« Il est temps d’en finir avec l’immigration, pas avec Orbán »

A LA UNE

Ivan Rioufol : « Le temps de la révolte est venu. » [Interview]

Journaliste, éditorialiste au Figaro et essayiste, Ivan Rioufol vient de publier Le Réveil des somnambules - Chronique d'une colère...

Entretien avec le chef de file des élus du Vlaams Belang au sein du Parlement flamand Chris Janssens.

Chris Janssens est député du parti nationaliste flamand de Belgique Vlaams Belang au sein du Parlement flamand, chef de...

Catherine Blein : « Dés que l’on s’exprime un peu hardiment, Marine Le Pen vous vire ou vous rabroue publiquement » [Interview]

Le 10 novembre prochain à 16h à la Cour d'appel de Rennes, se tiendra le procès en appel de...

Après l’attentat de Conflans. La victime, Samuel Paty, dans le collimateur de sa hiérarchie ?

Tout le monde sait maintenant que Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie décapité pour avoir montré des caricatures de Mahomet parues...

Professeur décapité : tué par un Tchétchène, Abdulakh Anzorov, mis à l’index par un prédicateur musulman

Un professeur d’histoire de 47 ans, Samuel Paty, a été égorgé et décapité ce vendredi 16 octobre à Conflans-sainte-Honorine...

Dans une tribune publiée vendredi dernier, la Suédoise Malin Björk, députée européenne de gauche, dit quelque chose de totalement vrai : Les questions les plus importantes à l’ordre du jour actuel de l’Union européenne sont en effet la politique climatique, la migration et le nouveau budget de l’UE.

Mais sur la question de la migration, Björk se lâche totalement au sujet du gouvernement hongrois, premier rempart des Européens face à la menace d’une invasion migratoire totale : elle écrit ainsi qu’il « est temps que le droit de l’UE mette fin à Orbán une fois pour toutes ». En matière d’immigration, l’eurodéputé du Parti de la gauche suédoise veut promouvoir une politique qui mette « les droits des réfugiés au centre des préoccupations« . De plus, en tant que principale négociatrice du Parlement européen pour un système européen de quotas de migrants, elle suggère que l’UE cesse « d’écouter les gouvernements et les politiciens qui ne veulent rien d’autre que d’éloigner les gens de l’Europe », qualifiant la Hongrie et la Pologne de pays « d’extrême droite racistes ».

Cette déclaration a été balayée par le porte-parole du Premier ministre hongrois qui fustige le gauchisme de Malin Björk : « Un politicien suédois d’extrême gauche veut dire au bloc de droite de l’Europe ce qu’il doit faire. C’est tellement étrange que c’en est presque drôle.  La vérité est qu’il est temps d’en finir avec l’immigration, pas avec le Premier ministre Orbán . Bien que nous n’attendions pas d’un député européen suédois de gauche qu’il comprenne pleinement la mentalité des Hongrois, car nous venons de milieux radicalement différents lorsqu’il s’agit de la façon dont nous percevons la migration, M. Björk devrait au moins respecter l’opinion de plus de 98 % des Hongrois qui ont voté contre tout système de quotas d’immigration lors d’un référendum en 2016 »

Et de poursuivre:  « En attendant, le gouvernement hongrois respecte également la position suédoise sur certaines questions qui dépassent largement notre champ de compréhension, comme l’acceptation des mariages d’enfants mais aussi des relations polygames des migrants musulmans ou encore le refus de parler des zones interdites et du lien toujours apparent entre une menace terroriste accrue et l’immigration »

Puis de conclure : « De notre point de vue, il semble bien que la Suède place les droits des autres avant ceux de ses propres citoyens. Si c’est ce que les Suédois veulent, alors c’est ce qu’ils auront (bien que des sondages récents montrant un soutien de près de 30 % aux démocrates suédois opposés à l’immigration indiquent une direction différente). Mais voici le problème : vous ne trouverez pas un seul article d’opinion d’un fonctionnaire du gouvernement hongrois critiquant la Suède pour sa position sur l’immigration. Et nous n’attendons rien de plus que la même courtoisie en retour »

C’est ce qu’on appelle une leçon politique. Skol ofenstrü « Ah ben non jsuis sotte c’est du suédois…»

Crédit photos : Photo d’illustration
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Professeur décapité : les vrais responsables [Vidéo]

Au programme du journal de TVLibertés du lundi 19 ocotobre, retour sur la décapitation du professeur à Conflans-Sainte-Honorine par...

Insolite. Un nouveau couvent ouvre ses portes près de Rennes

Pas courant, par les temps qui courent, un couvent ouvre ses portes près de Rennes. Enfin plutôt renaît car...

Nantes. Florian Le Teuff se voit négocier avec Macron…

Il n’y a pas que le drapeau breton à installer à l’hôtel de ville qui mobilise les militants bretons de Nantes. Il y a...

Nantes. Bagarre dans un kebab : cinq mois ferme et six mois avec sursis

L’enrichissement culturel dote nos faits divers, dans les pays occidentaux, de décapitations, de gangs de violeurs issus du sous-continent indien ou plus prosaïquement de...

Une troisième édition pour le Finistèreman Everial ?

Lancé en 2019 par Stan Thuret, le Finistèreman Everial c'est la rencontre entre le triathlon très longue distance et la course au large. Le...

La gouvernance globale contre les États [L’Agora]

On nomme souvent complotistes ceux qui affirment qu’une minorité active d’individus influence les politiques mondiales pour augmenter son pouvoir. Deux choses sont assez simples à...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -