Chronique gastronomique. Le restaurant Del Arte à Redon

A LA UNE

Tempête Alex : Toute la Bretagne placée en vigilance orange

Météo France a placé ce jeudi 1er octobre 2020 toute la Bretagne – l’Ille-et-Vilaine, le Morbihan, les Côtes d’Armor,...

Bernard Gantois : « Il reste à trouver l’amorce qui déclenchera la fin de la bien-pensance dictatoriale française » [Interview]

Bernard Gantois, qu'on avait récemment quitté avec un livre plaidoyer pour la reconquête européenne, est de retour avec Autopsie...

Un élevage de lapins en cage du Morbihan dénoncé par L214 à la veille d’un débat parlementaire sur le bien-être animal

Ce mercredi, l'association L214 présente de nouvelles images d’enquête filmées fin août 2020 dans un élevage en cage de...

Des milliers de Flamands défilent contre la « Coalition Vivaldi » et la tentation totalitaire belge

Dimanche 27 septembre au matin, plusieurs milliers de militants et sympathisants des nationalistes flamands sont venus en voiture des...

CNews. Éric Zemmour (S2) : cette année encore, il bat des records d’audience et réinvente l’info

Soir après soir, la mine de Zemmour est plus réjouie. On parierait qu’il vient de lire les audiences de...

On éreinte la bouffe industrielle et à juste titre. Mais doit-on également étriller par principe les chaînes de restauration traditionnelle ? Avec plus de deux cents établissements en France, la chaîne Del Arte est la première enseigne française d’inspiration italienne. Cette marque s’appuie sur une gastronomie qui compte parmi les plus facilement transposables au monde. Des ingrédients peu chers, farine, tomate, permettent une infinie variation de plats qui s’accommodent à tous les palais et qui sont imbattables sur le prix grâce à des process très bien adaptés à la production en grand nombre.

Faut-il alors faire la fine bouche quand une trattoria Del Arte s’installe à Redon sous la houlette de Sébastien Antheaume pour remplacer une autre enseigne, Poivre rouge, qui n’a pas réussi à trouver sa place face à un Buffalo Grill sûr de lui et dominateur ? Je m’y suis rendu de mauvaise grâce un samedi midi car une offre squelettique réduit considérablement le choix pour les locaux. Après une courte attente, nous avons été conduits à une table et pris en main par une équipe de salle dynamique et efficace. La carte, bien conçue et très lisible, met en valeur les pizzas et des propositions à prix fixe qui collent bien au seuil des tickets restaurants. Je retiens le menu Primo à 10,90 € avec des spaghetti alla carbonara et un quart de vin rouge. Nous sommes servis rapidement, ce qui révèle une bonne organisation en cuisine et mon plat arrive chaud, avec une grosse louchée de pâtes, de la poitrine bien découpée (pancetta) et non pas des lardons, ceci est un plus. Petite touche agréable, un jaune d’œuf cru à percer couronne les spaghetti. Les péninsulaires les trouveront un tantinet trop cuites, mais ils oublient certainement que le mode de cuisson a évolué dans le temps. On les déguste plutôt al dente aujourd’hui mais, auparavant, ce n’était pas le cas. Mon commensal avait choisi un dos de cabillaud sauce vierge flanquée d’un risotto.

La portion de poisson était généreuse, la sauce pensée pour accompagner la viande et un riz bien tourné. Le prix au menu de ce plat est à 16,90 € alors même que le dos de cabillaud au marché de gros de Rungis est à 16 € le kilo, un bel exploit. Seule note négative, le café que nous avons commandé est resté en panne sur le comptoir et nous sommes partis sans le consommer. Au moment de payer, la responsable s’est excusée et a retiré le petit noir de l’addition, soit un total de 27,80 € pour deux personnes. Le taylorisme et la chaîne de montage n’ont pas altéré la performance des automobiles, ils ont conduit à une baisse brutale des prix. En cuisine, quand c’est bien fait, une standardisation de la production permet une qualité constante au meilleur coût. Si ces fonctions de base sont complétées par une équipe de salle serviable, aimable et efficace, le restaurant coche toutes les cases de la satisfaction du client. Bravo à cette équipe qui a su bien démarrer le Ristorante Del Arte redonnais qui va enfin offrir une alternative au Buffalo Grill.

Ristorante Del Arte. La Barge rousse. Redon. 02 23 63 46 48

Crédit photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les derniers articles

Paris. Le retour des bidonvilles

Après Mumbai, Rio, Paris fait la part belle aux bidonvilles. Au fil du temps, de plus en plus de...

Expulsion des étrangers délinquants : Darmanin fait-il de la com ?

Expulsion des étrangers délinquants : Darmanin fait-il de la com ? Philippe Rossi avec Philippe Bilger, Abdoulaye Kante et...

Rennes. Des patrons de bar en colère contre les mesures sanitaires

Ils étaient 300 patrons de bar, à manifester bruyamment leurs inquiétudes devant l'hôtel de Ville, ce 30 septembre 2020. Une délégation du collectif et le...

Tour de chauffe pour Donald Trump

Dans l’actualité de mercredi soir sur TV Libertés, retour sur le 1er débat de la présidentielle américaine. Malgré une presse majoritairement hostile à Donald...

Eric Zemmour : « Le niveau de l’école en France est catastrophique »

Eric Zemmour : « Le niveau de l’école en France est catastrophique. Les profs reçoivent des consignes pour remonter les notes. Un 16 à...

Arménie. La Turquie jette de l’huile sur le feu au Haut-Karabakh

 Ahmad al-Khaled est un journaliste indépendant qui se concentre principalement sur l'implication d'acteurs étrangers dans le conflit syrien et ses conséquences aux niveaux régional...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -