Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La République en Marche a totalisé 55 % des interviews radio en mars-avril

Acrimed vient de publier sur son site un décompte des invitations politiques récentes sur les matinales des principales radios françaises (lien vers l’étude). Selon ce collectif de critique des médias ancré très à gauche, 101 personnalités politiques ont été interviewées en mars et avril 2020 par France Inter, RTL, RMC, France Info et Europe 1 :

  • 58 appartenaient officiellement à la majorité présidentielle, dont 55 au parti présidentiel LREM et 3 à ses satellites (Modem ou UDI).
  • 24 appartenait à la droite, un score qui triple les résultats de François-Xavier Bellamy aux Européennes de 2019 (8 %). Cette générosité des directions d’antenne en faveur de la mouvance LR est plutôt inattendue. Mais faut-il attribuer réellement tous ces 24 invités à une droite d’opposition pure et dure ? Parmi eux, relève Acrimed, plusieurs sont en marche vers Macron depuis 2017 et ont déchiré leur carte Les Républicains…
  • Avec 5 invitations sur 101, le Rassemblement national arrive en troisième position dans l’hospitalité médiatique. Acrimed, scandalisé, en conclut que le « parti d’extrême droite » est très bien traité par les radios. Une formulation plus objective dirait au contraire que le parti patriote est réduit à la portion congrue par le système médiatique : c’est un pourcentage d’invitation 4 à 5 fois plus faible que son score électoral (23 % aux dernières Européennes) et on ne parle pas de la qualité de l’accueil, pas toujours affectueux !
  • 3 % des invités sont de La France insoumise (contre 6 % des votes) et 2 % du parti socialiste (contre 6 % également). Ces partis de gauche payent peut-être une opposition plus charpentée que celle de LR, et donc plus dangereuse pour l’État LREM. Leur présence sert au moins à donner une image de pluralisme.
  • 1 seul invité sur 101 était écologiste (13 fois moins que leur score aux Européennes !). Une sous-invitation qui interroge, alors que les idées d’EELV marquaient des points médiatiques avant de percer aux municipales. Mais justement : Yannick Jadot chasse sur les mêmes terres sociologiques que Macron et pourrait lui causer au premier tour de 2022 quelques problèmes. Comme en Biélorussie, les médias de masse sont d’abord là pour fabriquer les élections…

A.T.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

E brezhoneg, Politique

Politikerezh : hag e vo votet en-dro a-benn bloaz ?

Découvrir l'article

Histoire, Insolite

Plutôt Napoléon que Macron : le sondage insolite sur les Français et le retour de l’Empereur

Découvrir l'article

Sociétal

Le front ripoublicain ? – Le Nouvel I-Média

Découvrir l'article

Politique, Tribune libre

Emmanuel Macron : de Jupiter à Néron [L’Agora]

Découvrir l'article

Sociétal, Vu ailleurs

Cohabitation : que pourrait faire Jordan Bardella face à Emmanuel Macron ?

Découvrir l'article

Politique

Législatives 2024. Macronistes et LR anti-RN se répartissent les circonscriptions dans le dos de leurs électeurs

Découvrir l'article

Politique

Nicolas Pouvreau-Monti, cofondateur de l’Observatoire de l’immigration et de la démographie : « On a atteint des niveaux d’immigration jamais-vus» sous la présidence d’Emmanuel Macron »

Découvrir l'article

Politique

Le piège qu’Emmanuel Macron tend au Rassemblement National

Découvrir l'article

Politique, Tribune libre

Elections européennes 2024. Une élection pour rien et une dissolution piège

Découvrir l'article

Politique

Elections européennes : Valérie Hayer a fait ce qu’elle a pu…

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky