En finir avec le péril « vert » [L’agora]

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Julien Dir, chroniqueur et polémiste officiant régulièrement sur Breizh-Info, est l’invité pour 8 semaines du quotidien Présent. Il poursuivait sa mission mardi dernier, par une tribune évoquant le péril « vert » et l’imposture des maires EELV. Le ton ne change pas par rapport à ce qu’il écrit sur Breizh-info. Piquant.

(pour vous abonner à Présent, c’est ici)

En une semaine, les Khmers verts en ont montré un peu plus sur leur vrai visage. Celui d’ayatollahs, qui, loin d’être de vrais écologistes (on n’entend jamais ces gens évoquer la démographie africaine ou asiatique, principale menace mondiale pour l’environnement), entendent terroriser la population française, la priver de son passé, de son histoire, de ses traditions.

Ainsi donc, entre le maire de Bordeaux qui veut supprimer le sapin de Noël de son centre-ville, cet « Arbre mort », et le maire de Lyon qui estime que le Tour de France serait une course « machiste et pas écologique », on tient là deux savants fous, aux manettes pourtant de deux métropoles majeures de ce pays.

Un Tour de France qui, décidément, est détesté par ces bobos hors sol, qui ont même refusé qu’ils passent à Rennes l’an prochain, pas assez respectueux des droits de la femme disent-ils (quand dans le même temps, les mêmes ont voté pour l’autorisation du port du voile islamique dans les piscines de la municipalité…)

Il n’y a d’ailleurs pas que Bordeaux et Lyon à être entre les mains de fous dangereux. On pourrait rajouter les alliances passées avec ces Khmers verts, à Nantes, à Rennes, à Paris, à Strasbourg, à Marseille, au final, dans toutes les métropoles françaises de gauche.

Leurs méfaits, ils les commettent déjà dans nos villes depuis des décennies, sous les couleurs rouges, roses ou vertes, sans que jamais, bien trop lâches, les élus de droite ne reviennent dessus lorsqu’ils sont parfois élus dans la foulée.

Doit-on encore parler de la croisade anti-automobilistes à Paris ? Du suicide anti-nucléaire qui conduira sans doute des pans entiers de notre pays à être, un jour ou l’autre, privés d’énergie ? Des arrangements mafieux avec les compagnies implantant des éoliennes dans nos campagnes, sans que les citoyens ne bénéficient pour autant de ristournes sur l’électricité, tout en subissant les nuisances permanentes de ces instruments sans intérêt.

Des arrêtés à peu près anti-tout qui sont pris dans les villes gérées par ces furieux, qui transforme le policier municipal en père-la-morale (et percepteur d’impôts) là où les citoyens aimeraient voir des hommes en armes mettre hors d’état de nuire ces populations qui agressent, violent, droguent quotidiennement nos gamins dans les rues de ces mêmes villes, par ailleurs de plus en plus sales ?

Le pire est devant nous, avec la perspective d’une élection présidentielle qui pourrait être remportée par un Jadot, ou par un Mélenchon ayant épousé l’idéologie de ces individus clairement dangereux.

Ces ayatollahs faussement estampillés écologistes sont dangereux, car pour faire table rase du passé, ils feront également un jour table rase de ceux qui composent nos pays d’Europe (car leurs copies se déclinent en Allemagne, en Belgique, dans toute l’Europe de l’Ouest).

On leur doit l’agitation permanente pour les migrants. Les subventions aux associations qui collaborent avec les mafias qui dirigent la traite d’êtres humains au-delà des mers. La dépense publique sans compter pour l’autre, avant les nôtres.

Ils sont à l’initiative de toutes les lois liberticides. Qui vous interdisent de penser, de parler, de vous exprimer, d’étudier.

Ils rêvent des vrais délinquants dehors, et des opposants politiques en prison, ou en camp de rééducation. Ils trouvent aux uns toutes les excuses du monde, proportionnelles à la haine qu’ils vouent aux autres.

Après avoir pris possession des écoles, de l’Éducation nationale, ils ont gangréné une grosse partie de nos facultés, diffusant le poison venu d’outre-Atlantique, qu’il prenne la forme de la négrolâtrie, du combat pour « la société inclusive », pour le « genre », pour les « minorités visibles ».

La devise de ces Khmers faire pourrait d’ailleurs être : « Tout ce qui peut nuire à l’homme blanc hétérosexuel et à la civilisation européenne est nôtre ».

Ils veulent notre mort et celle de vos enfants, notre extermination, culturelle, ethnique (et un jour physique ?), il faut en prendre conscience.

En prendre conscience, et réagir. Ne rien céder. Ne rien accepter. Il faut que vous exigiez de ceux qui sont censés vous représenter politiquement, qu’ils manifestent, qu’ils bloquent, qu’ils pétitionnent, qu’ils créent le scandale, qu’ils justifient les salaires pour lesquels vous, contribuables et électeurs les payez. Qu’ils s’opposent, mais qu’ils le fassent vraiment.

Ce que vous exigez de vos élus, vous devez également l’appliquer à vous même. Dans les écoles de vos enfants, en ne laissant rien passer, ni cours sur la théorie du genre, ni éducation sexuelle à l’école primaire ni promotion de l’immigration et du métissage, rien. Sur votre lieu de travail, rien. Dans les associations auxquelles vous participez, rien.

Ces gens là, cette minorité que forment les Khmers verts (élus partout pour cause d’abstention massive, ce qui ne leur donne aucune légitimité populaire) n’avancent que de nos reculades, que de nos silences, que de nos craintes de mise à l’écart, économique, sociale, familiale.

Il est temps de se réveiller. Il est temps de ne plus reculer. Il est temps de réagir et d’en finir avec le péril « vert », et avec ces nuisibles qui sont en train, par leurs exactions quotidiennes, de creuser nos tombes à tous, nous, les derniers des Européens.

Debout. Ici, et maintenant.

Julien Dir

Crédit photo : Renaud Alouche (DR)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...