Cinéma. 7 films à voir ou à revoir : quand le cinéma grandiose et esthétique nous emporte…

A LA UNE

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Nous poursuivons notre sélection cinéma quotidienne, en cette période de confinement, avec aujourd’hui 7 films, à voir ou à revoir, et 2 maîtres mots : grandiose et esthétique… Le cinéma hollywoodien peut ne pas s’embarrasser de détails historiques ou simplifier à outrance les complexités culturelles. Mais il a au moins une vertu, celle d’être capable de nous emporter dans des fresques magnifiques, de faire vibrer les cœurs sur des scènes épiques, et de nous émerveiller par des prises de vue ou des images de synthèse à couper le souffle.

Petite sélection pour rêver… et se rappeler qu’il se vit parfois des moments historiques où le destin des hommes peut basculer, à condition qu’ils usent de leur volonté. (Clin d’œil à notre actualité de crise sanitaire et économique… il y en eut d’autres au cours des siècles.)

Le dernier samouraï

En 1876, le capitaine Nathan Algren vit avec les souvenirs des batailles sanglantes menées contre les Sioux. Fort de son expérience au combat, il devient conseiller militaire pour le compte de l’empereur japonais soucieux d’ouvrir son pays aux traditions et au commerce occidentaux et d’éradiquer l’ancienne caste guerrière des samouraïs. Mais ceux-ci influent sur le capitaine Algren, qui se trouve bientôt pris entre deux feux, au cœur d’une confrontation entre deux époques et deux mondes avec, pour le guider, son sens de l’honneur.

Une fresque splendide, qui s’inscrit au temps de l’ouverture du Japon lors de l’ère Meiji. Cette époque que l’on présente invariablement dans les livres d’histoire occidentaux comme celle où le Japon se décida enfin à entrer dans l’Histoire, et à intégrer les mœurs « civilisées » des États-Unis et de l’Europe – comprendre économie de marché et individualisme… Un contraste frappant – et très actuel – entre la vacuité d’un mode de vie purement économique, et la noblesse d’une tradition attachée à une éthique stricte, dévouée à la communauté.

En prime, une petite citation : « Pensez-vous qu’un homme puisse changer son destin ? Je pense qu’un homme fait ce qu’il peut, jusqu’à temps que son destin lui soit révélé »… et le révèle, pourrait-on ajouter.

Avatar

Malgré sa paralysie, Jake Sully, un ancien marine immobilisé dans un fauteuil roulant, est resté un combattant au plus profond de son être. Il est recruté pour se rendre à des années-lumière de la Terre, sur Pandora, où de puissants groupes industriels exploitent un minerai rarissime destiné à résoudre la crise énergétique sur Terre. Parce que l’atmosphère de Pandora est toxique pour les humains, ceux-ci ont créé le Programme Avatar, qui permet à des « pilotes » humains de lier leur esprit à un avatar, un corps biologique commandé à distance, capable de survivre dans cette atmosphère létale. Ces avatars sont des hybrides créés génétiquement en croisant l’ADN humain avec celui des Na’vi, les autochtones de Pandora.
Sous sa forme d’avatar, Jake peut de nouveau marcher. On lui confie une mission d’infiltration auprès des Na’vi, devenus un obstacle trop conséquent à l’exploitation du précieux minerai. Mais tout va changer lorsque Neytiri, une très belle Na’vi, sauve la vie de Jake…

Une esthétique sublime et une réflexion on-ne-peut-plus-nécessaire sur notre rapport à la vie et à la nature.

Légendes d’automne

Au cœur des contrées sauvages du Montana, trois frères, Alfred, Tristan et Samuel sont élevés par leur père, le colonel William Ludlow et ses amis indiens. Un jour, Samuel, le plus fragile, présente sa ravissante fiancée, Susannah à sa famille. Les trois jeunes hommes s’engagent dans la Première Guerre mondiale et Samuel décède sur le champ de bataille. À leur retour, Tristan et Alfred se battent pour conquérir le cœur de la belle veuve.

Un grand classique mais tellement grandiose dans ses paysages et ses personnages, à la hauteur de la nouvelle éponyme de Jim Harrison dont il est inspiré.

The tree of life

Jack grandit entre un père autoritaire et une mère aimante, qui lui donne foi en la vie. La naissance de ses deux frères l’oblige bientôt à partager cet amour inconditionnel, alors qu’il affronte l’individualisme forcené d’un père obsédé par la réussite de ses enfants. Jusqu’au jour où un tragique événement vient troubler cet équilibre précaire…

Une œuvre d’art de Terrence Malick… à regarder comme une œuvre d’art ! Ce n’est donc pas le film de divertissement facile, c’est un véritable opéra, une toile de maître, qui appelle à la contemplation… et nécessite une humeur contemplative !

Out of Africa

Après une déception amoureuse, la jeune Danoise Karen décide de se marier et de s’embarquer pour l’Afrique. Vite délaissée par un mari volage, elle se consacre à la culture des caféiers et fait figure de pionnière. Son amitié pour l’aventurier Denys se transformera en amour mais elle ne saura pas retenir cet homme épris de liberté.

Autre grand classique, aux paysages magnifiques et aux destins hors du commun. D’après l’œuvre de Karen Blixen, La ferme africaine.

Troie

Dans la Grèce antique, l’enlèvement d’Hélène, reine de Sparte, par Paris, prince de Troie, est une insulte que le roi Ménélas ne peut supporter. L’honneur familial étant en jeu, Agamemnon, frère de Ménélas et puissant roi de Mycènes, réunit toutes les armées grecques afin de faire sortir Hélène de Troie. Mais en réalité, la sauvegarde de l’honneur familial n’est qu’un prétexte pris par Agamemnon pour cacher sa terrible avidité. Celui-ci cherche en fait à contrôler Troie et à agrandir son vaste empire. Aucune armée n’a jamais réussi à pénétrer dans la cité fortifiée, sur laquelle veillent le roi Priam et le prince Hector. L’issue de la guerre de Troie dépendra notamment d’un homme, Achille, connu comme le plus grand guerrier de son époque. Arrogant, rebelle, et réputé invincible, celui-ci n’a d’attache pour rien ni personne si ce n’est sa propre gloire…

On oublie l’exactitude littéraire, chronologique ou archéologique, on se contente juste d’apprécier ce qu’apporte le cinéma américain, qui a le pouvoir de faire revivre le mythe : la mer vineuse couverte des navires achéens, la poussière de la plaine de Troie imbibée du sang noir des guerriers, les duels entre les héros troyens dompteurs de chevaux et les princes achéens aux beaux jambarts, l’Aurore aux doigts de rose levant son voile de brume au-dessus des remparts d’Ilion…

Sept ans au Tibet

À la fin de l’été 1939, l’alpiniste autrichien Heinrich Harrer, premier vainqueur de la face Nord de l’Eiger et qui rêve de conquérir le Nanga Parbat, sommet inviolé de l’Himalaya, accepte de l’argent nazi pour y planter le drapeau à croix gammée. La guerre éclate. Prisonnier des Britanniques à la frontière de l’Inde, il s’évade. Commence alors la véritable aventure de sa vie: une longue errance qui se termine a Lhassa, résidence du jeune dalai-lama avec qui il se lie d’amitié.

Point de cinéma américain cette fois, mais français, avec cette œuvre superbe de Jean-Jacques Annaud (mais encore du Brad Pitt !).

Le film en entier, gratuitement et en HD ! :

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« N’y va pas». Lettre ouverte à Éric Zemmour [ L’Agora]

Cher Camarade, C’est comme ton Grand Ancien, puisque tu es sorti de la rue Saint-Guillaume promotion 1979 (SP) et moi...

Armée. La réponse d’un militaire d’active à la lettre du général Lecointre

Suite à la publication de la lettre ouverte d'anciens militaires et de celle de militaires d'active, alertant sur la...

Articles liés

« N’y va pas». Lettre ouverte à Éric Zemmour [ L’Agora]

Cher Camarade, C’est comme ton Grand Ancien, puisque tu es sorti de la rue Saint-Guillaume promotion 1979 (SP) et moi 1977 (PES), que je me...

Armée. La réponse d’un militaire d’active à la lettre du général Lecointre

Suite à la publication de la lettre ouverte d'anciens militaires et de celle de militaires d'active, alertant sur la situation gravissime que connait la...

Le Fer pour relier nos territoires. Un film en faveur de la réouverture de la ligne Saint-Brieuc / Auray.

Le collectif Centre-Bretagne en train pour la réouverture de la ligne Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) reliant Auray (Morbihan) via Loudéac et Pontivy vient de mettre en ligne sur Youtube un film de 30...

Semaine de l’Agriculture : le programme en Côtes d’Armor et Finistère

Du 13 au 24 mai prochains, se déroulera partout en France la Semaine de l'Agriculture Française. De nombreuses actions, coordonnées par les Chambres d'agriculture...