« J’accuse » d’Abel Gance, chef-d’œuvre du cinéma muet, a 100 ans !

A LA UNE

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Contrairement à ce qui est souvent affirmé, J’accuse, réalisé à la fin de la Première Guerre mondiale, n’est pas un film pacifiste. Son réalisateur, Abel Gance, y dénonçait les profiteurs de la guerre qui avaient méprisé le sacrifice des poilus.

Été 1914, dans un village de Provence. Jean Diaz (Romuald Joubé), joyeux poète à la santé fragile, rencontre au cours d’une fête traditionnelle la belle Edith (Maryse Dauvray). Celle-ci est mariée à François Laurin (Séverin-Mars), paysan jaloux et brutal, qui la rend malheureuse. Ils sont attirés l’un vers l’autre mais ne trompent pas François. La guerre éclate. Au front, Jean et François apprennent à s’estimer. Courageux, Jean réalise seul un exploit militaire. Mais Édith, réfugiée dans les Ardennes, est violée par des soldats allemands. Elle finira par rentrer chez elle, avec un enfant né du viol. Réformé, Jean a des visions macabres : il voit passer le cortège des mères en deuil et des blessés. François meurt à l’hôpital de ses blessures. Lors d’une nouvelle vision de Jean, les morts se mettent en marche pour vérifier que leur sacrifice n’a pas été vain. En leur nom, Jean accuse les femmes infidèles et ceux qui se sont enrichis de la guerre…

J’accuse est un film français d’Abel Gance sorti le 25 avril 1919. Les soldats se battaient encore au front lorsque Gance a tourné J’accuse, l’un des premiers films sur la Première Guerre mondiale.

Le véritable sujet du film n’est pas le trio amoureux mais la Grande Guerre. D’une durée de 2h46, ce long film montre chaque étape de la guerre : la joyeuse mobilisation, l’entrée en guerre, la vie dans les tranchées, les pilonnages de l’artillerie… Comme la plupart des films de cette période, l’Allemand est décrit comme une brute.

Sur le plan artistique, on reste surpris par la modernité de ce film : montage dynamique, mouvements de caméra… Son réalisme laisse souvent la place à un aspect mythique. Ainsi en est-il de la scène nationaliste du chef gaulois, symbole de la résistance à l’invasion étrangère, qui vient soutenir les poilus dans leur combat. Une autre scène est restée célèbre : les morts joués par des gueules cassées se lèvent et marchent vers les civils pour les accuser de s’être mal comportés pendant la guerre : les femmes infidèles, les profiteurs de guerre…

Après avoir tenté d’adapter Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline, Gance réalise une seconde version de J’accuse, parlante, en 1938, lui donnant un sens pacifique qu’elle n’avait pas à l’origine. En 1919, les morts se réveillent pour vérifier que leur sacrifice n’a pas été inutile. En 1938, ils se réveillent pour condamner la guerre.

Extrait

 

Kristol Séhec

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nathalie Appéré et Johanna Rolland se verraient bien ministres

Jouer un rôle national. Telle est l’ambition de la plupart des élus locaux. Nathalie Appéré et Johanna Rolland ne...

Nantes. Le Thémis, la brasserie de quartier où on peut aller aller les yeux bandés…

La déesse Thémis est souvent représentée avec une balance, un glaive et un bandeau, symboles respectivement du jugement, de...

Articles liés

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à causer ses premiers dégâts. Parmi...

Onoda, un film tranchant comme un coup de sabre

Encore un film tiré d’« une histoire vraie », mais l’avertissement est ici nécessaire afin d’attester la véracité d’un récit qui, autrement, paraîtrait invraisemblable…...

Sweet Thing, Kaamelott, Onoda, Bonne mère, Old, Spirale : L’Héritage de Saw, Digger : au cinéma cette semaine

Sweet Thing, Kaamelott, Onoda, Bonne mère, Old, Spirale : L'Héritage de Saw, Digger : la sélection de ce qui sort au cinéma cette semaine Sweet...

Frères d’arme, Wolfy, Titane, Désigné Coupable, Infidel : au cinéma cette semaine

Frères d'arme, Wolfy, Titane, Désigné Coupable, Infidel : une sélection de ce qui sort au cinéma cette semaine Frères d'arme Emilijan et son jeune frère Stanko...