Royaume-Uni. Tommy Robinson frappe l’agresseur sexuel présumé de sa fille. Il est arrêté

A LA UNE

Cela ressemble à une véritable persécution visant Tommy Robinson, journaliste et activiste dissident au Royaume-Uni. Ce dernier, qui a multiplié les séjours en prison en raison de son engagement contre l’islamisme mais également contre les viols et trafics de femmes et d’enfants (les fameux « grooming gangs » révélés au grand jour ces dernières années), vient à nouveau d’être arrêté.

Le motif ? Il est accusé de « Common assault » c’est-à-dire d’agression, sur un autre homme. La presse mainstream britannique, qui déteste profondément Tommy Robinson et qui ne manque pas une occasion de le salir et de mettre en danger sa famille (des journalistes révélèrent son adresse par le passé, alors même que les islamistes voulaient le tuer), a d’ailleurs fait ses choux gras de l’affaire. Pas un n’évoque pourtant le fond de l’affaire

L’incident s’est déroulé aux abords d’une piscine du groupe Center Parc, du côté de Woburn Forest, entre Luton (nord de Londres) et Milton Keynes. Pour la presse, Tommy Robinson aurait frappé gratuitement un homme. Pourtant, pas un mot sur les explications données par le principal intéressé.

Ce dernier affirme (et sa petite fille témoigne dans une vidéo) que sa petite fille aurait été tripotée aux fesses par un individu. Ce qui aurait provoqué la colère de Tommy Robinson, qui s’interrogeait à savoir ce qu’un groupe de trois hommes seuls dans la trentaine venaient faire dans une piscine où ne se trouvaient que des familles et des enfants.

Après avoir frappé le prédateur sexuel présumé (qui n’en aurait pas fait autant si sa fille avait rapporté un tel incident ?) et l’avoir neutralisé pour l’empêcher de quitter les lieux, M. Robinson a ensuite appelé la sécurité, puis la police. La femme et la fille de T. Robinson confirmèrent les faits. Mais la police décida d’arrêter… Tommy Robinson, qui se retrouve ainsi être le seul à être poursuivi dans l’affaire, en raison de l’agression du prédateur sexuel présumé.

Ce dernier, placé en garde à vue, a ensuite été libéré sous caution, en attente de jugement, début avril. Dans une vidéo diffusée sur le web, il évoque la nouvelle persécution dont il a été victime.

Si certains journalistes mainstream ne connaissent pas bien en quoi constitue le harcèlement et la persécution dont il est question à tout bout de champ aujourd’hui, il faudrait qu’ils se penchent sur l’histoire de Tommy Robinson, qui subit et résiste depuis 15 ans maintenant, face à un système britannique qui a tout fait pour le persécuter, le tuer économiquement, et même le faire éliminer physiquement en prison.

Pendant ce temps, combien de violeurs d’enfants, de trafiquants de femmes et d’adolescentes, sont protégés au Royaume-Uni au nom de la lutte contre le racisme, et au nom de l’implication probable de certaines élites parmi les bénéficiaires de ces trafics ? Où sont les journalistes qui devraient enquêter librement à ce sujet ?

Vous avez la réponse…

YV

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Covid-19. Des tentatives de suicide en très forte hausse chez les enfants depuis le début de la crise sanitaire

Les tentatives de suicide chez les moins de 15 ans ont connu une très forte hausse depuis le début...

Après #facealarue avec E. Zemmour. Qu’on laisse les musulmans s’appeler Mohammed et les musulmanes porter le voile…! [L’Agora]

Une émission caniveau de plus, cette fois ci sur Cnews ce lundi, avec #facealarue, l'émission qui prétend faire descendre...

Articles liés