Coronavirus. Les fantasmes d’un confiné : envies charcutières et tripières

A LA UNE

Ivan Rioufol : « Le temps de la révolte est venu. » [Interview]

Journaliste, éditorialiste au Figaro et essayiste, Ivan Rioufol vient de publier Le Réveil des somnambules - Chronique d'une colère...

Entretien avec le chef de file des élus du Vlaams Belang au sein du Parlement flamand Chris Janssens.

Chris Janssens est député du parti nationaliste flamand de Belgique Vlaams Belang au sein du Parlement flamand, chef de...

Catherine Blein : « Dés que l’on s’exprime un peu hardiment, Marine Le Pen vous vire ou vous rabroue publiquement » [Interview]

Le 10 novembre prochain à 16h à la Cour d'appel de Rennes, se tiendra le procès en appel de...

Après l’attentat de Conflans. La victime, Samuel Paty, dans le collimateur de sa hiérarchie ?

Tout le monde sait maintenant que Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie décapité pour avoir montré des caricatures de Mahomet parues...

Professeur décapité : tué par un Tchétchène, Abdulakh Anzorov, mis à l’index par un prédicateur musulman

Un professeur d’histoire de 47 ans, Samuel Paty, a été égorgé et décapité ce vendredi 16 octobre à Conflans-sainte-Honorine...

Le confinement a, paraît-il, quelques mérites. Retour à une vie plus intériorisée, mise en avant de l’essentiel, recul de l’accessoire, du superflu. Tout cela pour filer des banalités qui ne mangent pas de pain.

Justement, vivre confiné prive aussi de quelques nourritures des plus terrestres. Prenez la charcuterie, la vraie, dite de campagne. J’attends avec impatience de renouer avec la charcuterie de Patrick et Huguette Viaud, sise à Basse-Goulaine mais aussi à Nantes, au marché de Talensac.

De vraies terrines, cuites et recuites dans des « casses », à l’ancienne. De la viande de porc hachée grossièrement, bien salée, poivrée, relevée d’un peu de muscade. Une terrine digne de ce nom se reconnaît à la graisse et à la gelée qui se répandent autour. Elle doit être bien croûtée, presque noire. Je l’arrose de Côt, cuvée la Pépie, domaine de la Pépière, à Maisdon-sur-Sèvre. Un rouge vif et rustique.

Les « côtes nantaises »

Viaud est un des derniers charcutiers à faire du « lard nantais » ou plutôt des « côtes nantaises ». Cela se cuisine avec des couennes échaudées que l’on a fait bouillir une à deux heures avec carotte, navet, oignon piqué, bouquet garni. Une fois égouttées, les couennes sont coupées en morceaux et disposées en lit au fond d’un plat allant au four. On dépose sur ces « béatis » (nom curieux qui donne un côté sacré, mystique à la préparation) des côtes de porc prises dans l’échine avec l’os gardé. On arrose du jus de cuisson des couennes et cela cuit autour de deux heures. Boire dessus un muscadet, par exemple, une cuvée Amphibolite de Jo Landron, à La Haie-Fouassière. Fraîcheur, nervosité et ampleur garanties.

Jusque dans les années 70, jusqu’à l’étiolement à Nantes de la vie ouvrière (les chantiers navals, les Batignolles…), les côtes nantaises se trouvaient dans toutes les charcuteries de quartier. Mais elles ont disparu et les côtes nantaises pourraient bien les suivre. Sauf si de jeunes chefs, libérés du coronavirus, s’y mettent, renouant ainsi avec une cuisine populaire, enracinée, qui ne frime pas.

Et les tripes…

Je terminerai avec un éloge appuyé des tripes cuisinées par Monsieur Morel, à Rezé, quartier Saint-Paul. Les meilleures du coin. Je ne sais pas d’où il tient sa recette, sans-doute l’a-t-il concoctée en prenant de-ci de-là. Dans sa Cuisine des Terroirs, R.J. Courtine les recense, tripes de veau à la paloise, tripes angoumoises, niçoises, à la corse, à la nivernaise, à la mode de Caen, à la mode de la Ferté-Macé…

Celles de Morel sont franches, viandues, parfaitement relevées. Les manger très chaudes avec des pommes vapeur et boire dessus un Pinot noir d’Éric Chevalier, côtes de Grandlieu, léger, frais, aromatique.

Le ventre plein, on philosophe mieux. On ratiocine moins, on va droit au but. Le monde d’hier qui n’était pas le mien va s’étioler, disparaître peut-être (il faut bien rêver). J’en attends un nouveau qui allie traditions intangibles et modernité radicale. Un essai, transformé cette fois (il faut toujours rêver) de ce qui fut adopté le 23 mai 1919, à Milan, piazza San Sepolcro. Tout un programme, dénaturé et même escamoté par un dictateur aussi pressé qu’obtus.

Jean HEURTIN

Lectures :

– R.J. Courtine, La Cuisine des Terroirs, La Manufacture, 1994.

– Gault et Millau, Guide gourmand de la France, Hachette, 1970.

– Renzo de Felice, Les interprétations du fascisme, Éditions des Syrtes, 2000.

Manifeste des faisceaux de combat du 23 mai 1919, en ligne, sur Wikipédia.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

Les derniers articles

Professeur décapité : les vrais responsables [Vidéo]

Au programme du journal de TVLibertés du lundi 19 ocotobre, retour sur la décapitation du professeur à Conflans-Sainte-Honorine par...

Insolite. Un nouveau couvent ouvre ses portes près de Rennes

Pas courant, par les temps qui courent, un couvent ouvre ses portes près de Rennes. Enfin plutôt renaît car...

Nantes. Florian Le Teuff se voit négocier avec Macron…

Il n’y a pas que le drapeau breton à installer à l’hôtel de ville qui mobilise les militants bretons de Nantes. Il y a...

Nantes. Bagarre dans un kebab : cinq mois ferme et six mois avec sursis

L’enrichissement culturel dote nos faits divers, dans les pays occidentaux, de décapitations, de gangs de violeurs issus du sous-continent indien ou plus prosaïquement de...

Une troisième édition pour le Finistèreman Everial ?

Lancé en 2019 par Stan Thuret, le Finistèreman Everial c'est la rencontre entre le triathlon très longue distance et la course au large. Le...

La gouvernance globale contre les États [L’Agora]

On nomme souvent complotistes ceux qui affirment qu’une minorité active d’individus influence les politiques mondiales pour augmenter son pouvoir. Deux choses sont assez simples à...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -