Henri Caporali (Les contes du Graal) : « Depuis 50 ans, les fêtes médiévales se sont multipliées en France »

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Les 18 et 19 juillet 2020 se tiendra la fête des remparts à Dinan, sans doute la fête médiévale la plus connue en Bretagne, incontournable eu égard de sa longévité et de sa programmation. Une fête médiévale sur deux jours qui, depuis sa création en 1983, a fait des émules partout en Bretagne et dans la France entière.

Car le public en France comme en Europe a soif de se replonger dans son passé, dans son histoire, une histoire malheureusement de moins en moins enseignée par l’Education nationale. Pourtant si l’on veut savoir où l’on va, il faut connaitre d’où l’on vient. C’est à cette maxime que s’attachent de nombreuses troupes médiévales, groupes de reconstitution historique, sans qui ces fêtes médiévales qui attirent des foules nombreuses ne verraient pas le jour.

Des troupes, des compagnies, des groupes qui, eux aussi, sont de plus en plus nombreux, et font le bonheur des enfants et des plus grands, dès que le soleil pointe le bout de son nez dans nos contrées et que l’hiver est enfin derrière nous.

Nous avons découvert la troupe Les Contes du Graal en lisant la revue Keltia Magazine. Nous avons donc souhaité découvrir cette compagnie et interroger ses responsables sur leur activité.

Breizh-info.com : Qu’est-ce que la compagnie arthurienne les contes du Graal ?

Henri Caporali (Les contes du Graal) : Notre compagnie propose des animations médiévales pour les événements festifs publics mais aussi privés.

Nous présentons la vie chevaleresque à la fin du XIIe siècle, les temps féodaux et l’essor de l’amour courtois. Cette époque est celle où se développe la légende du Roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde et nos animations visent à faire connaître cette légende.

Faire vivre les récits de la Table Ronde, nous permet d’introduire subtilement le merveilleux et l’imaginaire dans l’Historique. Il est donc possible que Merlin, Dames fées ou Chevaliers mystérieux, s’introduisent dans nos scénettes et créent la surprise.

Plaisir du spectacle vivant, des coutumes féodales et le partage nous motivent. La cohésion de notre groupe est basée sur l’amitié, la présence et le travail régulier (création, répétition, sorties).

Breizh-info.com : En quoi consiste aujourd’hui la reconstitution médiévale ? Que proposez-vous ?

Henri Caporali (Les contes du Graal) : La période médiévale a durée mille ans et s’est prolongée de nos jour sous un imaginaire idéalisé ou l’univers de l’héroïc Fantasy. Chaque troupe a donc adopté l’aspect qui le passionne : combat (béhourd), reconstitution minutieuse, transmission pédagogique, artisanat, musique, fantastique, spectacle…

Nous sommes attachés à cette brillante période de la fin du XIIe siècle, où de grands personnages traversent cette période d’invention et de Croisades : Richard Cœur de Lion, Aliénor d’Aquitaine, Baudoin IV le Roi Lépreux, Chrétien de Troyes, Bernard de Clairvaux. Mais c’est aussi le crépuscule des seigneurs féodaux qui devant la puissance montante des Royaumes se retrouvent dans les valeurs des personnages idéaux des récits Arthuriens.

Nous voulons présenter au public la beauté de cette époque par la richesse des couleurs des décors et des costumes, mais aussi en faisant vivre les récits Arthuriens : Perceval et le graal, Arthur…

Breizh-info.com : Comment est-ce que l’on parvient à constituer une troupe aujourd’hui ? Avec quel budget ?

C’est tout d’abord un rassemblement de personne partageant la même passion pour le même thème. Si les fournitures médiévales se trouvent plus facilement depuis le développement de l’Internet et des salons spécialisés, elles ne correspondent pas toujours à nos besoins. Nous avons donc développé des ateliers de création de costumes et de surtout de décors. Cela nous fait découvrir le travail du bois, la peinture et d’autres techniques anciennes qui font notre identité propre. Mais nous ne maîtrisons pas tout et les forgerons, joailliers, cordonniers… nous permettent de compléter notre équipement.

Si cela coûte cher au début, les premiers contrats permettent peu à peu de rentrer dans nos frais. Mais comme on le dit, « faites de la reconstitution historique, vous n’aurez jamais assez d’argent pour vous droguer ».

Breizh-info.com : Quelles sont les régions les plus sensibilisés à ces spectacles, à ces fêtes médiévales ?

Henri Caporali (Les contes du Graal) : Depuis 50 ans, les fêtes médiévales se sont multipliées au point de se généraliser et dépasse les sites au riche passé historique. S’il y a des fêtes historiques s’appuyant sur des châteaux ou des cités crénelées, de modestes villages rappellent à leurs habitant, la Légende du Seigneur parti en Croisade ou d’une Dame ayant sauvé le château de l’assiégeant.

La Légende Arthurienne née en terres Celtes et portée par un souffle littéraire qui ne s’est jamais démenti, a conquis dès le XIIIe Siècle le monde occidental et a atteint l’Amérique au XIXe siècle. Aussi les événements Arthuriens se déroulent dans toute l’Europe et nous avons été invité à célébrer le Graal en Suisse l’an dernier à Saillon).

Breizh-info.com : Parlez-nous de votre programme 2020 ?

Henri Caporali (Les contes du Graal) : Pour nous adapter à la thématique des manifestations 2019, nous avons créé deux spectacles  « Perceval et le Graal » et « Games of Arthur’s Throne ». Nous allons donc consolider nos prestations lors d’ateliers internes durant les ponts 2020. Notre troupe se rassemblera dans notre clairière fortifiée en Limousin, terre des Plantagenêt.

Par ailleurs nous sommes déjà engagés à Pontoise, Chartes, Balaruc-le-Vieux et Fribourg en Suisse. D’autres dates sont en négociation.

Breizh-info.com : Plus globalement, comment expliquez-vous l’attrait croissant de la population pour le médiéval ? En France mais aussi beaucoup en Europe ?

Henri Caporali (Les contes du Graal) : Quand la période féodale s’est vu décliner, elle s’est projetée dans le monde idéalisé fait de vertus chevaleresques et courtoises des romans Arthuriens. Après une éclipse entre le XVIIe et le début du XIXe siècle, la période féodale idéalisée et romantique s’est popularisée auprès de tous, par les arts, la littérature, puis plus tard par le cinéma.

C’est donc sous les meilleurs aspects qu’elle nous est parvenue, ce qui a permis à chacun de mettre une histoire faites de grands périls affrontés par de preux chevaliers, sur le château ou le clocher abbatial dominant son pays.

Les fêtes médiévales qui ont débuté dans les années 1970 ont à la fois bénéficié de cet engouement du public et du succès de films ou de séries culte. Des troupes sont ainsi nées par mimétisme et ont porté leur message en de nombreux autres lieux, rendant la période médiévale familière auprès d’un public de plus en plus nombreux.

Cet engouement du public qui s’étend à toutes les périodes historiques, comme on peut le voir par la multiplication des émissions TV et des magazines, s’expliquent probablement par l’attachement des gens à leurs racines culturelles dans un monde s’uniformisant. Peut-être mais aussi tout simplement par nostalgie de nos rêves d’enfants de Princesses et de Chevaliers vivant de grandes aventures dans un monde idéal.

Toutes les informations sur la compagnie les contes du Graal ici

Pour télécharger la brochure de présentation (pour éventuellement faire venir la compagnie), c’est ici

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Patrick Buisson interrogé par Charlotte d’Ornellas : « La modernité nous met face à notre propre vide » [Interview]

Patrick Buisson politologue et ancien conseiller personnel du président Sarkozy, publie un nouvel essai qui raconte tout ce que...

Tour d’Italie. Caleb Ewan remporte la 7ème étape du Giro

Deuxième victoire d'étape pour Caleb Ewan (Lotto-Soudal) le 14 mai 2021, à l'occasion de la 7ème étape du Giro....

Articles liés

Tyrannie sanitaire. Saint-Brieuc et Dinan veulent faire tomber le masque !

Ce samedi 24 avril au matin était organisée à Saint-Brieuc, mais aussi à Dinan une nouvelle manifestation contre les mesures sanitaires, à l’appel de...

Dinan et ses remparts, les plus anciens de France

Dinan, ville d’Art et d’Histoire, citadelle médiévale, encore aujourd’hui entourée de ses remparts, les plus importants et les plus anciens de Bretagne. Un patrimoine...

Patrimoine : Dinan, une cité médiévale au charme fou !

Dans les Côtes-d’Armor, entre terre et mer, brume et brouillard, rues médiévales, remparts et château, Dinan ne manque pas de charme. Cette ville de...

La Libre Pensée (extrême gauche) obtient le démontage d’un calvaire à Dinan

Le journal « Le Petit Bleu » rapporte que le tribunal administratif de Rennes a sommé le département des Côtes d'Armor de démonter d'ici...