Allemagne : 16% des allemands au seuil de la pauvreté

A LA UNE

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

La plus grande économie de l’UE n’a beau avoir chuté « que » de 10.1% au second trimestre (contre 13.8% en France et 20% en Angleterre), la pauvreté est déjà là, et avec elle, les tensions sociales. Selon une étude du fond Bertelsmann, 15.9% de la population est au niveau ou sous le seuil de pauvreté, fixé à 1074€ par mois.

A Brême, ville portuaire qui forme aussi un des plus petits Länder du pays, un quart de la population (24.9%) est sous le seuil de pauvreté, contre à peine un bavarois et un badois sur neuf (11.9 et 12.3% respectivement). Depuis 2009, la pauvreté a reculé au Mecklembourg (de 23.1 à 19.4%), tout en restant élevée, mais a encore augmenté à Brême en dix ans (de 20.1 à 24.9%) et en Hesse (de 12.4 à 16.1%).

Autre enseignement intéressant de l’étude, les chômeurs sont plus exposés à la précarité (57.9%) que les migrants (35.2%). De quoi donner de l’eau au moulin de ceux, de plus en plus nombreux au sein des allemands et des expatriés en provenance d’Europe de l’Est, qui estiment que les migrants reçoivent trop de largesses de la part de l’Etat, et ce aux dépens des allemands installés dans le pays depuis des années ou qui y sont nés.

« Les chiffres montrent clairement que la pauvreté s’était déjà aggravée avant la crise du coronavirus Covid19, à un moment où l’économie était en plein essor et les chiffres du chômage étaient bas», a déclaré Verena Bentele, présidente de l’association sociale Sozialverbandes VdK. Le coronavirus a fait, comme ailleurs, exploser le chômage : il y avait en juillet 2.910.000 chômeurs en juillet en Allemagne, soit 635.000 de plus en un an.

Cette agravation de la pauvreté allait de pair avec une augmentation des écarts entre des riches toujours plus riches et une classe moyenne en voie de déclassement rapide, précipitée dans la précarité et les « mini-jobs » qui rapportent au maximum 450 € par mois (7.6 millions de titulaires en 2018, à 70% des femmes). Pis, ces mini-jobs sont une bombe à retardement sociales, car du fait de charges sociales réduites, ils ne rapportent que 140 € de retraite par mois à leur titulaire.

Les faibles retraites y sont aussi pour beaucoup : alors qu’un minimum vieillesse doit enfin être créé début 2021 pour ramener les plus basses retraites de 512 à un peu plus de 1000 €, 11% des retraités, soit 942.000 personnes, étaient obligés de travailler en 2017, et la retraite moyenne était de 1100 € brut par mois, contre 1370€ en France.

Par ailleurs, selon une autre étude parue il y a trois semaines, 2.8 millions d’enfants et de jeunes gens sont sous le seuil de pauvreté, soit un enfant ou jeune homme sur cinq (21.3%). Les années Merkel, glorieuses pour les grands patrons, moins pour l’allemand de base, semblent achevées mais elles laissent un cortège de bombes sociales – retraites très basses, immigration de masse, grandes villes rendues invivables par la délinquance, éclatement de la classe moyenne, accroissement de la pauvreté etc.

Louis Moulin

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV https://www.youtube.com/watch?v=NXtvjpY8aOg Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et...

Rennes. Wilhem Houssin, un père de famille tabassé à mort par une « une bande de jeunes »

Wilhem Houssin était un père de famille de 49 ans. Il a été tué lors d'une agression gratuite par une...

Articles liés

Allemagne. L’ex-chef du renseignement allemand dénonce la politique d’immigration folle de Merkel

Les politiques d'immigration d'Angela Merkel sont "fatales" et l'Allemagne "décline politiquement et économiquement", a averti l'ancien chef de l'agence d'espionnage du pays, Hans-Georg Maassen,...

Allemagne. Près des deux tiers des Allemands ne veulent plus accueillir de migrants

Tandis que le nombre de demandeurs d'asile a fortement augmenté en Allemagne au mois de mai par rapport à l'année dernière, un sondage indique...

Allemagne. Un migrant Somalien porte le masque et tue trois personnes

En Allemagne ce vendredi, un migrant somalien a attaqué plusieurs personnes avec un couteau – au moins trois personnes sont mortes, six autres ont...

Les services secrets allemands persécutent la maison d’édition Antaios et la Nouvelle droite.

Fahrenheit 451 est le titre d’un roman de l’écrivain américain Ray Bradbury publié en 1953. Au sein de cet ouvrage, qui est à l’origine du...