02290598-photo-russie-map

Bien que confrontée de façon limitée au coronavirus (3 morts), la Russie se met en quarantaine pour une semaine. Lors des « vacances de Poutine », les principales usines, les centres commerciaux et les écoles seront fermées.

Le référendum constitutionnel prévu le 22 avril est repoussé sine die – contrairement à la France qui a maintenu le premier tour des municipales le 15 mars dans une situation sanitaire autrement plus compliquée. Jusqu’au 5 avril, le pays entre en quarantaine – et en vacances, les salaires sont maintenus.

L’impôt sur les offshores augmente, la Russie stocke des masques

Les entreprises qui connaîtront des pertes auront des aides et des remises d’impôt, les redressements judiciaires sont repoussés de 6 mois. Par ailleurs, les aides directes versées pour la Victoire – aux vétérans de la guerre notamment – et aux familles (le capital maternité) seront versées d’ici début mai.

L’impôt sur les sommes d’argents sorties de Russie vers les offshores va passer de 2 à 15%. Les épreuves du bac prévues en mai sont reportées en juin, les loyers commerciaux seront repoussés et les entreprises auront des facilités pour restructurer leurs crédits, notamment en devises étrangères, a annoncé la Banque Centrale russe.

Depuis mi-mars, la Russie monte en puissance ses stocks de masques, de tenues de protection et de tests rapides : encore 1 million de masques et 200.000 tests ont été donnés par le fondateur d’Alibaba – site de e-commerce chinois – Jack Ma et livrés en Russie le 26 mars. La Russie a récupéré aussi par divers canaux plus de 50 millions de masques en provenance de Chine. Le ministère de la Défense est en train de construire 16 hôpitaux de campagne pour les malades du coronavirus, d’ici mi-mai, à proximité des plus grands centres urbains.

Plusieurs entreprises privées se sont mis à tester la population – notamment les laboratoires Hemotest à Moscou. Le ministère de la Santé russe a annoncé ce 27 mars avoir lancé la production de nouveaux tests rapides pour détecter le coronavirus. Objectif : arriver à un minimum de 10.000 tests par jours dans les jours à venir.

Les magasins dévalisés par une minorité de la population

Les Russes, prévenus par leur gouvernement de la mise en place d’une quarantaine partielle qui pourrait durer, selon l’évolution de l’épidémie, jusque fin avril, ont aussi fait des stocks : entre le 10 et le 27 mars, selon la grande distribution, les russes ont acheté 38 fois plus de conserves de viande que d’habitude à la même période, 30 fois plus de surgelés, 29 fois plus de farine (blé, sarrasin), 25 fois plus de légumes.

Cependant une enquête du WCIOM (équivalent de l’INSEE russe) publiée ce 27 mars indique que 87% des sondés n’ont pas fait de courses massives ; cette proportion est plus basse (83%) chez les gens de 18 à 44 ans et (85%) les habitants de Moscou et Saint-Pétersbourg. Pour ceux qui ont déjà fait leurs courses, ils ont acheté en priorité du sarrasin (49%), des conserves (31%), du sucre (27%), des pâtes alimentaires (25%), de la farine de blé dur (25%), du sel (16%), de la viande et du beurre (15%).

Suspension des vols, des boîtes de nuit et des bars à chicha

Le 25 mars, le gouvernement russe a publié une série de décisions liées à l’adaptation du pays au coronavirus. A partir de minuit le 27 mars, les vols charters russes sont arrêtés, sauf pour le rapatriement des ressortissants coincés à l’étranger ; Aeroflot a déjà annoncé avoir arrêté 92 de ses 94 destinations régulières ; les terminaux C, D et E de Sheremetevo, principal aéroport international de Moscou, sont désormais fermés. A partir du 26 mars, toutes les personnes arrivant dans les aéroports russes sont systématiquement testées pour le coronavirus. La compagnie aérienne low-cost Pobeda a annoncé ce 27 mai suspendre tous ses vols du 1er avril au 31 mai inclus.

Dans les régions, il est recommandé aux autorités exécutives d’arrêter le fonctionnement des parcs culturels, des centres commerciaux, des parcs d’attractions, des événements sportifs et culturels, les boîtes de nuit, les cinémas, et les bars à chicha. Au 25 mars, la Russie avait 495 cas de coronavirus (+163 en 24 heures), dont 451 et Moscou et sa région ; 29 personnes ont guéri (+7 en 24 heures).

Le 26, le nombre de cas était passé à 840 le soir, dont 587 à Moscou et sa région, avec 38 guéris. Parmi les nouveaux cas enregistrés en 24 heures au soir du 26 mars, 136 avaient eu lieu à Moscou, 7 dans la région d’Ekaterinburg, 5 à Saint-Pétersbourg, autant à Perm, 4 en Iakoutie, 3 dans les régions de Stavropol, Tatarstan, Cheliabinsk et Krasnoiarsk… la plupart reviennent de pays européens.

