Libye. Haftar fait alliance avec la Syrie contre la Turquie

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Une délégation officielle du général Haftar s’est rendue hier à Damas pour nouer une alliance défensive et offensive contre la Turquie : cette dernière est en effet engagée dans l’appui des rebelles qui ont tenté d’arrêter l’offensive du gouvernement syrien dans la province d’Idlib, et dans la défense de Tripoli aux côtés des milices du GNA contre l’armée du maréchal Haftar (LNA).

La délégation du maréchal Haftar comptait dans ses rangs non le maréchal, mais le vice-président Abdul Rahman al Hiresh et le ministre des affaires étrangères Abdel Hadi Al Awaij. Bachar el Assad était présent à la rencontre, dont la photo a rapidement été détournée par les milieux pro-turcs sur internet pour proclamer qu’un coup d’état avait été fomenté à Damas par les milieux proches de l’Iran. Ce qui est évidemment faux.


Le maréchal Haftar, qui assiège Tripoli et les cités rebelles de la côte depuis près d’un an, est reparti à l’attaque hier avec la prise de Aziziya au sud-sud-ouest de Tripoli. Le mouvement tournant vers l’ouest continue pour tenter de faire jonction avec les zones déjà tenues par l’armée LNA (armée nationale libyenne) à l’ouest de Tripoli.

En même temps, ce 2 mars, l’armée LNA est repartie à l’attaque sur la ligne de front au sud de Tripoli, dans les quartiers de Zaraa et de Salah al Din, avec des progrès limités et plusieurs dizaines de victimes des deux côtés. En Libye, la LNA qui contrôle 85% du territoire est soutenue et armée par l’Egypte, les Emirats, l’Arabie Saoudite – avec le soutien international de la France, de la Russie et des Etats-Unis, tandis que le GNA est soutenu et armé par le Qatar et la Turquie.

Le mémorandum signé entre la Syrie et le gouvernement de Haftar prévoit à court terme le rétablissement des relations diplomatiques rompues depuis 2012. Plus qu’une normalisation accrue du gouvernement de Bachar el Assad, l’alliance est aussi faite contre la Turquie : l’armée syrienne a mis deux à trois jours pour mettre fin aux attaques des drones d’attaque turcs (notamment les Anka) et repartir de l’avant.

Ce 2 mars, la ville stratégique de Saraqib, au croisement des autoroutes M4 et M5 et à 15 km de la ville d’Idlib, a été reprise aux rebelles djihadistes dans la nuit et la police militaire russe s’y est déployée. Les combats continuent aux confins ouest et nord de la ville, en direction de Nayrab et Sarmin. Les sources syriennes rapportent aussi que le soutien russe ne faiblit pas : outre des missions de bombardement des rebelles en nombre, l’armée russe a déployé des moyens de défense anti-aérienne et anti-drones au sol, sur les pointes de l’offensive syrienne, et pas moins de 8 avions Il-76 ont atterri ce 2 mars sur la base militaire russe de Hmeymim. Par ailleurs deux frégates avec des missiles Kalibr ont passé ce week-end les détroits du Bosphore pour rejoindre l’est de la mer Méditerrannée.

Au sud de la province, dans les plaines d’Al Ghab, l’offensive rebelle semble aussi marquer le pas, alors que le gouvernement syrien annonce la reprise de trois villages (Khazarin, Kafr Mos, Kakawbah) et le reflux des assaillants devant Kafranbel, un de leurs plus anciens bastions (depuis 2012) libéré la semaine dernière. En Libye, le nettoyage des cieux des drones turcs a été effectué encore samedi et dimanche derniers, avec de 6 à 9 drones turcs abattus par des opérateurs émiratis engagés au sein de l’armée LNA.


Louis-Benoît Greffe

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« Jésus est pédé ». Aucun problème pour le Conseil d’Etat

Le Conseil a validé il y a quelques jours, sur la forme, la dissolution de Génération Identitaire. Il vient,...

Articles liés

« Jésus est pédé ». Aucun problème pour le Conseil d’Etat

Le Conseil a validé il y a quelques jours, sur la forme, la dissolution de Génération Identitaire. Il vient, par contre, d'estimer qu'un artiste...

Brest. Les pompiers attaqués dans le quartier de Pontanézen – une note de police demande du discernement pour cause de Palestine et de Ramadan

Dans la nuit du 13 au 14 mai, à Brest, les pompiers ont été appelés pour un feu de voiture, dans le quartier de...

Cyclisme. Gino Mäder remporte la 6ème étape du Giro

La sixième étape du Giro 2021 s'est déroulé le jeudi 13 mai, première étape s'achevant par une ascension... ce qui n'aura rien eu de...

Eric Zemmour : « L’enfer du crack à Paris, c’est d’abord le problème de l’immigration »

Eric Zemmour : « L’enfer du crack à Paris, c’est d’abord le problème de l’immigration. Il y a des quartiers qui sont “le bled”....