Meurtres par un migrant soudanais à Romans Sur Isere : le maire dénonce le rôle des associations pro-migrants

A LA UNE

Kouachi, l’assaut final : un membre du GIGN raconte l’attaque contre Charlie Hebdo et la traque des deux islamistes [Interview]

Les éditions Ring viennent d'éditer un livre qui devrait faire l'effet du petite bombe : Kouachi : L'assaut final...

Covid-19 en Hongrie. György Gődény (Parti de la vie normale) : « Les virus ont existé, existent et continueront à exister, l’humanité a toujours...

György Gődény est un personnage atypique par bien des aspects en Hongrie. Ce pharmacien de Nyíregyháza, une ville de...

Thaïs d’Escufon (Génération Identitaire) : « Nous appelons les Français à se révolter contre l’immigration massive qui menace notre peuple et notre identité »...

Après les Alpes, Génération Identitaire a remis le couvert, cette fois ci dans les Pyrénées, pour défendre symboliquement la...

Nantes. Après la marche blanche pour le jeune tué aux Dervallières, des riverains dénoncent « une fumisterie »

Ils ne décolèrent pas – après la marche blanche des proches du jeune Abdelghani , 15 ans, tué le 11...

Bain-de-Bretagne. Un patron marocain employait 42 migrants clandestins, fraudant Urssaf et chômage partiel

Un Marocain en situation irrégulière faisait travailler des migrants clandestins dans une société de transport à Bain-de-Bretagne tout en...

Au lendemain des meurtres de Romans sur Isère, commis par un migrant soudanais, le maire de la commune, Marie-Hélène Thoraval (Divers droite) dénonce notamment le rôle des associations pro-migrants qui placent des migrants dans des logements sans faire état de la qualité, de l’origine ou de l’identité des personnes placées.

Elle proteste par ailleurs contre le manque d’informations « sur les personnes qui résident dans notre ville »« Je l’ai dit au ministre […] ce sont des réfugiés qui sont logés dans nos villes sans que nous sachions l’origine ou la situation de ces personnes puisque ce sont des associations qui s’en occupent. »

Une maire à qui il est difficile de faire le moindre reproche, puisqu’en 2015 déjà, elle avait indiqué qu’elle ne souhaitait pas participer à la mobilisation nationale pour accueillir des réfugiés de peur de «détériorer l’équilibre social de la ville». «La ville constate qu’elle n’a pas les moyens d’assurer des conditions d’accueil dignes aux réfugiés syriens et qu’un accueil massif aurait pour conséquence de détériorer l’équilibre social de la ville», déclare-t-elle dans un communiqué. «L’équilibre social reste fragile et la saturation des structures d’accueil ne permettent pas de répondre à un afflux massif sur le territoire de la commune» pouvait-on lire à l’époque déjà.

D’autres informations ici, à propos du meurtrier présumé.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Géographie, climat : la Bretagne, une terre « protégée » du virus ?

La géographie et le climat de la Bretagne pourraient expliquer en partie la propagation moins forte du Covid-19 dans...

Un journaliste du Monde diplomatique encourage les migrants à incendier les centres de rétention

Un centre de rétention administrative pour migrants situé en Ile-de-France a été en partie détruit par des incendies déclenchés...