Viktor Orbán au Conseil de l’Europe : « Si vous ne pouvez pas nous aider dans la crise actuelle, abstenez-vous au moins d’entraver nos efforts de défense »

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

Période de crise ou non, la politique suit son cours en Hongrie comme l’expliquent nos confrère du Visegrad Post. Comme lors de la crise des migrants de 2015-2016, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a revêtu son costume de chef de guerre, contraint son opposition à des choix politiques cornéliens et renvoyé (au moins verbalement) les institutions européennes dans les cordes aux yeux d’une bonne partie de l’opinion publique.

À la suite de la mise en place de l’état de danger par le gouvernement hongrois, une polémique a eu lieu entre la majorité et l’opposition, qui a dénoncé la mise en place de mesures qui ferait de la Hongrie une dictature en raison du caractère indéfini dans le temps des mesures prises durant l’état de danger. Ce à quoi le Premier ministre hongrois, avec sa répartie habituelle, a répondu à son opposition qu’il entendait depuis des années que la Hongrie était en dictature, et que ce n’était donc jusqu’à présent finalement pas le cas (à ce sujet, relire l’article de Yann Caspar).

Et malgré la crise sanitaire qui frappe toute l’Union, le conflit entre les institutions européennes et la Hongrie, notamment, continue. En effet, le Conseil de l’Europe de Strasbourg s’est également invité dans ce débat sur la gestion de la crise en Hongrie par le biais de son secrétaire général, Madame Marija Pejčinović Burić. Cette dernière a écrit un courrier à Viktor Orbán dans lequel elle reprend les arguments de l’opposition hongroise sur la durée des mesures prises par le gouvernement.

En réponse, Viktor Orbán s’est également fendu d’une lettre, dans laquelle il a invité Marija Pejčinović Burić à étudier le texte voté par le Parlement hongrois et à le comparer aux mesures par d’autres pays, avant de conclure dans un style pour le moins très sec : « Si vous [le Conseil de l’Europe, ndlr] ne pouvez pas nous aider dans la crise actuelle, abstenez-vous au moins d’entraver nos efforts de défense ».

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des...

Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes...

L'Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe...

Articles liés

Hongrie. Viktor Orbán veut soutenir rock et pop patriotes pour en faire un « ciment d’identité »

En Hongrie, le gouvernement de Victor Orbán a décidé de soutenir financièrement le rock et la pop hongrois afin de promouvoir la culture nationale...

Saint Piran. Des hongrois ont célébré le saint patron de Cornouailles

Voici une histoire insolite : à l'occasion de la Saint-Piran, que l'on fête le 5 mars, des Hongrois passionnés de Cornouailles ont célébré cette...

Eric Zemmour : « Viktor Orbán défend davantage l’Europe en luttant contre l’invasion du sud que la Commission européenne, qui est ouverte à l’immigration…»

Eric Zemmour : « Viktor Orbán défend davantage l’Europe en luttant contre l’invasion du sud que la Commission européenne, qui est ouverte à l’immigration…» Face...

Viktor Orban : « Le PPE est devenu une annexe de la gauche européenne »

Le parti au pouvoir en Hongrie, le Fidesz de Viktor Orban, a annoncé mercredi 3 mars qu’il quittait le groupe du Parti populaire européen...