Protection animale. 85 % des Français hostiles à l’abattage rituel sans étourdissement

A LA UNE

La Fondation 30 Millions d’Amis s’est intéressée aux attentes des Français concernant la protection animale. 75 % d’entre eux considèrent que le gouvernement n’agit pas suffisamment sur ce terrain. Ils sont aussi très majoritairement hostiles à l’abattage sans étourdissement.

Protection animale : quelle perception ?

Les Français sont-ils soucieux du bien-être animal ? À travers un sondage réalisée par l’Ifop, la Fondation 30 Millions d’Amis leur a posé la question. Les résultats démontrent que la protection animale prend de plus en plus d’ampleur au sein de la société. Pour Reha Hutin, présidente de la fondation, « jamais la condition animale n’a occupé une place aussi importante dans le débat public. La protection des animaux est devenue un véritable enjeu de société, une préoccupation croissante chez la majeure partie des Français qui réclament des mesures fortes en leur faveur. Encore faut-il une véritable volonté politique ! ».

Mais cette volonté, les personnes sondées la trouve insuffisante : 75 % d’entre elles considèrent que le gouvernement ne prend pas suffisamment en compte la protection animale dans son action. Au niveau local, près de 6 individus sur 10 (59 %) confirment être prêts à voter pour un candidat engagé dans la protection animale lors des prochaines élections municipales des 15 et 22 mars 2020. Au sein de la génération 18/24 ans, ce score atteint même 78 % !

Protection animale : quelles thématiques privilégiées ?

Sur les principales thématiques de protection animale, les attentes des Français sont très marquées. En ce qui concerne l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques, 72 % (+5 point par rapport à 2019) sont favorables à la fin de l’exploitation de ces animaux sauvages. À savoir qu’une pétition pour interdire l’exhibition des animaux sauvages dans les spectacles itinérants recueille plus de 320 000 signatures.

Autres lieux critiqués, les delphinariums. 69 % des Français (+5 points par rapport à 2019) veulent voir la fin de ces établissements qui maintiennent en captivité des orques et des dauphins. Quant à l’élevage intensif, 81 % des Français sont favorables à son interdiction. Ce type d’élevage vise à augmenter la productivité en raccourcissant les phases de croissance de l’animal ou en utilisant des espaces réduits. Dans l’Hexagone, environ 80 % des animaux subissent ce mode d’élevage, « qui nie totalement leur caractère d’êtres vivants doués de sensibilité », souligne dans son communiqué de presse la Fondation 30 Millions d’Amis.

Abattage des animaux : rejet des pratiques halal

Pour ce qui est de l’abattage des animaux, 83 % des sondés se déclarent favorables à ce que les animaux d’élevage soient désormais abattus sur le lieu de leur élevage par des professionnels pour éviter les souffrances liées au transport des animaux et les scandales de maltraitance dans les abattoirs.

Sujet particulièrement d’actualité, pour 85 % des Français, il n’est pas acceptable de cautionner l’abattage d’animaux conscients, quelles qu’en soient les raisons. Un résultat sans ambivalence qui condamne la dérogation visant à autoriser l’abattage sans étourdissement préalable pour raisons cultuelles, musulmanes notamment.

La chasse à courre mal perçue

Par ailleurs, plus de 9 personnes sur 10 (91 %) s’opposent au commerce de la fourrure. Un rejet unanime d’une pratique causant la mort de 100 millions d’animaux exploités puis abattus à cette fin chaque année dans le monde. La fondation précise également que plus de 355 000 personnes ont déjà signé la pétition réclamant la fermeture des fermes à fourrure en Europe.

Autre thème de société discuté, la chasse ! Plus de 8 Français sur 10 (82 %) souhaitent a minima que le dimanche devienne un jour non chassé. Un souhait en augmentation de 28 points en dix ans (54 %). Particularité française, le pays est le seul d’Europe où il est possible de chasser tous les jours de la semaine lors de la saison de chasse.

Quant à la chasse à courre, 76 % des interrogés (en hausse de 1 point par rapport à 2019) se prononcent pour l’interdiction de celle-ci. Au Royaume-Uni, l’un de ses bastions culturels, elle est désormais interdite. Là encore, la Fondation 30 Millions d’Amis a initié une pétition contre ce type de chasse, avec déjà plus de 210 000 signatures récoltées.

Corrida et ventes d’animaux

Sur la question de la tauromachie, 75 % des sondés (+2 points par rapport à l’année dernière) se prononcent pour l’interdiction des corridas en France. La pétition pour interdire définitivement la corrida dans l’Hexagone a déjà recueilli près de 400 000 signatures. Même rejet des Français questionnés concernant les expérimentations animales : 86 % des Français sont favorables à leur interdiction totale dès lors qu’il est démontré que des méthodes substitutives existent. En 2016, près de 2 millions d’animaux ont été utilisés pour la science en France selon le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Enfin, près de 6 personnes sondées sur 10 (59 %) espèrent l’interdiction de la vente d’animaux de compagnie par petites annonces. Par ailleurs, 57 % des Français sont favorables à l’interdiction de la vente d’animaux de compagnie en animalerie.

AK

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Covid-19. Professeur Raoult : « aucune différence significative » entre vaccinés et non vaccinés sur la mortalité [Vidéo]

L'année 2021, tout comme la précédente, a été marqué du sceau du Covid-19. Le directeur de l'IHU de Marseille...

L’Amérique : de la pensée biblique à la pensée unique..

La pensée unique qui ravage le monde occidental est le dernier avatar de la pensée biblique dont l’origine se...

Articles liés