Charles de Foucauld, prix de la Bande dessinée chrétienne

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Au festival d’Angoulême, le Prix international de la Bande dessinée chrétienne a cette année été attribué à Foucauld, une tentation dans le désert.

En 1880, riche aristocrate désabusé, le jeune Charles-Eugène de Foucauld de Pontbriand dilapide sa fortune en offrant, à ses camarades de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, de somptueuses fêtes. Il y croise ainsi Philippe Pétain, de la même promotion. Il fume, boit, mais s’ennuie terriblement. Trente-six ans plus tard, pendant la Première Guerre mondiale, il est devenu prêtre puis ermite dans le désert saharien. Venant en aide aux populations locales, il vit dans la pénitence et le dénuement. Kaocen, un chef rebelle local, lui sauve la vie et devient son ami. Mais Ghebelli, un autre chef, veut sa mort. Charles de Foucauld meurt ainsi en martyr à Tamanrasset, en 1916, en pleine rébellion Touareg.

Plutôt que de dresser une biographie exhaustive de Charles de Foucauld (1858-1916), le prolifique scénariste Jean Dufaux (Complainte des landes perdues, Murena, Giacomo C.…) s’intéresse à la fin de sa vie, d’où une ellipse de plus de trois décennies. Saint-cyrien puis officier de cavalerie à la fin du XIXe siècle, il ira au Maroc, quittera l’armée, puis rentrera dans les Ordres en 1890. Il vit avec les Berbères, prêchant l’amour de Dieu non pas par des sermons, mais par son exemple. Il pense que l’évangélisation passe par la compréhension des cultures locales. Charles de Foucauld voit dans la colonisation une mission civilisatrice au bénéfice des populations locales, afin de mieux les évangéliser. Il considère impossible l’assimilation des musulmans tant qu’ils ne deviennent pas chrétiens.

 

Par un dessin d’une grande sensibilité, Martin Jamar (Double masque, Vincent un saint au temps des Mousquetaires) ajoute au récit une véritable touche d’humanité. Sa colorisation lumineuse restitue la chaleur du désert.

Charles de Foucauld a été béatifié en 2005 par le pape Benoît XVI.

 Kristol Séhec

Foucauld, Une tentation dans le désert, Dargaud, 14,99 €.

Illustrations : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Entretien avec le chanteur Christoff (Par Franc Studio)

En complément de l'interview que nous avions réalisé avec le chanteur Christoff, nous vous proposons de découvrir l'entretien qu'il...

Glasgow. Les fans des Rangers fêtent le titre de leur club

En Ecosse, les fans des Glasgow Rangers n'ont pas fêté le titre de champion d'Ecosse (le 55ème) avec demi-mesure....

Articles liés

Comment se prononce le C’h en breton ? – Brezhoneg Bemdez n°48

Le C'h est une lettre à part en breton, que la plupart des Bretons ont du mal à prononcer, mais comment donc prononcer le...