Chantage à l’état de droit et révolution culturelle imposée de l’extérieur : le non possumus de la Pologne

A LA UNE

Gilles Pennelle/Florent de Kersauson (RN) : « Faites entendre votre voix et ne laissez pas la Bretagne aux mains des socialistes ! » [Interview]

À quelques encablures du second tour des élections régionales qui aura lieu dimanche 27 juin, le Rassemblement National est...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Notre processus démocratique marche mal, de plus en plus mal » [Interview]

Premier des cinq candidats à répondre aux questions à quelques jours du second tour des élections régionales, Thierry Burlot,...

Régionales 2021. Le point sur le second tour, région par région

On vous propose de faire le point sur le second tour des régionales qui se déroulera dimanche prochain, point...

2ème tour des élections régionales en Bretagne. Mode d’emploi

Après le premier tour qui n'a pas mobilisé les foules, le deuxième tour des élections régionales s'annonce dimanche en...

Régionales 2021. Les résultats dans toutes les régions de France

Retrouvez ci-dessous les résultats des élections régionales dans toutes les régions de France. L'abstention s'établit à 66,1%, ce qui constitue...

Pologne (via le Visegrád Post) – Dans un entretien publié ce mercredi par le journal polonais Gazeta Polska codziennie, le chef du PiS Jarosław Kaczyński, vice-premier ministre dans le gouvernement Morawiecki, annonce un veto de la Pologne si le prochain budget européen doit être conditionné à l’évaluation par la Commission du respect par les 27 de l’état de droit et des « valeurs européennes ». Extrait :

Une bataille très sérieuse attend la Pologne contre ceux qui, dans le cadre de l’UE, veulent nous imposer leurs valeurs, voire nous soumettre.

Nous sommes confrontés à un effort en vue de nous prendre notre souveraineté, y compris dans le domaine de la culture. Pour que tous comprennent bien de quoi il s’agit dans ce conflit avec l’UE, je vais évoquer l’exemple de la Pologne communiste. Du point de vue du modèle communiste, et donc de l’Union soviétique, l’existence d’exploitations agricoles individuelles était une horreur, mais elles existaient quand même dans la Pologne communiste. L’action de l’Église catholique était elle aussi inacceptable [du point de vue des communistes, NDLR], et malgré cela elle fonctionnait dans la Pologne communiste, même si elle était bien sûr harcelée, persécutée et brutalement opprimée. Et donc même à l’époque communiste, certaines sphères de la liberté humaine, des possibilités de choix pouvaient être préservées. (…) Aujourd’hui les institutions de l’Union européenne, divers fonctionnaires de l’UE, certains politiciens que les Polonais n’ont jamais élus, exigent de nous que nous remettions en cause toute notre culture, que nous rejetions tout ce qui est pour nous essentiel, parce que c’est comme ça et puis c’est tout. En effet, il n’existe aucune autre justification, on ne trouve rien justifiant ces exigences dans les traités, et c’est contraire à notre déclaration de souveraineté culturelle adoptée par la Diète avant notre adhésion à l’UE. Nous n’accepterons pas de tels agissements. Nous allons défendre notre identité, notre liberté, notre souveraineté quel qu’en soit le coût. Nous ne nous laisserons pas terroriser avec de l’argent. Notre réponse à ces agissements sera claire : c’est non. 

Il y aura donc un veto au budget et au fonds de relance anti-Covid ?

Il y aura un veto. Si les menaces et les chantages se poursuivent, nous défendrons fermement les intérêts vitaux de la Pologne. Ce sera un veto. Non possumus. Et c’est ainsi que nous agirons envers quiconque utilisera la contrainte contre nous. Je le redis, parce que je l’ai déjà dit : nous sommes du bon côté de l’histoire. Ce sont ceux qui veulent nous priver de notre souveraineté, nous imposer leurs caprices, qui sont sur le chemin menant à la chute.

Olivier Bault
correspondant à Varsovie du Visegrád Post et du quotidien Présent.
Crédit photo : Piotr Drabik from Poland/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 
.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Régionales 2021 : le grand débat d’entre-deux-tours en Pays de la Loire

Les électeurs sont appelés à voter pour leur président de région ce dimanche 27 juin, à l'occasion du second...

Logements étudiants : le point sur le marché locatif en Bretagne administrative avant la rentrée 2021

Dans l'optique de la rentrée de septembre 2021, la recherche de logements étudiants est un sujet d'actualité pour une...

3 Commentaires

  1. Si elle est sincère et suivie d’effet, cette déclaration, qui devrait faire école dans les pays du pacte de Visegrad, est une excellente nouvelle qui devrait finir de précipiter l’UE dans le gouffre.

  2. Il est évident que la lutte des Européens contre les €uropéens va être bien plus intense que les autres petites affaires dans lesquelles certains perdent littéralement la tête, au propre comme au figuré.

    Le Général affirme à Grenoble, le 7 octobre 1960 :

    « Il est nécessaire que l’Europe se construise, c’est-à-dire qu’elle s’unisse de manière que ce qu’elle représente, QUE CE CAPITAL NE SOIT PAS DISPERSÉ, de manière que les Européens défendent ensemble la liberté et la dignité humaine, de telle manière que dans le monde où déferle un flot de haine et de démagogie, ce foyer magnifique de raison, de progrès et de fraternité ne soit pas submergé.

    La France ne peut le faire qu’avec les réalités. Il n’y a pas d’autres réalités européennes que nos nations et les États qui les expriment. »

    (D’après le Dauphiné libéré du 8 octobre 1960)

    Le phénomène de bandes €uropéennes qui écument le business Schengen n’aura qu’un temps; temps qui s’amenuise à mesure que le terme approche.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Pologne. Tysol, l’hebdomadaire du syndicat polonais Solidarność, lance une version francophone [Interview]

Tygodnik Solidarność est un hebdomadaire polonais. Lancé et publié par le mouvement Solidarité le 3 avril 1981, il a été interdit par la République...

Pologne. Malgré une politique nataliste, le déficit démographique s’accentue

Malgré une politique nataliste mise en place par les autorités en Pologne, le déficit démographique s’accentue. Ainsi, la natalité est repartie à la baisse...

Mère courage, une famille nombreuse en Pologne

Faire son chemin quand on est une famille nombreuse installée dans la campagne polonaise est tout sauf évident. Pourtant, Agata et son mari Henryk y...

Décodage. Cinq faits à connaître au sujet du veto hongrois au budget de l’UE

La Hongrie et la Pologne sont une fois de plus montrées du doigt et pointées comme étant les brebis galeuses de l'Union européenne, simplement...