Confinement au pied des éoliennes : la double peine (un autre scandale sanitaire ?)

A LA UNE

Etrangers en situation irrégulière. Des soins évalués à plus d’un milliard et demi d’euros par an

C’est un pavé dans la mare que vient de jeter au parlement une députée de l’opposition. Dans un rapport rendu...

Elections régionales 2021. Les résultats en Bretagne et Pays de la Loire

Retrouvez tous les résultats du premier tour des élections régionales et départementales ce dimanche 20 juin 2021 en Bretagne...

Régionales 2021. Avec un score prévu de 66%, l’abstention triomphe et signe l’échec de la Vème République

Les résultats du premier tour des élections régionales et départementales seront publiés à partir de 20 h, ce dimanche 20 juin 2021. Mais déjà,...

Bande dessinée. René le Honzec et Torr’Pen rejoignent Breizh-info.com [Interview]

Nos lecteurs amateurs de bandes dessinées vont être ravis : René le Honzec, à qui l’on doit notamment « Histoire de...

Victor Aubert (Acadamia Christiana) : « Le thème de notre université sera la communauté car nous pensons qu’elle est le socle du politique »

Du 16 au 22 août 2021 (avant-dernière semaine d’août) se déroulera une nouvelle université d'Académia Christiana, université des jeunes...

Confinée au pied des éoliennes : la double peine. C’est ainsi que titre Sophie Peyron, qui raconte le calvaire de son confinement, elle qui vit au pied d’éoliennes et qui en subit donc, toute la journée, les conséquences (lire à ce sujet notre interview d’un journaliste ayant enquête sur la mafia autour de l’éolien).

Nous vous proposons de découvrir son témoignage, ci-dessous, recueilli par Sioux Berger :

Je m’appelle Sophie Peyron, et j’habite en Thiérache, dans l’Aisne. C’était une région paisible où il faisait bon vivre, avant l’apparition des aérogénérateurs. Il en pousse actuellement des centaines autour des habitations, et nos campagnes sont transformées en zones industrielles. Aujourd’hui, comme tous les Français, je suis assignée à résidence. Comme tous les Français, je ne peux plus sortir, je ne peux pas m’enfuir… Et bien entendu je respecte ce confinement à la lettre, pour nos soignants et pour faire barrière à ce maudit virus.

Sauf que… depuis l’installation des éoliennes tout autour de ma maison, j’ai commencé à ressentir des migraines, et des bourdonnements permanents dans les oreilles. Je me suis mise à avoir également des douleurs sur le poumon droit, dès qu’il y avait du vent. Je suis allée faire un scanner. Le radiologue m’a dit que j’avais une inflammation permanente. Loin de chez moi, loin des éoliennes, l’inflammation disparaît. Elle réapparaît dès que je reviens et dès que les aérogénérateurs se mettent à tourner. En fonction de mon état de santé je peux vous dire sans regarder par la fenêtre si les machines sont en route ou pas !
Bien entendu, les nuits sont devenues infernales. Avant le confinement, j’avais donc pris l’habitude de fuir de chez moi en cas de vent. Je partais à 20 km, je dormais dans ma voiture pour soulager mon corps, ou j’allais parfois dormir chez ma mère, à 25 km de là, pour avoir au moins des nuits paisibles..

Plus je roulais, plus je m’éloignais et plus la douleur s’estompait.

Mais nous voilà confinés en enfer. Je suis obligée de subir les infrasons nuit et jour. Je n’en peux plus de lutter contre ces ondes basse fréquence qui me détruisent.

La seule façon que j’ai trouvée pour me protéger un peu, c’est de me réfugier dans la cave avec mon chien. J’y ai monté une toile de tente pour avoir un peu moins froid. La maison est ancienne, et la cave humide, glacée.
Pourquoi suis-je condamnée à dormir dans un cachot ? Quelle faute ai-je commise pour devoir endurer une peine aussi terrible ?

J’ai cherché à joindre un acousticien de l’ARS mais il m’a dit qu’il ne pouvait rien pour moi, ni pour les autres habitants de nos villages qui vivent la même souffrance que moi. Il est habilité pour tester les sons audibles, mais pas ceux qui ne s’entendent pas. Mon mal est donc invisible et inexistant aux yeux de la loi. Pourtant, dans les usines, une loi protège la santé des ouvriers contre les infrasons. Mais nous qui vivons à demeure au pied des machines, personne ne nous entend.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Face aux rodéos urbains, la mairie socialiste de Vaulx-en-Velin propose… une activité motocross aux « jeunes » [Vidéo]

La municipalité socialiste de Vaulx-en-Velin, dans la banlieue de Lyon, a décidé de proposer une activité « motocross »,...

« Violences policières ». 25 morts en 2020 dont au moins 10 d’origine musulmane

Ils s'appelaient Romain, Toufik ou Olivio. Ils étaient fêtards, camionneurs, cambrioleurs ou terroristes. Tous étaient de sexe masculin, relativement...

Articles liés

Non à la peste éolienne ! Par Patrice Cahart

Ancien inspecteur général des Finances et ancien président du conseil d'administration de la Bibliothèque nationale, Patrice Cahart est avant tout un spécialiste des problèmes...

Saint-Brieuc : une marche contre l’éolien en mer tandis que des associations des Hauts de France demande un moratoire

Non aux éoliennes ! Un slogan martelé le 29 mai par plus de 500 personnes dans les rues de Saint-Brieuc. Dans le cortège de...

Reportage. Éoliennes: du rêve aux réalités

Recueillant près de 80% d’opinion favorable, les éoliennes sont en quelques années devenues le symbole de la transition énergétique. Quels enseignements politiques, sociaux, économiques...

Eoliennes en Bretagne. Un reportage de 13 munud e Breizh ( Brezhoweb)

Ugent vloaz zo ne oa ket hini ‘bet, koulz lâret, ha bremañ ‘vezont gwelet un tamm pop lec’h ‘ba ‘r vro... Deus petra zo...