Un château médiéval au cœur de la ville : bienvenue à Angers ! Vous êtes en escale, en déplacement professionnel ou en week-end en Anjou ? Alors la visite du château du Roi René est incontournable !

Le trésor d’Angers contre la menace bretonne

La cité angevine dispose d’un riche patrimoine historique. Les trois incontournables sont certainement « La Maison d’Adam », bâtisse médiévale datant de la fin du XVe siècle, la cathédrale Saint-Maurice, plus ancienne encore car érigée dès le XIe siècle et symbole du style gothique angevin, et, au-dessus du lot, le fameux château.

L’enceinte actuelle, construite à partir de 1230, est le fruit d’une demande de Blanche de Castille, régente du Royaume de France avant que son fils, le futur Saint Louis, ne monte sur le trône. Le site était déjà un lieu clé auparavant pour les populations autochtones, des tombes datant du néolithique, soit plus de 3 000 ans avant notre ère, y ont en effet été découvertes. Les Gaulois et leurs conquérants romains sont, eux aussi, venus s’installer sur cette position dominant la ville et la Maine, idéale pour contrôler les activités commerciales de la rivière… et les éventuelles attaques ennemies ! Les Bretons, d’ailleurs, étaient les plus craints.

L’on peut arpenter les remparts, les tours et les jardins de cette belle forteresse dite « des ducs d’Anjou ».

Des jardins et une tenture gigantesque

Les jardins, justement, sont l’héritage du Roi René, duc d’Anjou du XVe siècle qui voulait faire de sa province le jardin de la France et y menait donc moult expériences botaniques. Les nobles d’autrefois ont laissé la place aux entreprises privées qui ont pris le relais et s’occupent de cet espace naturel de 20 000 m² depuis les années 1950.

La forteresse intrigue et émerveille, d’autant plus qu’elle cache aussi « la tenture de l’Apocalypse » et ses 140 mètres de long, ce qui en fait l’une des plus grandes tapisseries d’Europe.

Commandée en 1375 et illustrant comme vous l’aurez sans doute deviné la Bible et l’Apocalypse selon saint Jean, elle se trouve désormais dans une salle bâtie en 1954 après avoir été laissée à l’abandon pendant de longues années. Elle réchauffa même les écuries quelques temps, d’où son état imparfait.

Le château lui-même regorge de secrets que les guides dévoilent aux visiteurs, du logis royal à la chapelle en passant par la porte des Champs…
Si certains le considèrent comme l’un des châteaux de la Loire, il s’agit plus d’un argument marketing que d’une réalité. En le visitant, on comprend d’ailleurs qu’il est à part, nous faisant voyager plus loin dans le temps.

Il est ouvert tous les jours sauf le 1er janvier, le 1er mai et le 25 décembre. Le prix du ticket d’entrée pour un adulte est de 9,50 € mais l’accès est gratuit pour les moins de 26 ans et les personnes sans emploi (sur justificatif). Angers est accessible en train depuis Nantes, ou en voiture depuis l’autoroute A11 (Nantes) ou la départementale D775 (Rennes).

AR

Crédit photos : Breizh Info
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V