Coronavirus. La République française, en sortir, c’est s’en sortir ! [L’Agora]

La France est un cauchemar éveillé. Déjà que depuis des décennies c’est catastrophique, mais depuis cette crise du « coronavirus », ce pays, cette République, ne cesse de montrer, au quotidien, un visage stupéfiant, du genre qui donne envie de brûler carte d’identité et passeport, pour ne plus avoir à partager une citoyenneté en commun avec un certain nombre de gens avec qui nous n’avons finalement, rien à faire, avec qui nous n’avons pas envie de vivre.

Pour ceux qui n’étaient pas convaincus de la nécessité du séparatisme, ou tout du moins d’en finir avec la République française dans sa version bicentenaire, les évènements de ces derniers jours devraient pourtant faire ouvrir les yeux. Vous vivez dans un État dont les agents (les policiers) patrouillent et pilotent des drones qui vous rappellent que vous n’avez pas le droit de vous balader en bord de mer quand bien même vous y habitez à l’année, ces mêmes agents à qui des responsables demandent de ne pas « faire de zèle » concernant les rassemblements de pratiquants du ramadan en banlieue, mais également contre les rassemblements de délinquants en bas des tours d’immeubles.

La République française, c’est un deux poids, deux mesures permanent. Vous êtes entrepreneur ? Avant même d’avoir commencé à exercer votre métier, une administration sans responsable (essayez donc de joindre un responsable de l’URSSAF, du RSI, des impôts ou que sais-je encore pour évoquer votre dossier…) vous saisit à la gorge, pour vous rappeler qu’avant de pouvoir créer, entreprendre, il va falloir passer à la caisse, en remplissant les bons formulaires, en cochant les bonnes cases sans en oublier une sinon il faudra tout refaire, et en restant poli avec votre interlocuteur s’exprimant dans un français approximatif, recrutement diversitaire oblige.

La République française, ce sont des journalistes inféodés au pouvoir qui, au lieu de faire de l’investigation, au lieu de jouer un rôle de contre-pouvoir, se font quotidiennement les relais des actions gouvernementales, et, pour ceux qui veulent se lancer dans l’investigation, le font vis-à-vis de la « menace d’extrême droite » et du ventre de la bête immonde qui serait toujours fécond et qui, comme chacun sait, a eu les manettes des affaires ces dernières décennies…

La République française, ce sont des politiciens, élus et non élus, qui sont présents depuis des décennies dans les mêmes assemblées, dans les mêmes collectivités, dans les mêmes administrations. La République des copains et des coquins, jamais responsables, jamais coupables. Si vous ne payez pas vos charges, vos impôts, vos taxes, vous serez contrôlés, sanctionnés. Si vous faites une erreur au travail, vous écoperez d’un avertissement, d’un blâme, et même d’un possible licenciement pour faute grave. Eux n’écopent de rien. Ne sont responsables de rien. Ils jettent des masques de protection pour faire des économies, mais personne n’exige un procès anticipé, de la prison pour les responsables, et une interdiction d’occuper le moindre poste au sein de cette République rongée jusqu’à la moelle par la pourriture.

Les masques jetés, les respirateurs qui coûtent des millions et qui s’avèrent inutiles, les places supprimées dans les hôpitaux au nom de la rentabilité… on pourrait multiplier les exemples dans les secteurs de l’Éducation, de la Justice, de l’Armée, de la Sécurité… puisque depuis des décennies, des hommes et des femmes, élus ou pas, ont massacré notre industrie, nos entreprises, nos services publics, notre système de santé, notre système éducatif, tout en sacrifiant notre sécurité, et en effaçant notre identité. Sans payer l’addition. Regardez ceux qui peuplent les Assemblées, élections après élections, regardez ceux qui sont un jour sous-préfet en Corse, le lendemain muté dans l’Ardèche, et l’année d’après en Bretagne…

Le comportement de ces tenants de la République excuserait presque toutes la petite et moyenne délinquances… Pourquoi en effet exiger de ceux qui sont en bas de l’échelle de se plier aux règles d’un système que ceux d’en haut ne respectent pas ? Que les délinquants en cols blancs montrent l’exemple…

La République française, c’est aussi ce pays qui fait de « l’autre » une entité plus importante que vous, sur votre propre sol. Frontières ouvertes, droits de l’homme (surtout des autres hommes), « droit à » permanent, et progressivement, population autochtone remplacée par les damnés de la terre qui frappent à notre porte pour tenter d’avoir quelques miettes d’un gâteau dont il ne reste pourtant pas grand-chose, mais pour eux, c’est déjà quelque chose.

La République française est autoritairement égalitaire, et entend contrôler votre quotidien. Et vous dire comment éduquer vos enfants, comment vous comporter au sein de votre foyer, sous le regard permanent des autorités. Elle entend vous définir ce que n’est plus une famille et ce que doit être « une famille moderne ». Pour y parvenir, il y a des lois et des contraintes bien entendu, mais aussi, pernicieusement, des émissions, des films, des reportages, diffusés toute l’année, et payés par les impôts des entrepreneurs étranglés et des salariés qui aimeraient sans doute pouvoir avoir un meilleur salaire net… La télévision pour conditionner les masses, la République pour veiller à l’application des consignes et pour traquer les dissidents.

Finalement, cette République française de malheur est en passe de devenir, pour les hommes libres qui l’habitent, l’incarnation même du type d’État qu’il faut fuir par tous les moyens. Un goulag à ciel ouvert.

Seulement voilà. Nous n’avons ni double nationalité, ni autres terres sur lesquelles s’installer. Parce que nous sommes ici chez nous. Et parce qu’avant la République et ses coupeurs de tête, nos ancêtres étaient déjà là et façonnaient nos terres de leurs mains et de leur sang. Nous ne partirons donc pas. Nous ne pouvons pas reculer plus que nous ne l’avons déjà autorisé.

La République française, en sortir, c’est s’en sortir. La rupture est déjà consommée dans nos têtes. Si La Gueuse continue à provoquer et à porter la guerre civile sur notre territoire en plus de l’injustice permanente qui y règne, ne nous restera plus qu’à faire en sorte que nos enfants puissent vivre en paix sur la terre de nos ancêtres !

Sécession : Action par laquelle une partie de la population d’un État se sépare de l’ensemble de la collectivité en vue de former un État distinct ou de se réunir à un autre.

Julien Dir

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place. 

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS