Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Néandertal au Muséum de Nantes

« Néandertal n’était ni inférieur, ni supérieur à l’homme moderne, il était différent » : Marylène Patou-Mathis, commissaire de l’exposition sur Néandertal présentée au Muséum d’histoire naturelle de Nantes, a tenu à afficher cet avertissement dès l’entrée. La suite de l’exposition s’attache pourtant à démontrer que, non, « notre cousin » l’homme de Néandertal n’était pas si différent de l’homme moderne, au fond : « un grand chasseur, un habile artisan, un être social animé de pensées symboliques, veillant sur ses proches et enterrant ses morts ».

L’exposition reprend une partie de celle présentée en 2018 au Musée de l’Homme à Paris. Elle met en valeur le régional de l’étape, à savoir le site angevin de Roc-en-Pail, à Chalonnes-sur-Loire. Repéré dès 1945, il a acquis une importance majeure pour les archéologues voici quelques années, quand on y a retrouvé des restes d’un Néandertalien d’il y a 45 000 ans. Aucun site analogue n’est connu à ce jour en Bretagne. Au Sud de l’île de Jersey, en revanche, le site de La Cotte Saint-Brelade a été abondamment exploré.

De présentation très simple, l’exposition du Muséum de Nantes obéit a une vocation pédagogique affirmée. Une petite vitrine montre même les outils d’un archéologue : c’est dire qu’on s’adresse même au public le plus élémentaire. Les pièces présentées, copies ou vestiges authentiques, sont choisies pour leur représentativité. Les textes des cartels sont sobres et resserrés sur l’essentiel. Peut-être même un peu trop, à l’occasion. Comme ce commentaire à propos du cannibalisme : « Non seulement il n’enlève rien à l’humanité de Néandertal mais il en est une affirmation ».

Un peu de storytelling pour ne pas laisser le visiteur sur sa faim

L’exposition situe les Néandertaliens dans le temps et l’espace, et montre les aspects essentiels de leur existence reconstitués d’après les vestiges archéologiques. Non sans un peu de storytelling, mais c’est un classique du genre : l’imagination ne demande qu’à combler les trous des connaissances. Ainsi, quelques lignes tracées sur la paroi d’une grotte de Gibraltar « confirment que l’expression artistique n’était pas réservée à Sapiens ». Une généralisation audacieuse, à partir d’un indice unique, pour une espèce qui a occupé une grande partie de l’Europe et du Proche-Orient pendant au moins 350 000 ans.

Le Muséum expose même l’effigie grandeur nature d’une « Néandertalienne » en costume d’aujourd’hui : pas très sexy, mais sympa. Et surtout, de quoi amuser les visiteurs qui ne se satisferaient pas d’ossements et de pierres taillées. Les visiteurs moins « premier degré » s’attarderont plutôt avec émotion devant les crânes authentiques d’un enfant et d’une jeune fille qui ont vécu dans les Charentes voici quelques dizaines de milliers d’années.

Sapiens (à gauche) et Néandertal (à droite). De grandes ressemblances mais des différences marquées.

« Tous métis ? » se demande le Muséum. C’est une figure imposée, quasi rituelle, des expositions consacrée à cette espèce disparue. « Néandertal et Sapiens se sont rencontrés au Proche-Orient et en Europe et ont donné naissance à des enfants ». Selon des paléogénéticiens, entre 1 et 4 % du génome des Européens actuels proviendrait des Néandertaliens. À la suite de relations sexuelles consenties ou pas ? On n’en sait rien, bien entendu. Le musée omet d’ajouter que cet éventuel métissage est l’une des hypothèses les plus sérieuses pouvant expliquer la disparition des Néandertaliens. Les produits des croisements entre espèces sont le plus souvent stériles. Il est donc possible que la natalité de Néandertal se soit effondrée. Ce qui aurait facilité son grand remplacement par notre ancêtre direct, Sapiens.

E.F.

Muséum d’histoire naturelle
Square Louis-Bureau, 44000 Nantes.
Jusqu’au 8 mars 2021. Ouvert tous les jours sauf mardi de 10h00 à 18h00 (tlj de 10h00 à 19h00 jusqu’au 31 août).
Plein tarif : 4 €. Tarif réduit : 2 €. Gratuit –18 ans.

Illustration : vitrine de l’exposition, DR.
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International, Politique

L’Italie bat le record des naturalisations au sein de l’Union européenne

Découvrir l'article

Sociétal

Grand Remplacement. La commissaire européenne à l’Egalité reconnait et se félicite du changement de profil démographique de l’électorat européen depuis 1979

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Les chasseurs-cueilleurs bretons du Mésolithique : une résistance au mélange avec les fermiers du néolithique ?

Découvrir l'article

A La Une, Sport

Présentation des tenues officielles des JO 2024 : le grand remplacement en une photo

Découvrir l'article

Immigration, Sociétal, Société

Mohamed a été le prénom le plus donné aux nouveaux-nés à Laval en 2023

Découvrir l'article

Sociétal

Immigration. Des chiffres qui démontrent le Grand remplacement démographique en cours en France ?

Découvrir l'article

Immigration, Sociétal

Grand Remplacement. Trop d’immigrés extra-européens dans le pays pour 2 Français sur 3

Découvrir l'article

A La Une, Immigration, Local, PONTIVY

Pontivy : la hausse de la délinquance est-elle liée à l’immigration ?

Découvrir l'article

Sociétal

Changement de population. 32,4 % des enfants nés en France en 2022 ont au moins un parent né à l’étranger, 29,07 % ont au moins un parent né hors de l’Union européenne

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, Immigration, Tribune libre

La meilleure manière de lutter contre le Grand Remplacement est de… [L’Agora]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky