vol_arraché_collier

Ce 27 juillet vers midi, square des Roitelets à Bellevue, un homme de 70 ans à vélo croise la route de deux jeunes majeurs, qui rient. Attendri, il s’arrête… et se fait serrer au cou pendant quelques secondes – quand l’agresseur lâche prise, sa chaîne de cou a disparu. Au même endroit, une femme en scooter a été tabassée et son scooter volé par plusieurs jeunes délinquants, le 14 juillet dernier. Le square se trouve en plein milieu du quartier « sensible » de Bellevue.

Les vols de collier ne cessent de se multiplier dans Nantes, retrouvant leur rythme d’avant le confinement. « La très grande majorité des personnes qu’on arrête pour ces faits sont nord-africains ou africains », confie un policier nantais, « et on en arrête certains de manière répétitive », même s’il se désole qu’il ne « puisse arrêter les gens à qui ils revendent ; c’est comme pour les vols d’ordinateurs et de téléphone, si on pouvait faire fermer certaines boutiques, on rendrait un grand service aux nantais. La liberté d’entreprendre, ce n’est pas la porte ouverte aux receleurs ».

Ce 27 juillet encore, vers 23h40 à l’arrêt de tramway Commerce, un inconnu alcoolisé a empoigné par le col un jeune homme âgé de 17 ans et lui a arraché son collier ; arrêté par les forces de l’ordre, il a refusé l’alcootest et refusé itou de donner son identité, il a fini sa soirée en salle de dégrisement.

Plusieurs plaintes pour vols de collier ont été déposées le 11 et 12 juillet ; un vol à la danse – lorsque les voleurs imitent une danse pour faire les poches ou retirer les bijoux de leur victime – avait eu lieu le 10 juillet à 19h quai de la Fosse. Les deux voleurs d’origine extra-européenne ont été interpellés peu après, ils étaient déjà défavorablement connus ; l’un d’eux s’est dit mineur. Le 12 juillet vers 4 heures du matin, deux hommes ont volé le collier d’un troisième près de la place du Commerce, après avoir simulé une accolade ; l’un d’eux a été interpellé, sans le butin, rue Lapérouse.

Par ailleurs une touriste de 59 ans s’était fait arracher son collier en or le 22 juillet dernier dans le Bouffay – quand le Voyage à Nantes rime non avec Élephant et Machines de l’île, mais avec pertes sèches et commissariat de police. Pour un coût zéro pour le contribuable, suggérons un nouveau slogan pour l’office de tourisme de Nantes : Visitez Nantes, ses voleurs, ses dealers, ses casseurs

Louis Moulin

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine