Maladies cardiaques. La valvulopathie touche 2 % des Français

A LA UNE

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

4 mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour Damien T, le gifleur de Macron. Un prisonnier politique ?

Le tribunal correctionnel de Valence a condamné jeudi Damien T, le jeune homme qui a giflé (et pas «...

Nantes : les règlements de comptes à l’arme blanche entre clandestins maghrébins se multiplient

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, quai de la Fosse, un extra-européen qui se dit âgé de...

À l’occasion des semaines européennes des maladies des valves cardiaques, L’ALLIANCE DU CŒUR et le RÉSEAU HOSPITALIER UNIVERSITAIRE de ROUEN (RHU), créateur depuis 3 ans de la « Semaine du Souffle au Cœur », organisent les semaines de prévention des maladies des valves cardiaques en France.

2 % de la population adulte est porteuse d’une valvulopathie, 7 % des plus de 65 ans et environ 13 % des plus de 75 ans, soit près de 2 % de la population française est porteuse d’une valvulopathie. Un nombre qui devrait augmenter avec le vieillissement de la population et un enjeu de santé publique.

« La semaine du souffle au cœur » prend la forme d’une campagne digitale sur Facebook et Twitter avec des posts et des vidéos pour rappeler qu’il est important d’écouter son cœur quand on a plus de 65 ans. L’objectif est aussi de solliciter la participation active sur les réseaux sociaux des enfants et petits-enfants des seniors, pour inciter leurs aînés à consulter pour protéger leur santé, en cas de symptômes comme des difficultés à respirer, une douleur à la poitrine, une perte de connaissance… Là encore, les proches ont un rôle essentiel.

Les maladies des valves cardiaques sont caractérisées par un dysfonctionnement des valves cardiaques, qui contrôlent la circulation et l’écoulement du sang dans le cœur et le renvoie dans les artères. Les principaux dysfonctionnements des valves sont de deux ordres : la sténose aortique (rétrécissement de l’artère), la plus fréquente, et l’insuffisance valvulaire (ou fuite, régurgitation), faisant que la valve n’est plus étanche. En l’absence de prise en charge, la mortalité peut être très élevée.

Que sont les valvulopathies ?

Le flux sanguin circule à sens unique, avec fluidité et sans bruit à l’intérieur du cœur grâce à l’existence des valves cardiaques. Elles jouent le rôle de clapets, s’ouvrant et se fermant alternativement au gré des pressions régnant dans les cavités, empêchant le reflux du sang.

La configuration des valves cardiaques, leur disposition et leur structure sont parfaitement adaptées au rôle de chacune d’elles et donnent à leur mouvement une précision extrême. C’est ainsi qu’au moment où le cœur se contracte pour propulser le sang dans les artères (systole), les valves auriculo-ventriculaires s’accolent pour être étanches, maintenues par les cordages et les piliers. Au moment où le cœur se relâche (diastole), le sang écarte les valves et emplit les ventricules. Quant aux valves aortique et pulmonaire, la souplesse de leurs feuillets et leur configuration sigmoïde facilitent le passage liminaire du sang au moment de la systole, tout en évitant le reflux lors de la diastole.

Diverses maladies peuvent altérer leur fonctionnement et retentir ainsi sur la fonction cardiaque. Selon sa gravité, une valvulopathie peut nécessiter une prise en charge allant de la simple surveillance cardiologique régulière à une intervention de correction ou de remplacement.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Revoir. Damien Rieu (RN) remet à sa place Eric Dupond-Moretti

Les ministres font actuellement campagne (aux frais du contribuable ?) partout en France « Contre la menace d'extrême droite...

Aux racines de l’idéologie migratoire, par Vincent Coussedière

Alors qu'une idéologie cherche à faire de l'homme non plus un animal social mais un animal migrant, il est...

Articles liés

Covid : l’appauvrissement global

Le rapport annuel de l’Organisation Internationale du Travail évoque des dizaines de millions de victimes économiques après la crise sanitaire. En dépit de leurs échecs,...

Des réseaux académiques européens appellent à lever les obstacles au transfert des données de santé

Selon un nouveau rapport des réseaux académiques européens, les problèmes juridiques entravent le partage des données de santé avec des chercheurs en dehors de l’UE/Espace économique européen (EEE). Les auteurs appellent à...

Covid-19. Didier Raoult : « Personne ne sait ce qui arrêtera le virus »

Didier Raoult : « Personne ne sait ce qui arrêtera le virus ». Didier Raoult est directeur de l'Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée Infection à Marseille. Il...

André Comte-Sponville. « La santé est précieuse mais arrêtons d’en faire la valeur suprême »

André Comte-Sponville, Philosophe et auteur de "Que le meilleur gagne!" aux Editions Robert-Laffont était l'invité de Patrick Roger et Cécile de Ménibus sur Sud...