Un bâtiment après les bombardements contre la Serbie

L’avocat liégeois Ghislain Dubois vient de publier aux éditions Dualpha, Les crimes de l’OTAN, plaidoyer pour les victimes,  préfacé par Roland Dumas, avocat, ancien ministre des affaires étrangères sous Mitterrand, et ancien Président du Conseil constitutionnel, avec une postface de Me Marcel Ceccaldi, avocat au barreau de Paris et ancien Secrétaire de la Conférence.

Pourquoi ce livre ?

Ghislain Dubois : Il s’agit, pour moi, de dénoncer, au travers de dossiers que je défends, les crimes commis par l’OTAN contre des civils, en violation du droit international voire des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU quand l’OTAN est mandatée par cette institution. Je reviens ainsi sur les raids de l’OTAN sur Belgrade en Serbie, en 1999. Mais surtout sur les meurtres volontaires de civils en Libye, commis, en 2011, par cette organisation, pour des motifs purement politiques.

Dans sa préface, Roland Dumas le rappelle : « Ce n’est pas la vocation de l’OTAN qui a été créé comme vous le savez au moment de la guerre, ni la vocation de la France de s’engager dans des guerres néocoloniales à des fins inavouables »… Et pourtant…

Quels sont ces dossiers que vous traitez ?

Ghislain Dubois : J’ai en été consulté, en juillet 2011, par le général libyen Khouildi El Hamidi, par son fils Khaled et par un citoyen marocain, Abdellatif Chlih, dont la fille Aïcha avait été engagée par la famille El Hamidi, comme nounou des trois enfants de Khaled. Le 20 Juin 2011, à 2h30 du matin, des avions de l’OTAN bombardent à 8 reprises la vaste propriété familiale du général Khouildi El Hamidi, située à Sorman, une bourgade en plein désert, à 70 km à l’Ouest de Tripoli. La propriété était composée de trois bâtiments d’un étage chacun, l’un occupé par père de Monsieur Khaled El Hamidi, le général Khouildi El Hamidi, les deux autres par le reste de la famille. Sont ainsi tués par les bombes de l’OTAN, outre Aïcha Chlih, l’épouse de Khaled, Safae Ali, tuée en même temps que leurs trois très jeunes enfants : Salam, Al Khouwaylidi, et Khalida El Hamidi ; et 8 autres civils innocents. Au total 17 civils innocents dont de nombreux enfants seront assassinés ce soir-là.

Je défends également d’autres familles libyennes, elles aussi frappées par l’OTAN. Sans oublier le sort de ces Serbes qui perdirent des membres de leurs familles dans les raids de l’OTAN sur Belgrade en 1999.

Actuellement, mes dossiers sont portés devant la Cour de cassation de Belgique, et le seront, en cas d’échec, devant la Cour européenne des droits de l’homme. Les cris de justice des Antigone et Hamlet des temps présents que je défends, doivent être entendus.

Vouloir faire condamner juridiquement l’OTAN, c’est un peu un combat à la David contre Goliath, non ?

Ghislain Dubois : Il y a parfois des causes que l’on croit perdues d’avance ; celle que ce livre conte n’est pas gagnée à ce jour mais, avec l’aide de Dieu, comme disait Peter Pan, tout est possible, il suffit d’y croire vraiment… Et d’ailleurs, David contre Goliath, justement… qui l’aurait crû, n’est-ce pas ?

Les crimes de l’OTAN de Ghislain Dubois, Préface de Me Roland Dumas ; Postface de Me Marcel Ceccaldi, éditions Dualpha, collection « Patrimoine des Héritages », dirigée par Philippe Randa, 284 pages, 27 euros.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine