Nantes. Des avancées cliniques de quatre programmes thérapeutiques différenciés en immuno-oncologie et dans les maladies auto-immunes

A LA UNE

OSE Immunotherapeutics est une société de biotechnologie en phase clinique, basée à Nantes. Elle développe des immunothérapies innovantes, en direct ou via des partenariats, pour l’activation et la régulation immunitaire en immuno-oncologie et dans les maladies auto-immunes. La société dispose de plusieurs plateformes technologiques et scientifiques : néo-épitopes, anticorps monoclonaux agonistes ou antagonistes, idéalement positionnées pour combattre le cancer et les maladies auto-immunes.

A l’occasion de la présentation de ses résultats économiques semestriels, la société a également mis à jour quatre programmes thérapeutiques différenciés en immuno-oncologie et dans les maladies auto-immunes

Tedopi®, combinaison de 10 néoépitopes qui génère une activation spécifique des lymphocytes T

  • Le produit le plus avancé de la Société a montré des résultats positifs de l’étape 1 de sa phase 3 clinique, Atalante 1, dans le cancer du poumon non à petites cellules après échec d’un traitement par inhibiteur de point de contrôle PD-1/PD-L1. Le critère principal a été atteint avec un taux de survie à 12 mois de 46 % chez les patients traités avec Tedopi®, supérieur au taux d’efficacité prédéfini de
    40 % et au-dessus de la limite de futilité prédéfinie de 25%. A partir de ces données positives, la Société explore les meilleures options pour la suite du développement du produit.
  • Tedopi® est également en cours d’évaluation dans un essai clinique de phase 2, appelé TEDOPaM, dans le cancer du pancréas, sous la promotion du groupe coopérateur en oncologie GERCOR. En raison de la situation due à la COVID-19, le screening et le recrutement de nouveaux patients dans TEDOPaM sont actuellement suspendus.

BI 765063 (OSE-172), checkpoint inhibiteur myéloïde, développé en partenariat avec Boehringer Ingelheim

  • BI 765063 est en cours de Phase 1 clinique dans les tumeurs solides avancées. Il s’agit d’une étude de dose de BI 765063, administré seul et en combinaison avec un anticorps monoclonal et antagoniste de PD-1 de Boehringer Ingelheim, BI 754091, un inhibiteur de point de contrôle des lymphocytes T. Cet essai vise à évaluer la tolérance, la pharmacocinétique, la pharmacodynamie et des données préliminaires d’efficacité du produit chez des patients atteints de tumeurs solides avancées.

OSE-127, anticorps monoclonal ciblant le récepteur IL-7 développé en partenariat avec Servier

  • A partir des résultats positifs de phase 1 montrant un bon profil de sécurité et de tolérance du produit, le démarrage de deux études de phase 2 distinctes est prévu au 4ème trimestre 2020 : dans la rectocolite hémorragique (promotion OSE) et dans le syndrome de Sjögren (promotion Servier).

Recherche et Développement 

CoVepiT, un vaccin multi-cibles de deuxième génération contre la COVID-19, développé à base de néo-épitopes optimisés de SARS-CoV-2

  • En août 2020, la Société a publié en ligne sur BioRxiv les données positives d’une étude préclinique et d’une étude ex vivo chez l’homme. Ces données soutiennent le potentiel de CoVepiT à devenir un vaccin innovant et différencié contre la COVID-19, basé sur une technologie d’induction des lymphocytes T mémoires contre des cibles multiples du virus SARS-CoV-2. Ces résultats démontrent que CoVepiT permet de générer des cellules T mémoires sentinelles résidentes des tissus barrières, comme les voies respiratoires et le poumon, associées à une immunité protectrice à long terme. Le démarrage d’une étude clinique de phase 1/2 est prévue fin 2020 ou début 2021.
  • OSE Immunotherapeutics a reçu un financement de 200 K€ de Nantes Métropole, dédié au développement de ce vaccin prophylactique CoVepiT.

Nouvelles données sur CLEC-1, BiCKI® et BiCKI®-IL-7 présentées fin juin au Congrès annuel virtuel de l’American Association of Cancer Research (AACR)

  • L’identification et la caractérisation d’une nouvelle cible de point de contrôle myéloïde, CLEC-1 (parmi les récepteurs CLR – C-type lectin receptors) et des premiers anticorps monoclonaux antagonistes de CLEC-1 bloquant le signal « Don’t Eat Me », constituent une nouvelle approche d’immunothérapie du cancer. Ces résultats sont issus d’un programme de recherche mené par l’équipe R&D d’OSE en collaboration avec le Dr Elise Chiffoleau (CRTI, Centre de Recherche en Transplantation et Immunologie, UMR – INSERM 1064, Centre Universitaire de Nantes).
  • Des avancées précliniques ont confirmé que la plateforme bispécifique BiCKI®, et en particulier le bifonctionnel anti-PD-1/IL-7, BiCKI®-IL-7, ont le potentiel pour lutter contre les mécanismes de résistance aux traitements anti-PD(L)-1 et s’adressent à une population de patients en échappement immunitaire aux traitements par inhibiteur de point de contrôle.

A partir de ses plateformes technologiques et scientifiques (néoépitopes, anticorps monoclonaux agonistes ou antagonistes de la réponse immunitaire), la Société poursuit activement des nouveaux programmes innovants en recherche.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Il gifle une dame de 80 ans..son avocate veut qu’il fasse « un stage pour apprendre à gérer ses émotions »

Un individu de 34 ans était jugé en comparution immédiate cette semaine à Rennes, pour avoir giflé, mercredi 22...

Rennes. Le RN dénonce les ateliers « en non mixité » et les subventions publiques au festival néo-féministe « Dangereuses Lectrices »

Ces 25 et 26 septembre s'est tenu à Rennes un drôle de festival, ultra confidentiel, mais subventionné par la...

Articles liés