Deux patients âgés de 88 et 73 ans sont morts à Moscou du coronavirus le 26 mars ; ils avaient d’autres pathologies pulmonaires. Toujours le 26 mars, un sondage pour Interfax indiquait que 49% des sondés estimaient que le gouvernement faisait correctement face à l’épidémie de coronavirus et 69% sont prêts à sacrifier certaines de leurs libertés, si ça peut aider à limiter la propagation de l’épidémie ; 28% des sondés y étaient catégoriquement opposés.

Moscou et sa région : écoliers et personnes de plus de 65 ans confinés

A Moscou, le maire Sobianine a annoncé le 26 mars que pendant les « vacances de Poutine » seront « fermés tous les établissements de divertissement, les restaurants, les cafés, les centres commerciaux, les parcs », ainsi que la plupart des grands musées de la ville ; les écoliers et les personnes âgées de plus de 65 ans sont priés de ne plus sortir de chez eux et leurs cartes de transport ont été suspendues jusqu’au 5 avril. Il a aussi recommandé « ne pas fréquenter les lieux de culte », ce à quoi l’église orthodoxe a répondu qu’elle maintenait ses messes aux horaires habituels.

Dans la région de Moscou, le 26 mars, le gouverneur a annoncé, par décret le 26 mars, la fermeture du 28 mars au 5 avril, « des restaurants, cafés, cantines, buffets, bars […] les magasins – sauf les pharmacies et les commerces alimentaires, et la vente à emporter – les salons de beauté, les SPAs, les saunas etc » ; des kits de désinfectants et de masques seront distribués aux retraités et aux familles nombreuses (à partir de 3 enfants) dans la région de Moscou.

Des tests massifs ont commencé aussi dans les bases militaires des régions Centre et Ouest. Blablacar, les centres commerciaux Mega et Ikea ont annoncé l’arrêt de leurs services à Moscou et sa région jusqu’au 6 avril, McDonald’s se limitera désormais à la vente à emporter. Les entreprises de vente en ligne maintiennent leurs services. La poste russe conservera désormais les colis 60 jours au lieu de 30.

Ce 27 mars, la mairie de Moscou recommande instamment aux 1.8 millions de personnes de plus de 65 ans – sur une population totale de 12 millions d’habitants – de rester chez eux. Une aide unique de 4000 roubles (50€) leur sera versée par la mairie de Moscou. Par ailleurs, de nombreuses organisations de bénévoles se sont organisées ces dernières semaines à Moscou et dans les principales grandes villes pour faire les courses et les apporter aux personnes âgées confinées.

375 millions d’euros de pertes annoncées pour l’industrie du tourisme

Des mesures similaires à celles prises en Russie ont été mises en place dans plusieurs régions, dont celles de Saratov, Omsk, Pskov, Stavropol, dans le Caucase du nord – où les stations de ski ferment du 28 mars au 6 avril – dans le Kraï de Khabarovsk en Sibérie orientale, en Carélie – où tous les sites touristiques et les marchés sont désormais fermés ; les transports en commun s’arrêtent dans la région du 29 mars au 4 avril. L’union russe de l’industrie du tourisme prévoit 32 milliards de roubles de pertes pour les hôtels et sanatoriums du pays du fait du coronavirus : jusqu’au 1er juin sont en effet fermés les stations de tourismes, les sanatoriums, les camps d’été, les bases de loisir et les pistes de ski.

A Saint-Pétersbourg, le maire a carrément pris un arrêté d’interdiction de se rendre dans les lieux de culte du 28 mars au 5 avril – l’église orthodoxe a annoncé ce 27 mai qu’elle ne ferait pas de recours en justice contre cette décision.

Le 27 mars, le nombre de malades continuait à augmenter doucement, atteignant 1 036 à midi – dans les nouveaux cas enregistrés depuis 24 heures (196 sur l’ensemble du pays), 157 sont à Moscou, 8 dans la région de Moscou, 12 en Crimée – où le patient zéro n’est autre que le principal infectiologue de la république autonome, rentrée d’Espagne et qui n’a pas jugé utile de faire ses 14 jours de quarantaine obligatoire, elle a du depuis démissionner, ses contacts ont été identifiés et confinés – 3 dans la région de Volgograd, 2 en Tchétchénie, 2 en Mordovie, 2 en Oudmourtie, 2 à Samara etc. En tout, 45 personnes ont guéri et 3 sont décédées (toutes à Moscou, âgées de plus de 70 ans). Huit personnes sont en réanimation ce 27 mars à midi.

Louis-Benoît Greffe

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine