Chronique gastronomique. Le restaurant Del Arte à Redon

A LA UNE

On éreinte la bouffe industrielle et à juste titre. Mais doit-on également étriller par principe les chaînes de restauration traditionnelle ? Avec plus de deux cents établissements en France, la chaîne Del Arte est la première enseigne française d’inspiration italienne. Cette marque s’appuie sur une gastronomie qui compte parmi les plus facilement transposables au monde. Des ingrédients peu chers, farine, tomate, permettent une infinie variation de plats qui s’accommodent à tous les palais et qui sont imbattables sur le prix grâce à des process très bien adaptés à la production en grand nombre.

Faut-il alors faire la fine bouche quand une trattoria Del Arte s’installe à Redon sous la houlette de Sébastien Antheaume pour remplacer une autre enseigne, Poivre rouge, qui n’a pas réussi à trouver sa place face à un Buffalo Grill sûr de lui et dominateur ? Je m’y suis rendu de mauvaise grâce un samedi midi car une offre squelettique réduit considérablement le choix pour les locaux. Après une courte attente, nous avons été conduits à une table et pris en main par une équipe de salle dynamique et efficace. La carte, bien conçue et très lisible, met en valeur les pizzas et des propositions à prix fixe qui collent bien au seuil des tickets restaurants. Je retiens le menu Primo à 10,90 € avec des spaghetti alla carbonara et un quart de vin rouge. Nous sommes servis rapidement, ce qui révèle une bonne organisation en cuisine et mon plat arrive chaud, avec une grosse louchée de pâtes, de la poitrine bien découpée (pancetta) et non pas des lardons, ceci est un plus. Petite touche agréable, un jaune d’œuf cru à percer couronne les spaghetti. Les péninsulaires les trouveront un tantinet trop cuites, mais ils oublient certainement que le mode de cuisson a évolué dans le temps. On les déguste plutôt al dente aujourd’hui mais, auparavant, ce n’était pas le cas. Mon commensal avait choisi un dos de cabillaud sauce vierge flanquée d’un risotto.

La portion de poisson était généreuse, la sauce pensée pour accompagner la viande et un riz bien tourné. Le prix au menu de ce plat est à 16,90 € alors même que le dos de cabillaud au marché de gros de Rungis est à 16 € le kilo, un bel exploit. Seule note négative, le café que nous avons commandé est resté en panne sur le comptoir et nous sommes partis sans le consommer. Au moment de payer, la responsable s’est excusée et a retiré le petit noir de l’addition, soit un total de 27,80 € pour deux personnes. Le taylorisme et la chaîne de montage n’ont pas altéré la performance des automobiles, ils ont conduit à une baisse brutale des prix. En cuisine, quand c’est bien fait, une standardisation de la production permet une qualité constante au meilleur coût. Si ces fonctions de base sont complétées par une équipe de salle serviable, aimable et efficace, le restaurant coche toutes les cases de la satisfaction du client. Bravo à cette équipe qui a su bien démarrer le Ristorante Del Arte redonnais qui va enfin offrir une alternative au Buffalo Grill.

Ristorante Del Arte. La Barge rousse. Redon. 02 23 63 46 48

Crédit photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Le Département d’Ille-et-Vilaine prend 150 000 € aux contribuables pour financer SOS Méditerranée qui aide les immigrés clandestins

Après déjà une subvention de 50 000 € l’an dernier, le département d’Ille-et-Vilaine vient de décider de verser à nouveau...

Grand Remplacement et crime contre les Européens. Le Parlement Européen veut favoriser l’immigration économique légale

Qui stoppera les fous furieux qui, malgré les tensions monstres dans l'Union Européenne actuellement, oeuvrent à faire venir toujours...

Articles liés