Nantes. Incendie à la discothèque le Royal : la piste d’un règlement de comptes ?

A LA UNE

Self défense financier pour investisseurs et petits épargnants. Et si vous tentiez la stratégie Alpha ? [Interview]

Nous avons annoncé récemment la parution, aux éditions Cultures et Racines, du livre « LA STRATÉGIE ALPHA : LE...

Bien avant le Covid-19. Comment l’Europe a-t-elle fait face à la Peste noire ?

Il est utile de rappeler d’abord ce que fut la Peste Noire. Une épidémie d’ampleur colossale qui toucha une...

Mickaël Mary : « J’ai souhaité proposer un panorama de la grande richesse naturaliste en baie du Mont St Michel »

Inscrits au Patrimoine Mondial de l'UNESCO depuis 1979, le Mont-Saint-Michel et sa baie sont une destination touristique incontournable qui...

Anne-Sophie Chazaud : « En France, la pensée dite progressiste contient en son sein un ferment puissamment liberticide »

Anne-Sophie Chazaud, philosophe et essayiste, a publié il y a plusieurs semaines un livre important, « Liberté d’inexpression: nouvelles...

Covid-19. Toujours pas de vraie 2ème vague en vue mais un rebond saisonnier d’ampleur limitée pour l ‘Europe et les USA

Au niveau planétaire, si la contamination progresse principalement en Europe, la courbe générale des décès ne permet pas encore...

Dans la nuit du 21 au 22 janvier vers 00h25, la discothèque le Royal, située dans une ruelle entre le quai de la Fosse et la butte Sainte-Anne, à Nantes, a été dégradée par un incendie criminel.

Ce dernier, allumé par plusieurs individus, a détruit le porche d’entrée et a léché le mur de l’établissement. Attribué à « des clients refoulés » par le gérant, il serait en réalité lié à un règlement de comptes.

Un voisin alerté par le bruit a repéré « plusieurs individus vêtus de noir » qui quittaient les lieux précipitamment en direction de la butte Sainte-Anne après avoir mis le feu au porche ; ils avaient avec eux un bidon de 15 litres d’essence. Auparavant, ils ont essayé sans succès de forcer l’entrée avec un pied de biche.

Le gérant a affirmé à nos confrères d’Ouest-France que ce sont « des personnes refoulées qui sont venues se venger ». Une hypothèse qui « ne tient pas une seconde » selon un proche du dossier : « les incendiaires étaient venus équipés, et s’ils avaient réussi à ouvrir la porte, ils auraient répandu l’essence partout dedans avant d’y mettre le feu. Ils étaient venus pour détruire l’établissement. Ça n’a rien à voir avec des clients à qui le staff ou le videur aurait mal parlé ».

Un « petit incident » ?

D’ailleurs, la gérance, qui parle d’un « petit incident » pour annoncer la réouverture ce vendredi, n’a visiblement pas l’intention d’attirer l’intention sur cette affaire. Sur internet, un avis de novembre 2019 mentionne un « videur super violent ! : Pour une suspicions de vols moi et ma copine nous avions étais rouer de coup (hématome gazer lunette cassé insulte ma copine de tout les nom..) j’informe que une plainte de la pars de ma copine est mise et pour ma par j’ai mis une main courante . je ne peux laisser ça sans suite ».

En décembre 2015, un client de l’établissement avait été lourdement tabassé par les deux videurs, au point de finir à l’hôpital, le visage tuméfié. L’établissement s’était justifié en parlant d’une « relation sexuelle dans les toilettes » puis « d’une bagarre » où « un client a agressé directement le patron en lui mettant une droite ».

La boîte de nuit – qui appartient à la SARL BR Ouest – est dirigée pas deux patrons. Le premier a aussi un fonds de transport de voyageurs par taxis, en location gérance. Le second, qui a passé sa jeunesse à Saint-Herblain, a quatre entreprises à son nom entre Nantes et la Vendée, dont deux SCI, GREZ et ZREG à Chantonnay, et un kebab dans la même ville, qui a été liquidé judiciairement en octobre 2015, moins de six mois après avoir été mis en location gérance.

Il a eu aussi deux établissements de restauration rapide, tous fermés, un à Chantonnay (fermé en décembre 2015), l’autre 4 rue Louis Blanc à Nantes (fermé en  2001) – à l’emplacement actuel de Las Tacos.

Un connaisseur averti de la nuit nantaise, a un autre avis sur la question ; « la cause de l’incendie du Royal est à chercher dans l’entourage des deux patrons, qui sont durs en affaires et qui n’ont pas une super mentalité ; ça ce n’est guère apprécié ; ils ont déjà eu des conflits avec les quartiers de Nantes ». 

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Les escape game d’Ille-et-Vilaine tentent un recours en justice face à l’obligation de fermeture

Après les salles de sports il y a quelques semaines, ce sont aujourd'hui les escape game d'Ille-et-Vilaine qui tentent...

Eric Zemmour : « Erdogan est le révélateur d’un conflit de civilisations »

Eric Zemmour : « Erdogan nous ramène à notre statut de chrétien, Erdogan est le révélateur d’un conflit de...

Le Salon d’art de Saint-Aignan-de-Grandlieu : à découvrir en un temps d’isolement !

Chaque année Saint Aignan de Grand Lieu, petite commune aux confins du Pays de Retz en Loire Atlantique organise un «  Salon d’art »,...

Santé. Peut-on vraiment se débarrasser des acouphènes ?

Les acouphènes perturbent la vie de millions de personnes en France, dont une partie avec des formes sévères. Quelles causes et quels remèdes face...

Comptalib. L’avenir du logiciel comptable pour les entrepreneurs ?

Comptalib, est un logiciel en ligne qui entend venir en aide à tous les entrepreneurs et experts-comptables en balisant tout le parcours de la...

Pour le tribunal d’Auch, décrocher le portrait d’Emmanuel Macron relèverait de la liberté d’expression

Le tribunal de grande instance d’Auch a relaxé les cinq prévenus qui étaient poursuivis pour vol en réunion après le décrochage de trois portraits...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -