Nantes. Clinique du Parc : 29 jours de grève pour 60 € d’augmentation

A LA UNE

Enquête : ces Tchétchènes déjà arrêtés pour terrorisme

Après la décapitation du professeur d’histoire de Conflans, Samuel Paty, par un jeune Tchétchène radicalisé d’Evreux, Abdullakh Anzorov, le...

État d’urgence sanitaire. Que dit le projet de loi présenté en conseil des ministres ce matin ?

Après avoir laissé planer un couvre-feu à 19h dans les grandes villes, ou généralisé à tout le territoire, dans...

Document : le texte de la décision qui a accordé le droit d’asile à la famille du terroriste islamiste

D’abord déboutée de l’asile à cause d’un « récit stéréotypé » par l’Office français pour la protection des réfugiés...

Nantes Métropole pressure ses contribuables, et ça ne va pas en s’arrangeant

Le rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion de Nantes Métropole s’est fait attendre. Alors qu’un...

Jean-Philippe Lévêque (La déferlante, Immigration et Surpopulation) : « La non maitrise de la natalité est un danger imminent pour l’humanité » [Interview]

La déferlante, Immigration et Surpopulation. Tel est le titre d'un livre majeur, que vient de sortir l'éditeur Culture &...

Est-ce que le conflit social en valait la peine ? Après 29 jours de grève, les salariés de la clinique du Parc, rue Bellamy, reprennent le travail ce 15 octobre après une médiation à Paris avec la direction du groupe Ramsay. Les grévistes ont obtenu 60 euros d’augmentation par mois alors qu’ils en demandaient 100 – sur des salaires de 1100 à 1300 € en moyenne – et que la direction voulait leur en accorder 50 euros, bruts.

Il y a eu dans ce conflit 35 jours de grève depuis juin dernier dont 29 consécutifs. Les 52 patients de cette clinique spécialisée en psychiatrie ont été impactés, puisqu’ils ont été transférés, soit chez eux, soit dans d’autres établissements. Les grévistes ont été soutenus par la CGT.

Avec le départ de la clinique Sourdille et de la clinique Saint-Augustin vers la polyclinique de l’Atlantique, la clinique du Parc est l’un des derniers établissements médicaux dans Nantes, avec la clinique Brétéché située à l’est du centre-ville, dans le prolongement du pont Saint-Mihiel. Et bien sûr le CHU Hôtel-Dieu.

Un leader de l’hospitalisation privée bien endetté… et « spéculatif »

Le groupe Ramsay Générale de Santé, filiale du groupe australien Ramsay Health Care (52.2%), dispose fin juin 2019 de 343 établissements en Europe (120 en France, plus 20 de l’ex-groupe Capio) – mais prévoit de se désengager de l’Allemagne où il compte céder six cliniques – et emploie 35.789 personnes. On note parmi les autres actionnaires le gynécologue André Attia (6.5%), créateur du groupe d’hôpitaux privés Hexagone Group, et la filiale assurances du Crédit Agricole Predica SA (39.6%). Ramsay Générale de Santé se positionne comme le leader de l’hospitalisation privée en France et veut devenir leader de « l’hospitalisation intégrée » en Europe.

En France, le groupe a réalisé 78% de ses ventes pour 2.6 milliards d’euros en 2019 ; fin juin 2019, avec l’intégration de l’ex-numéro 3 du secteur, le groupe Capio, le chiffre d’affaires annuel avait augmenté de moitié à 3401.11 millions d’euros ; à périmètre constant, une progression de 2.1% était constatée. Le résultat net augmentait d’un million d’euros (8.2 millions contre 7.3) en un an. Du fait de l’acquisition de Capio pour 750 millions d’euros contractés auprès du Crédit Agricole et de la Société Générale, et de la dette de Capio (465 millions d’euros en décembre 2018), l’ensemble est noté Ba3 par l’agence de notation Moody’s, ce qui correspond aux actifs spéculatifs.

Au sujet de l’endettement, le groupe explique dans ses résultats officiels : « L’endettement financier net au 30 juin 2019 augmente fortement pour atteindre 1 641,7 millions d’euros contre 927,1 millions d’euros au 30 juin 2018. La dette nette comprend, notamment, 1 955,3 millions d’euros d’emprunts et dettes financières non courants, 69,4 millions d’euros de dettes financières courantes, compensés par 368,5 millions de trésorerie positive ». De quoi payer quelques aumônes à ses employés ?

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les derniers articles

Covid-19. Couvre-feu en Ille-et-Vilaine : tout ce qu’il faut savoir

L'Ille-et-Vilaine fait désormais partie des départements concernés par le couvre-feu en raison de la propagation du Covid-19. Quelles sont...

Julien Rochedy : « Oui, il est légitime de vouloir se séparer d’avec des groupes de population qui refusent le véritable vivre-ensemble » [Vidéo]

Dans sa dernière vidéo, l'essayiste Julien Rochedy s'attaque au sujet du séparatisme et considère qu'une partition au moins partielle...

Île-de-France. Un enfant de 10 ans mord son enseignante, la faute au « manque de moyens » ?

À Fontenay-sous-Bois, un enfant de 10 ans a mordu une enseignante, nécessitant l'intervention des pompiers. Une violence qui serait une nouvelle fois due au...

Terrorisme islamiste : le point de non-retour ?

À la Une de ce journal de TVLibertés du 21 octobre, cinq jours après l’assassinat de Samuel Paty, où en est l’enquête ? Sept...

Pêche à la telline dans le sud-Finistère

La telline, est un petit mollusque pêché sur la côte atlantique. Un coquillage particulièrement prisé des Espagnols, Portugais, des Italiens et des Japonais. Après quelques années difficiles,...

Robert Ménard « Tous ceux qui trouvaient des excuses aux islamistes sont des collabos ! »

Le maire de Béziers, Robert Ménard, était l'invité politique du Grand Matin Sud Radio, au lendemain de l'hommage national à Samuel Paty. https://www.youtube.com/watch?v=hojmsCHMsOc Crédit photo :...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -