Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT.

Au contraire, celle du personnel de Radio France lancée le 25 novembre dernier également sous l’impulsion de la CGT contre le plan d’économies de la direction et la réduction du nombre de salariés des radios du groupe est rarement évoquée. Pourtant, elle dure depuis plus longtemps et entraîne la suppression de nombreuses émissions.

Or, mercredi 15 janvier, les auditeurs matinaux de France Culture ont pu constater à partir de 6 heures le remplacement par un programme musical des émissions suivantes : le réveil culturel à 6h03, le journal des idées à 6h40, les enjeux internationaux à 6h45, l’humeur de Guillaume Erner à 6h57, la question du jour à 7h13, le reportage de la rédaction à 7h24.

A 7h35, ces mêmes auditeurs ont pu retrouver le fil de leurs émissions avec la revue de presse internationale suivie de l’invité des matins sur l’affaire Carlos Gohn, du journal de 8h, du billet politique de 8h15, puis d’un nouvel invité en la personne de Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, laquelle est à l’origine de la grève des personnels de Radio France, pour parler de celle sur la réforme des retraites à l’invitation de Guillaume Erner. Mais dès 9h06, les interruptions d’émission avec la suppression du cours de l’Histoire reprenaient.

Comment peut-on interpréter cette présence un peu incongrue de Philippe Martinez sur une radio en grève ? En y participant, ne porte-t-il pas atteinte à tous les personnels de Radio France qui exercent leur droit de grève en refusant de faire fonctionner l’entreprise?

Au final, Philippe Martinez serait-il un briseur de grève?

Thierry Monvoisin

Crédit photo : Flickr (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Voyager en train pour pas cher en Europe ? C’est possible

La fin de l’état d’urgence en Espagne rétablit la liberté de déplacement entre les régions, et coïncide avec la...

Marion Maréchal : les confidences d’une patriote

Marion Maréchal parle rarement d'elle, de son parcours, de sa personnalité. Pour Livre Noir elle s'est exceptionnellement prêtée à...

Articles liés

CGT. Quand la colère des salariés ne fait plus recette

Comment se portent les effectifs de la CGT en ces périodes de grèves à répétition ? Plutôt mal si l’on en croit les chiffres. Le...

Nantes. FO et la CGT annoncent une chaude rentrée sociale

09/09/2016 – 06H15 Nantes (Breizh-info.com) - Moins de 2500 personnes étaient réunies à Nantes le 7 septembre sur l’esplanade des anciens chantiers Dubigeon  -...