Avant propos

Après 4 mois d’observation quotidienne de l’épidémie, de sa létalité, de son évolution, de ses conséquences économiques et sociales, quelques constats peuvent être dressés et l’on peut se risquer à quelques prévisions.

1 – L’épicentre de l’épidémie se déplace lentement, mais sa virulence ne faiblit pas, loin s’en faut, et les nombres de nouveaux cas et de patients sous traitement ne cessent d’augmenter sur la planète.

2 – Le nombre de nouveaux cas Covid approche désormais les 1,5 million/semaine, celui des décès 33 000/semaine.

3 – Les données évoluant peu d’une semaine sur l’autre, et compte tenu du nombre élevé de patients en cours de soin, qui approche aujourd’hui les 5 millions au niveau de la planète, il est plus que probable que le monde ne sortira pas de cette épidémie en 2020. Il nous faudra « vivre avec », tant qu’un traitement curatif ou préventif ne sera pas découvert par les chercheurs et/ou tant qu’une immunité de groupe ne sera pas effective.

4 – Si l’épidémie ne faiblit pas, le cap du million de décès Covid pourrait être atteint en décembre. Ce nombre restera dérisoire par rapport au 58 millions de décès enregistrés chaque année sur la planète; d’autant plus dérisoire qu’une part importante des décés Covid viendront en déduction des décès d’autres pathologies, pour l’année en cours ou la suivante.

5 – En cas de deuxième vague, il est extrêmement peu probable que notre pays puisse se payer le luxe d’un deuxième confinement généralisé pour des raisons économiques et sociales évidentes. Des confinements ciblés appliqués aux foyers détectés, voire à une région très affectée seront donc les seules solutions envisageables et raisonnables. Une politique de test, dont l’intérêt est enfin reconnu en France, devra compléter le dispositif.

Dans un tout autre domaine, une nouvelle étude co-signée par douze professeurs américains, membres de la « Henry Ford-Covid-19 task Force » de l’État du Michigan vient d’être publiée dans LInternational Journal of Infectious Diseases.

4 cohortes de plusieurs centaines de patients Covid chacune ont reçu des traitements différents dès leur admission à l’hôpital (état sérieux mais avant que leur état ne soit désespéré…)

1- Hydroxychloroquine seule.

2 – Azithromycine seule.

3 -Hydroxychloroquine + Azithromycine

4 – Ni l’une, ni l’autre.

Bien que les dosages des médicaments soient plus élevés et le moment de leur absorption plus tardif que préconisé par l’IHU de Marseille, l’étude montre tout de même une baisse significative de la mortalité avec le traitement par Hydroxychloroquine…

Sans commentaire…

DD

Le point sur la situation au samedi 11 juillet 0h00 GMT

Depuis le début de l’épidémie :

213 pays ou territoires ont été affectés par le virus, pour 12 614 220 cas déclarés (+ 1 434 165 en 1 semaine).

561 980 décès (+ 33 444 en 1 semaine) ; 7 319 442 guérisons (+ 1 052 938 en 1 semaine) ;

4 732 798 patients en cours de traitement (+ 347 623 en 1 sem.), dont 58 801 en état critique (- 23 en 1 sem.)

A noter que: 7 pays ou territoires ne seraient toujours pas affectés par l’épidémie à ce jour.

21 pays ou territoires qui ont été affectés ne le sont plus

L’évolution des pertes déclarées de la semaine écoulée se résume en un tableau : A sa lecture, on réalise à quel point la mortalité reste très faible en Océanie et en Afrique, à quel point elle rebondit en Europe et aux États-Unis, à quel point elle flambe toujours en Amérique latine et se détériore encore en Asie de l’Ouest (Inde et pays voisins).

  • 35 pays ont déclaré plus de 1 500 décès depuis le début de l’épidémie : dans l’ordre des pertes (USA, Brésil, Royaume Uni, Italie, Mexique, France, Espagne, Inde, Iran, Pérou, Russie, Belgique, Allemagne, Canada, Chili, Pays Bas, Suède, Turquie, Équateur, Pakistan, Chine, Colombie, Égypte, Afrique du Sud, Indonésie, Irak, Bangladesh, Arabie Saoudite, Suisse, Roumanie, Irlande, Portugal, Argentine, Bolivie, Pologne).
  • Sur les 561 980 décès enregistrés dans le monde depuis le début de l’épidémie, 537 384 (95,6%) l’ont été dans ces 35 pays.

À l’échelle de la planète, la pandémie se poursuit sans faiblir. Le nombre des décès (33 444 en 1 semaine) et celui des cas critiques (58 801) ne diminuent toujours pas. Avec 1,43 million de nouveaux cas déclarés, en une seule semaine, un nouveau record absolu est établi. Cela ne signifie pas que l’épidémie s’emballe, mais constitue le signe que tous les états ont enfin compris l’intérêt de tester pour mieux connaître et contrôler l’épidémie. En testant davantage, on détecte toujours davantage…

L’épidémie continue son reflux en Europe, le virus y circule encore beaucoup mais semble moins létal: (près de 92 000 nouveaux cas en 1 semaine), toujours plus d’un million de patients en cours de traitement (si l’on tient compte de ceux des 4 pays qui ne les déclarent plus: UK, Espagne, Suède et Pays Bas), 5 359 cas critiques (nombre qui diminue très lentement…). Le virus continue de se répandre en Asie de l’Ouest (Inde, Bangladesh, Pakistan, Arabie Saoudite, Irak, Iran) et désormais en Afrique (Afrique du Sud, Égypte, Nigéria). Les caps des 14 millions de cas et des 595 000 décès devraient être franchis la semaine prochaine. 21 pays ou territoires affectés par le virus sont totalement sortis d’affaire.

Au cours de la semaine écoulée, le Brésil a déclaré 1,6 fois le nombre des décès Covid US. L’Amérique latine reste toujours l’épicentre de l’épidémie et enregistre près de quatre fois plus de pertes que l’Amérique septentrionale (USA+Canada). Sur les 33 444 décès de la semaine écoulée, 16 420 sont latino américains, 4 642 sont US ou Canadiens et 2 728 sont européens. La situation se détériore toujours plus en Asie de l’Ouest avec un foyer important en Inde ( + Pakistan + Bangladesh + Arabie Saoudite + Irak). Si l’on y ajoute l’Iran et la Turquie, les pays de la région compte désormais près de 20 % des nouveaux cas de la planète et près de 43 000 nouveaux cas/jour.

Les bilans les plus lourds de la journée d’hier restent ceux du Brésil, des USA, du Mexique et de l’Inde. Ces quatre pays ont déclaré hier, à eux seuls: 64,6% des nouveaux cas, 62,4% des nouveaux décès et 59,8% des cas critiques de la planète.

Un tableau du bilan actuel du nombre de cas et de décès par grande région du monde permet de voir, en un coup d’œil, celles qui s’en sortent bien, pour l’instant. Les continents ou sous continents sont classés par taux de mortalité Covid par million d’habitants.

L’Océanie, l’Afrique et l’Asie enregistrent des taux de mortalité encore très faibles, et, à elles trois, une part des pertes mondiales de l’ordre de 14,5% alors qu’elles regroupent 77% de la population. L’Europe et le continent américain (Nord et Sud) enregistrent près de 85,5% des pertes pour moins de 23% de la population mondiale. Les parts de l’Europe et de l’Amérique Septentrionale baissent, peu à peu. Les parts de l’Amérique latine, de l’Afrique et de l’Asie (de l’Ouest) s’accroissent.

Les taux de mortalité Covid des pays en développement, les plus pauvres, restent toujours très inférieurs à ceux des pays riches qui ont pourtant les moyens de mieux se soigner.

Pour relativiser encore et toujours les bilans humains de cette pandémie, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) nous apprend que, chaque année, la grippe saisonnière est responsable de 5 millions de cas « graves » qui entraînent entre 280 000 et 600 000 décès. Le Covid-19 n’a affecté, à ce jour, que 12,6 millions de personnes (testées) dont près de 1,3 million de cas graves qui se sont traduits par près de 562 000 décès.

La situation par continent, sous continent, et pays les plus affectés

1 – L’Asie

La Chine continue d’aller bien. Avec 40 nouveaux cas déclarés en 1 semaine, 342 patients encore sous traitement dont 4 cas sérieux, et 0 nouveau décès, elle reste en bien meilleure situation qu’un continent européen, pourtant deux fois moins peuplé, qui a largement déconfiné mais qui déclare encore plus de 91 500 nouveaux cas, 1 million de patients sous traitement dont encore 5 360 cas critiques et qui enregistre 2 728 décès en 1 semaine. La Chine va toujours mieux que la Belgique, pays avec lequel nous avons ré-ouvert nos frontières sans la moindre inquiétude, et qui compte pourtant 16 fois plus de nouveaux cas, 9 fois plus de cas critiques et beaucoup plus de nouveaux décès que la Chine (qui n’en a pas) au cours de la semaine écoulée.

Pour que chacun comprenne bien où en sont la Chine et l’Asie aujourd’hui, voici le tableau du jour présentant la situation et les pertes des dix pays d’Asie ayant dépassé les 1 000 décès

2 – L’Amérique

Les USA ont encore déclaré hier, à eux seuls, 30,4% des nouveaux cas Covid de la planète. Ils ont aussi déclaré près de 25% de la totalité des pertes de l’épidémie (Chine 0,82%) Le nombre des décès hebdomadaires reste encore supérieur à 4 500. Le nombre de patients en cours de traitement a dépassé les 1,7 million et continue d’augmenter (+ 150 000/semaine). Celui des cas critiques reste très élevé à 15 700. Il ne baisse toujours pas non plus. Les USA ne sont donc toujours pas au bout de leurs pertes.

La situation du Brésil ne s’améliore toujours pas. Tous les indicateurs restent au rouge. Les nombres des nouveaux cas (2ème au monde derrière les USA avec 20% des nouveaux cas de la planète) et le nombre des cas critiques (3ème derrière les USA et l’Inde à 8 318) restent très élevés. Le nombre de décès quotidien a très largement dépassé celui des USA depuis près de deux mois. Le Brésil est toujours dans le dur de l’épidémie. Des nombres de décès supérieur à 1000/jour devraient encore être la norme dans les jours qui viennent. A noter que le Président Bolsonaro vient d’être affecté par le virus.

Au Mexique, le nombre de décès quotidiens reste compris entre 650 et 750. Ce pays est toujours dans le dur de l’épidémie. Avec le Brésil et les USA, il devrait enregistrer plus de 50% des décès de la planète dans les jours qui viennent.

En Amérique latine, les pertes humaines se concentrent dans huit états qui déclarent 97 % des décès «latinos». Les autres pays des Caraïbes et d’Amérique du Sud restent encore largement épargnés par l’épidémie. Pour autant une hausse préoccupante des nouveaux cas a été enregistrée dans 4 pays d’Amérique centrale et Caraïbe ( Guatemala, République Dominicaine, Panama, Honduras).

3 – L’Afrique

En Afrique, 3 pays sont dans une situation préoccupante se détériorant rapidement avec un nombre de nouveaux cas en forte croissance. (Afrique du Sud, Égypte, Nigéria).

80 % des décès africains sont regroupés dans les 6 pays présentés dans le tableau du jour, ci dessous. Les autres pays sont très faiblement touchés.

4 – LEurope

La situation réelle du Royaume Uni en déconfinement semble en amélioration progressive. Ainsi, le nombre des cas critiques ne «serait» plus que de 185 (2,5 fois moins que celui de la France). Le niveau des pertes est et restera, de loin, le plus élevé d’Europe et devrait approcher les 50 000 décès en fin d’épidémie.

La situation de l’Italie s’améliore lentement : légère réduction des cas critiques, hausse sensible des guérisons dont le nombre est toujours plus important que les nouveaux cas. Le nombre des décès reste faible (105 en une semaine).

La situation de la France ne s’améliore plus vraiment. Son nombre de nouveaux cas augmente sensiblement (+ 3 792 en une semaine). Son nombre de cas critiques baisse très légèrement (- 63 en une semaine). Son taux de mortalité Covid est, à ce jour, de 460 décès par million d’habitants (hors décès à domicile), pour une moyenne mondiale de 72,1. Pour le nombre des décès la France est, et restera à la troisième place des pays européens derrière le Royaume Uni et l’Italie et devant l’Espagne.

Pour la «létalité» Covid (Nb de décès /Nb de cas confirmés), la France reste « championne du monde » avec un taux de 17,6 %. (Pour mémoire: létalité Covid mondiale: 4,5 % et létalité Covid européenne: 7,7%). Il est vrai que, mis à part quelques exceptions locales, la France a trop peu testé pendant trop longtemps, pris en charge trop tard de trop nombreux patients et trop compté sur le Doliprane et la « guérison spontanée » pour pouvoir espérer sauver un maximum de vies.

Les résultats des recherches annoncées en début d’épidémie sont toujours attendus alors que celle ci touche à sa fin. Parce qu’elle teste enfin plus qu’avant, la France découvre toujours plus de nouveaux cas (3 792 en 1 semaine). Cela lui permet d’acquérir une meilleure connaissance de la circulation du virus, d’appliquer des mesures d’isolement ciblées des cas et des foyers détectés, et de les traiter au plus tôt.

La France reste, après la Russie, le pays d’Europe qui déclare le plus de patients sous traitement. Ce nombre est en augmentation (+ 2 353 en 1 semaine). La France est aussi à la traîne en matière de guérisons (45,9% des cas confirmés), elle fait moins bien que le Sénégal qui a guéri 67,4% de ses patients, que le Maroc qui en a guéri 77,2%, que la Russie qui en a guéri 68,5% (à noter que ces 3 pays ont utilisé des protocoles de traitement inspirés de celui de l’IHU de Marseille). La France a moins guéri que l’Italie qui a guéri 80,1% de ses cas confirmés, que l’Iran qui en a guéri 85,1%, que la Turquie, la Suisse et l’Autriche qui en ont guéri 90%, que l’Allemagne qui a déjà renvoyé 92,3% de ses patients chez eux, …..etc .

L’Espagne déclare un nombre de décès hebdomadaire inférieur à 20, mais ceux des nouveaux cas (+ 3 363 en 1 semaine) et des cas critiques (617) ne baissent pas.

La situation de l’Allemagne s’améliore : davantage de guérisons que de nouveaux cas. Le nombre des cas critiques baisse. Le nombre des décès reste très faible. L’Allemagne a 9 fois moins de patients en cours de traitement que la France pour un nombre de cas confirmés bien supérieur.

Avec un taux de mortalité de 844 décès par million d’habitant, la Belgique restera le leader incontesté de cet indicateur (hors micro-États). Le nombre de nouveaux cas est encore élevé pour un pays de 11 millions d’habitants (+ 630 en 1 semaine). Le nombre de patients sous traitement continue d’augmenter (35 397 aujourd’hui). Il est, lui aussi, très élevé au regard de la population. Le taux de guérison réalisé à ce jour est l’un des plus faible au monde (27,5% seulement des cas déclarés à ce jour). La Belgique reste donc encore le foyer le plus actif de l’épidémie en Europe de l’Ouest. A noter que les Belges déclarent les décès Covid à domicile ce que ne font pas certains des ses voisins.

En Russie, près d’un habitant sur six a déjà été testé, ce qui représente un des taux de détection les plus élevés au monde (hors micro-États) d’où un nombre encore élevé de nouveaux cas détectés (6ème derrière les USA, le Brésil, l’Inde, le Mexique et l’Afrique du Sud avec encore 6 600 nouveaux cas hier). Avec 213 800 patients sous traitement, la Russie est en 4ème position derrière les USA, le Brésil et l’Inde. Mais ce nombre diminue rapidement car le nombre de guérisons excède désormais largement celui des nouveaux cas.

Le nombre des décès quotidiens est en baisse. Le taux de mortalité russe par million d’habitants a atteint 75. Il est plus de six fois inférieur à celui de la France. Parce qu’elle détecte vite, isole et traite sans attendre, et parce qu’elle applique une stratégie et un protocole inspirés de ceux de l’IHU de Marseille, la Russie a déjà guéri 68,5% des cas confirmés.

5 – L’Océanie

Contrairement aux rapports alarmants des médias occidentaux, l’Océanie reste très largement épargnées par l’épidémie. Sur 42 millions d’habitants, elle a déclaré 11 021 cas dont 9 180 ont déjà été guéris. Il reste 1 713 cas « actifs » dont 13 seulement en état sérieux ou critique. Le continent océanien n’a déclaré que 4 décès au cours des 2 derniers mois. Son taux de mortalité Covid est de 3 par million d’habitants. Il n’y a manifestement pas « le feu au lac »…

Les taux de mortalité par million d’habitants des 35 pays ayant dépassé les 1 500 décès, dans le tableau ci dessous, donne une petite idée des zones géographiques e/ou pays les plus touchés.

Un tableau présente ci après les bilans des 35 pays ayant déclaré plus de 1 500 décès (95,6% des pertes).

Tableau de données concernant l’Europe (et l’UE) face à l’épidémie

Rappel : taux de mortalité Covid mondial: 72,1 décès / Millions d’habitants

Général (2s) Dominique Delawarde

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine