Michael Stone (UDA). « C’est un policier de la RUC qui m’a donné un pistolet qui a servi au massacre de Milltown »

A LA UNE

L’auteur du massacre du cimetière de Milltown, Michael Stone, a déclaré au médiateur de la police que l’arme utilisée dans l’attaque lui avait été donnée par un officier du RUC (Royal Ulster Constabulary ou police royale d’Ulster) qui faisait également partie de l’UDA (Ulster Defense Association, groupe paramilitaire loyaliste).

Cependant, le loyaliste – qui purge une peine de 30 ans de prison pour une série de meurtres liés aux Troubles en Irlande du Nord – insiste sur le fait que son contact dans la police n’avait aucune idée de l’usage qui serait fait du revolver Ruger, revolver qui a fini par être saisi par les républicains qui ont poursuivi Stone après le massacre du cimetière.

Le tueur de l’UDA affirme également que Seanna Walsh, vétéran de l’IRA, qui faisait partie de ce groupe, a essayé de lui tirer une balle dans la tête avec l’arme mais que celle-ci s’est enrayée. M. Walsh, aujourd’hui conseiller du Sinn Féin à Belfast, a refusé de répondre aux demandes de renseignements de Sunday Life concernant cette allégation. Ce dernier, originaire du quartier républicain de Short Strand, a fait 21 années de prison en tant que membre de l’IRA (à Maze notamment) et a été libéré en vertu des accords du Vendredi saint.

L’officier du RUC qui, selon Stone, lui a fourni le Ruger, s’est suicidé de manière suspecte en 1989, l’année suivant l’attaque de Milltown qui a fait trois morts. Son nom a été transmis au médiateur de la police. Lorsqu’on lui a demandé si ses enquêteurs se sont réunis et ont pris les déclarations de Stone, un porte-parole du bureau de Marie Anderson a déclaré « Nous parlons souvent à toute une série de personnes lorsque nous suivons des pistes dans nos enquêtes. Ces discussions sont confidentielles et nous ne souhaitons pas identifier en public les personnes qui nous ont fourni des informations. »

Michael Stone a déjà révélé par le passé qu’un officier du RUC l’avait conduit pour récupérer les armes utilisées lors de l’attaque de Milltown en 1988. Cependant, c’est la première fois qu’il a avoué avoir reçu les armes et les munitions directement d’un policier en service qui faisait également partie de l’UDA…

« Cette coopération, et non pas cette collusion, entre la police et les paramilitaires loyalistes était due au fait qu’ils avaient un ennemi commun. » explique un ami de Michael Stone, aujourd’hui âgé de 64 ans, et qui souffre d’une maladie qui le prive petit à petit de sa faculté à marcher. Une maladie qui l’a poussé dernièrement à affirmer : « Je n’emporterai rien dans la tombe », ce qui laisse entrevoir de nouvelles possibles révélations sur les collusions entre police d’Irlande du Nord (ou armée) et paramilitaires loyalistes durant les Troubles et la guerre civile qui a ensanglanté le pays.

Massacre de Milltown : ce qu’il s’est passé en 1988

Du 6 au 19 mars 1988, la guerre civile en Irlande du Nord prend un tournant particulièrement sanglant. Le 6, à Gibraltar, des agents des forces spéciales britanniques tuent deux hommes et une femme, membres de l’I.R.A., qui n’étaient pas armés, mais préparaient un attentat à la voiture piégée. Le 7, sir Geoffrey Howe, secrétaire au Foreign Office, justifie cette action en affirmant qu’elle a permis d’éviter un « épouvantable acte de terrorisme ». Mais, à Belfast, ont lieu des heurts entre jeunes catholiques et forces de l’ordre.

Le 10, tandis que la tension continue de croître en Ulster, soixante députés travaillistes dénoncent, dans une motion, les circonstances de la mort des trois Irlandais, victimes, selon eux, d’« exécution capitale sommaire ».

Le 16 ont lieu les obsèques des trois membres de l’I.R.A. à Milltown, le cimetière catholique de Belfast. Alors que les forces de l’ordre britanniques se tiennent à l’écart, un protestant isolé, membre de l’UDA (Michael Stone donc) lance des grenades et tire sur la foule, faisant trois morts et une soixantaine de blessés. Il raconte son histoire dans le livre No one shall divide us. À la suite de cette attaque, il se retrouve poursuivi par des membres de l’IRA en civil aux cris de « tuez ce salaud d’orangiste ». Il ne devra son salut qu’à l’intervention, bien plus loin, de la police nord-irlandaise. Condamné à 30 années de prison pour 6 meurtres, il a été libéré en vertu de l’accord du Vendredi saint en 2000, mais est retourné en prison en 2006 pour avoir tenté d’assassiner Gerry Adams et Martin McGuinness à Stormont. Il ne sera pas libérable avant 2024 bien que gravement malade.

Le 19 mars enfin, au cours de l’enterrement à Belfast d’un membre de l’I.R.A. tué lors de la fusillade du 16, deux soldats britanniques en civil, qui se trouvent là par hasard, sont pris à partie par la foule, lynchés et finalement tués par balles. L’I.R.A. revendique cet assassinat qui bouleverse l’opinion et dont Margaret Thatcher dénonce la « sauvagerie révoltante ». En Ulster, catholiques et protestants restent les jours suivants sous le choc de ce déchaînement de violence, tandis que Londres annonce un renforcement des dispositifs de sécurité.

Jusqu’aux accords du Vendredi saint, en 1998, les explosions de violence, débutées à la fin des années 60, se poursuivront, dans toute l’Irlande du Nord, avec des rôles parfois troubles joués par les autorités britanniques, rôles qu’aujourd’hui des enfants de victimes ou des survivants cherchent à comprendre en faisant appel à la justice.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Thorgal est de retour (bande dessinée)

Créée il y a plus de quarante ans, la bande dessinée Thorgal, teintée de fantastique, est aujourd’hui encore la...

Après Josephine, Bécassine au Panthéon ! [L’Agora]

Avec Josephine Baker (1906-1975), c’est un personnage en grande partie fabriqué selon les méthodes du show business qui entrera...

Articles liés