Le Salon d’art de Saint-Aignan-de-Grandlieu : à découvrir en un temps d’isolement !

A LA UNE

Covid 19. Amnesty international accuse la Belgique d’avoir sacrifié ses anciens

Avec 1429 morts par million d’habitants à ce jour, la Belgique serait le pays le plus touché au monde...

Le lobby immigrationniste en France, minoritaire numériquement, puissant en influence

L’occupation le 23 novembre de la place de la République à Paris par des migrants et la « mise à...

Julien Langella : « Politiquement, le Pape François devrait se taire » [Interview]

Les sorties politiques du Pape François se multiplient, et feraient presque parfois passer Jean-Luc Mélenchon pour un réactionnaire. Prônant...

Adrian Gilles (Boisson Divine) : « Une langue qui est parlée ne meurt pas » [interview]

Boisson Divine, à écouter sans modération ! Depuis 2005, ce groupe de musique du sud-ouest fait la fierté de la...

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Chaque année Saint Aignan de Grand Lieu, petite commune aux confins du Pays de Retz en Loire Atlantique organise un «  Salon d’art », 2020 en marque la 28ème édition. Quoique  ignoré des grosses machines culturelles de la métropole nantaise, il a acquis une renommée certaine et  attire chaque année un public nombreux et intéressé.

En dépit de la pandémie covidienne la municipalité a fait front en maintenant le salon qui se déroule du 24 octobre au 14 novembre. Pas d’inauguration et de discours cette année, le Commissaire d’exposition Jean-Joël Brégeon rappelle dans un édito de la plaquette du salon la peste noire qui décima l’Europe au XIVème siècle « emportant un tiers au moins de sa population ». De nombreux artistes et créateurs disparurent, d’autres survécurent comme Boccace qui composa  « cent nouvelles, truculentes, débordantes de vie, tragiques aussi » et Andrea Orcagna qui peignit au Campo Santo de Pise « une fresque, le Triomphe de la mort qui ramenait à l’essentiel la vie ». Il poursuit : « l’actuelle pandémie, déclinée dans les médias comme une autre fin du monde, doit inspirer tous ceux qui vivent dans de l’intérieur » et conclut : « La vie de l’art  sera d’autant plus forte, victorieuse que nous serons tous là dans le plaisir de jauger, d’aimer, de détester, de nous retrouver ».

23 artistes donc, 12 peintres, 5 sculpteurs et 6 autres pratiquants des techniques différentes comme la gravure, le dessin ou le collage   exposeront plus de 70 œuvres. « Un choix éclectique, du figuratif, du classique » selon  le commissaire du salon.

L’invité d’honneur est le tourangeau Bertrand Bataille. Son univers est peuplé d’anges et d’étranges personnages. Sa peinture est marquée par le  surréalisme,  elle  rappelle aussi la peinture flamande de Jérôme Bosch et joue parfaitement avec la lumière et le clair obscur.

Prix du jury 2019, le Rezéen Thomas de la Pinta d’abord peintre et dessinateur de bandes dessinées formé à l’école d’Angoulême, il se consacre surtout à la gravure, il en expose ici  plusieurs  d’un érotisme soft – ce qu’il faut – !

Remarqué aussi les dessins et collages d’Olivia Quintin. Vannetaise, elle développe un style entre le figuratif et l’abstraction. Elle s’intéresse  particulièrement aux oiseaux.

France Conquer dont l’atelier est situé dans le vignoble au Sud de Nantes, produit des enluminures  avec une iconographie d’inspiration médiévale, persane, japonisante ou contemporaine. Les matériaux utilisés sont nobles et naturel  avec des recettes artisanales éprouvées depuis plus de 1000 ans !

Le  sujet de prédilection d’Alain Fortier est la nuit, mais paradoxalement, la nuit, c’est la lumière. Mais tout y est différent. Les ombres s’allongent, l’imagination bat son plein. Il aime le plus les ambiances, les ressentis, les sensations et les exprime sur des pastels secs.

Cette année les sculpteurs exposés ne sont que cinq. Nous en avons remarqué deux :

Aude Ferchal. L’univers de cette artiste nantaise est principalement axé autour du corps humain.Elle sculpte des « messagers » caractérisés par leurs failles et fissures. Ele utilise la technique japonaise d’émaillage du Raku.

Georges Roux

Peintre et sculpteur ce Nazairien est passionné par le Japon. Il travaille aussi bien l’huile que le pastel l’aquarelle ou la lithographie. Récemment, c’est la pratique du kendo et de l’iaido qui l’ont amené tout naturellement à la sculpture pour exprimer la beauté des attitudes de ces arts martiaux pratiqués par les samurais pour parfaire sans risque leur technique de sabreurs.

F.C.

 Les 70 œuvres sont à découvrir .jusqu’au 15 novembre, du mercredi au vendredi, de 15 h à 19 h et le week-end et les jours fériés, de 14 h à 19 h, salle de l’Héronnière, à Saint-Aignan-de-Grandlieu.

Un protocole sanitaire strict est mis en place pour  accueillir le public en toute sécurité.

Crédit photos : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Allemagne : Un homme fonce en voiture sur des passants à Trèves – Plusieurs morts et 15 blessés, l’auteur arrêté

Des passants ont été percutés par un individu armé de sa voiture dans une zone piétonne à Trèves, dans...

Guillaume Bigot : Pourquoi il faut virer le parti de l’étranger

Toute aristocratie connaît trois âges successifs, comme l'avait vu Chateaubriand :"l'âge des supériorités, l'âge des privilèges et l'âges des...