Allemagne. La crainte d’une bascule de l’extrême gauche vers le terrorisme

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

En Allemagne, la radicalisation d’une partie de la scène d’extrême gauche inquiète les autorités, au point que celles-ci n’hésitent pas à parler de risques terroristes.

La menace d’extrême gauche sur l’Allemagne

Est-ce le retour de la Fraction Armée rouge ? Une vague de terroriste d’extrême gauche est-elle à redouter en Allemagne ? C’est en tous cas ce que laisse à penser un récent rapport de 22 pages publié par l’Office fédéral de protection de la Constitution (BfV), un service allemand de renseignement. Ce dernier a constaté une nette radicalisation de certaines parties des groupes d »extrême gauche allemands enclins à la violence.

De ce document, il ressort ainsi que « le développement de structures terroristes dans l’extrémisme de gauche » semble possible mais aussi que « l’intensité des actes de violence » a augmenté. Les auteurs considèrent que des « lignes rouges » ont « été franchies » et que, par conséquent, « l’étape consistant à tuer délibérément un opposant politique ne semble plus totalement impensable ».

La spirale de la radicalisation

Le renseignement allemand indique également que, dans plusieurs Länder, des groupes de militants radicaux se sont formés, « commettant leur propre série de crimes et se séparant du reste de la scène en raison d’une volonté croissante de recourir à la violence dans leurs actions ».

De ce fait, l’Office fédéral de protection de la Constitution met en garde contre une « spirale de radicalisation » de certains « noyaux durs » isolés.

Parmi les territoires à surveiller, le renseignement allemand cite la Saxe (et plus particulièrement la ville de Leipzig), Hambourg et Berlin, des zones où l’extrême gauche radicale est implantée de longue date. Mais d’autres régions ont quant à elles vu le phénomène se développer sur leur sol. C’est le cas de la Thuringe, de la Bavière, de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie ainsi qu’à Brême. Des territoires où « une petite partie de la scène d’extrême gauche orientée vers la violence se radicalise de plus en plus ».

Attaquer les personnes plutôt que les biens ?

Autre point important du rapport, la baisse du seuil d’inhibition de l’usage de la violence, notamment sur des cibles humaines pour lesquelles « les lésions corporelles graves des victimes jusqu’à leur mort éventuelle sont acceptées ». Le document analyse aussi que le « militantisme de masse » a été remplacé par des « actions clandestines en petits groupes » tandis que les victimes sont « spécifiquement sélectionnées ».

L’attaque contre l’employé d’une agence immobilière à Leipzig, qui s’est produite l’année précédente, en est un exemple. Alors qu’auparavant, les militants nationalistes réels ou présumés tout comme la police étaient déjà la cible d’attaques de la part de l’extrême gauche allemande, dorénavant les employés travaillant dans des domaines détestés comme le secteur de l’immobilier ne sont plus considérés comme « non impliqués » mais plutôt comme des « cibles faciles » car ne pouvant pas bénéficier de mesures de protection accrues.

Face à ces menaces, et au regard de la décision de Donald Trump de classer les « antifas » comme étant une organisation terroriste aux USA, on est en droit de se demander pourquoi l’exécutif allemand fait encore preuve de tant de complaisance envers cette extrême gauche menaçant la sécurité du pays.

AK

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Montecruz Foto)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des...

Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes...

L'Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe...

Articles liés

Allemagne. Plus de 100 prêtres catholiques défient le Vatican en célébrant des mariages homosexuels

En signe d'opposition avec le Vatican, plus de 100 prêtres catholiques allemands ont décidé de bénir le mariage de couples homosexuels au titre d'une...

Les services secrets allemands accentuent leur pression sur les patriotes.

L’Allemagne est une République fédérale constituée de seize États. Chacun de ceux-ci dispose d’un Office de protection de la Constitution. Ces officines ont pour...

« L’Allemagne. Mais normale » : l’AfD vote contre le port du masque obligatoire [Vidéo]

Réunie le week-end dernier lors d'un congrès à Dresde dans la perspective des élections législatives allemandes de septembre, la formation politique AfD va mener...

Allemagne. La mort des petits commerces

Selon certaines estimations, un quart des boutiques pourraient disparaître des rues allemandes au cours des dix prochaines années, en particulier les entreprises familiales dans...