À Rennes : le Mondo Bizarro, institution du punk-rock en Bretagne, veut éviter la fermeture

A LA UNE

Yves Mervin (Saint-Marcel, 1944) : « La Résistance en Bretagne raconte l’histoire qui lui convient » [Interview]

Nous avons évoqué il y a quelques semaines la sortie d'un livre remarqué, signé Yves Mervin, véritable empêcheur de...

Dissolution de Génération Identitaire. Le décret démoli point par point par un avocat

La dissolution de Génération Identitaire a été validée en conseil des ministres cette semaine. Les services juridiques de l'ONG...

Protocole sur le Brexit. Les accords du Vendredi Saint menacés en Irlande du Nord, l’UE met le feu aux poudres

La tension est à son comble en Irlande du Nord, et l’Union européenne est en train de mettre de...

Refaire un peuple. Julien Langella : « Pas de liberté sans communauté » [Interview]

Julien Langella, essayiste, co-fondateur de Génération identitaire et porte-parole d'Academia Christiana, vient de sortir un nouveau livre aux éditions...

Laïcité, Paty, Charlie, symboles religieux : Un sondage montre la fracture croissante entre musulmans et non musulmans dans les lycées en France

La LICRA, ligue de vertu qui ne cesse d’attaquer devant les tribunaux des polémistes, écrivains, politiques qui ont le...

Depuis lundi 28 septembre, les bars doivent fermer à 22 h. Un nouveau coup dur pour les gérants déjà dans le dur depuis le confinement.

Bruno Perrin le propriétaire de cette institution du punk rock à Rennes en en Bretagne, est dans le flou face à la crise sanitaire. Finis les concerts, faut-il vendre le Mondo Bizarro ?

La situation actuelle est compliquée comme il le rapporte à Ouest-France :

« Il faudrait faire des concerts assis, c’est impossible au Mondo.Le plus difficile est le fait qu’on ne sait pas du tout quand cela redeviendra possible. Je ne peux donc rien prévoir (…) Je crois qu’il vaut mieux arrêter avant d’être trop dans le rouge. Le bar était connu pour ses concerts. Quand il n’y en a pas, les clients sont rares. Mais ce n’est pas vraiment pas de gaieté de cœur que j’arrête…»

Si l’institution rennaise venait à fermer, ce serait alors plusieurs générations de rockers qui seraient orphelins d’un lieu unique en son genre, où les plus grands de la scène rock alternative se sont produits.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine –

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Jean-Michel Blanquer est-t-il obéi par ses services ?

Si les parlementaires bretons étaient capables de secouer le cocotier, l’Éducation nationale n’oserait pas réduire les heures d’enseignement du...

L’Afrique 2,5 milliards de voisins en 2050. 100 questions traitées par Stephen Smith et Jean De la Guérivière

Après « La ruée vers l'Europe », Stephen Smith récidive en compagnie du journaliste Jean De la Guérivière avec...
- Publicité -