Nantes. Pour se venger d’une incarcération, il met le feu à l’immeuble

A LA UNE

Si les banlieues s’embrasaient, l’armée parviendrait-elle à les pacifier ?

Selon d'anciennes déclarations d'Éric Zemmour datant de 2016, l'armée aurait finalisé le plan ronces pour réoccuper le territoire national en cas...

Covid 19. Amnesty international accuse la Belgique d’avoir sacrifié ses anciens

Avec 1429 morts par million d’habitants à ce jour, la Belgique serait le pays le plus touché au monde...

Le lobby immigrationniste en France, minoritaire numériquement, puissant en influence

L’occupation le 23 novembre de la place de la République à Paris par des migrants et la « mise à...

Julien Langella : « Politiquement, le Pape François devrait se taire » [Interview]

Les sorties politiques du Pape François se multiplient, et feraient presque parfois passer Jean-Luc Mélenchon pour un réactionnaire. Prônant...

Adrian Gilles (Boisson Divine) : « Une langue qui est parlée ne meurt pas » [interview]

Boisson Divine, à écouter sans modération ! Depuis 2005, ce groupe de musique du sud-ouest fait la fierté de la...

Il y a plusieurs façons d’agir contre le système. Utile – en recouvrant de carton ou de papier les panneaux publicitaires, notamment vidéo, qui envahissent de façon de plus en plus visible l’espace public nantais – ou dangereuse et inutile. Le prévenu arrêté ce jeudi 16 juillet rue Racapé vers 4h du matin a choisi la seconde option. Pour se venger d’une incarcération, et « agir contre le système » il a mis le feu à un immeuble, et plus loin à des poubelles.

Vers 3h30 du matin, il a rassemblé plusieurs poubelles devant la façade du n°15, rue du Coudray, avant d’y mettre le feu. Coup de chance : il n’y a pas de victime : le voisin d’en face a vu le feu, est descendu dans la rue et a sonné aux interphones pour réveiller tout le monde. En revanche le cabinet dentaire, en bas, sera indisponible plusieurs semaines : une vitre a cédé sous la chaleur, le local a été envahi par les fumées et la climatisation a fondu. Un scooter garé devant l’immeuble a aussi brûlé.

L’incendiaire présumé a été arrêté rue Racapé à 500 m de là, derrière Blanche de Castille. Sur son chemin il a fait d’autres incendies volontaires, notamment rue Marcel Cerdan où il a allumé une poubelle.

Agé de 32 ans, l’incendiaire présumé conteste une partie des faits. Il a été déféré ce 17 juillet et incarcéré à la maison d’arrêt dans l’attente de son jugement le 8 septembre prochain ; il fera l’objet d’une expertise psychiatrique.

Un autre incendiaire volontaire a été arrêté le 15 juillet dernier, quai Magellan, après avoir incendié plusieurs poubelles. Agé de 23 ans, il était ivre mort, et a reconnu les faits. Il fera l’objet d’une composition pénale.

Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

À quelque chose malheur peut être bon [L’Agora]

Par le général (2S) Henri ROURE Cette période, contrôlée par un État masquant ses rédhibitoires faiblesses en imposant une chape...

La Turquie dans l’OTAN, entre utilité et hostilités

Qui peut oublier cette scène surréaliste d’une fin de dîner de l’OTAN en mai 2015 à Antaliya, où à...