RIP Terry Jones : quand les Monty Pythons se moquaient de la rhétorique anticolonialiste

A LA UNE

Terry Jones, l’un des 6 Monty Pythons, est parti rejoindre Graham Chapman, l’interprète de Brian. Seul Gallois de la bande, Jones avait comme ses camarades un côté Vieille Angleterre sortie des meilleures écoles – Oxford ou Cambridge au choix.

L’un des faits majeurs de la carrière de Terry Jones est d’avoir mis en scène la Vie de Brian (1979). Dans cette version parodique et bien informée des Evangiles, aucune absurdité n’est épargnée, y compris les vaches sacrées gauchistes des seventies. C’est ainsi que les humoristes anglais y présentent la Terre Sainte comme une colonie en lutte contre « l’Etat impérialiste romain » – sauf que les Monty Pythons adoptent le point de vue des…Romains. Un raisonnement par l’absurde qui n’a pas pris une ride, aujourd’hui que l’idéologie décoloniale fait son retour.

Dans cette scène, on assiste au meeting d’un groupuscule anti-romain : les Romains, qu’ont-ils fait pour nous ?

Terry Jones : un érudit qui pratiquait la vulgarisation par l’humour

L’autre fait d’armes de Terry Jones et des autres Monty Pythons, c’est d’avoir réalisé une version comique de la légende arthurienne : Sacré Graal (1975). Le roi Arthur y rencontre un antifa anarcho-syndicaliste particulièrement coriace. http://www.cnt-f.org/video/videos/51-fiction-longs-et-courts-metrages-animations/401-tele-poissons-paroles-de-manants-contre-paroles-de-roi

Derrière le comique se cachait l’envie pour les Monty Pythons de revisiter les grands classiques – avec peut-être l’idée de s’appuyer sur eux pour surmonter leur propre nihilisme. Terry Jones a de ce point de vue beaucoup œuvré. Spécialiste reconnu de la civilisation de l’Angleterre médiévale, il a réalisé plusieurs documentaires pour la BBC sur ses sujets de prédilection : la naissance de l’Angleterre sur les ruines de l’Empire romain (Barbarians, 2002), les Croisades (Crusades, 1995) ou la société médiévale (Sacré Moyen Age, 2002), parmi d’autres.

Sacré Graal, avec son mélange des genres et son érudition, a beaucoup influencé Alexandre Astier, le créateur de la série Kaamelot. Le roi Arthur n’est pas tout à fait mort.

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« J’ai fait l’amour avec le diable ». Pourquoi des Catholiques se sont opposés au concert d’Anna Von Hausswolff à Nantes

Le 7 décembre 2021, de nombreux fidèles catholiques, beaucoup de jeunes, se sont rassemblés devant l’église Notre-Dame du Bon-Port...

Gwern-ar-Sec’h : Mohammed ha Rizk pennoù bras an trafikerezh dramm

Kondaonet eo bet c'hwec'h paotr d'ar meurzh 07 a viz kerzu gant lez-varn Roazhon evit trafikerezh drammoù. Etre Gwern-ar-Sec'h (Bro...

Articles liés