Aider les commerçants ? La Ville de Nantes préfère donner 300.000 euros à… une filiale de La Poste

A LA UNE

Victor Aubert (Acadamia Christiana) : « Le thème de notre université sera la communauté car nous pensons qu’elle est le socle du politique »

Du 16 au 22 août 2021 (avant-dernière semaine d’août) se déroulera une nouvelle université d'Académia Christiana, université des jeunes...

Fête de la musique 2019 à Nantes : vers une mise en examen de Johanna Rolland

« Le jeune homme est bien tombé dans la Loire pendant l’intervention policière » : depuis hier soir, des titres de ce...

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Pour la filiale de la Poste Mavillemonshopping, les confinements à répétition sont une bonne opération. En deux attributions de subventions (200.000 € fin septembre, 100.000 € le 4 décembre) les contribuables nantais viennent de payer 300.000 € à cette plateforme, qui affiche son appartenance au groupe La Poste (en bas, à droite). Un géant qui n’a guère besoin d’être aidé, au contraire du petit commerce.

Depuis le 24 mars, cette plateforme créée en 2017 qui vivotait fait des affaires d’or. En effet, il a été annoncé que « pendant toute la période de confinement, les collectivités n’ont pas à s’acquitter de l’abonnement à la plateforme pour que leurs commerçants puissent s’inscrire et la commission sur les ventes des commerçants sera supprimée et ramenée à 0 ». La plateforme se garde bien de dire ce qu’il en sera, après.

Pendant ce temps, les commerçants font eux-mêmes tout le travail : « Le commerçant ouvre gratuitement un profil en renseignant ses informations sur le site www.mavillemonshopping.fr : sa boutique en ligne est créée instantanément.  Il référence ses produits directement dans son espace en ligne sécurisé et dédié : il renseigne le nom du produit, la catégorie des produits, le prix TTC, ajoute une photo s’il le souhaite, et valide. Les produits sont alors mis en ligne et disponibles à la vente ».

Après, « il faudra certainement payer », s’alarme un commerçant baulois. « Ils tablent sur le fait que comme on aura entièrement rentré les données – et c’est un travail de romain ! – on n’ira pas voir ailleurs ». La plateforme s’est aussi appuyée sur un démarchage considérable auprès des collectivités locales, qui ont largement donné suite, y compris des municipalités plutôt hors-système comme Perpignan (RN).

« Pourtant, ce n’est pas comme si c’était efficace », relève un commerçant du quartier des Hauts-Pavés. « L’ergonomie est nase, les clients doivent rentrer toutes leurs données avant d’accéder aux produits, et on a très peu de retours », poursuit-il. A Guérande, pas mieux : « le gars qui fait deux commandes par semaine avec cette plateforme, c’est notre Amazon local », ironise un producteur. « En gros, c’est une par semaine, au mieux ».

 Sur la côte, un autre producteur coupe, « quand on voit l’argent public qui est mis dedans, ils auraient été mieux inspirés de le donner aux associations de commerçants pour faire des animations pour Noël et cet hiver ». Avec un chiffre d’affaires en hausse de 25 milliards d’euros en 2019, le groupe La Poste a-t-il besoin d’aide ? Et même s’il est déficitaire d’1.2 milliards d’euros à la suite du 1er semestre 2020, est-ce aux collectivités locales et aux commerçants de lui venir en aide, au risque de sacrifier à la grande tradition française du capitalisme de connivence ? Pourtant, cela finit mal en général, comme en témoignent les déconfitures d’Areva, de l’écotaxe, du Crédit Lyonnais par le passé ou d’EDF maintenant.

Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Rave party à Redon et affrontements avec les forces de l’ordre : un homme a eu la main arrachée

Les gendarmes ont empêché l'installation de plus d'un millier de fêtards pour une free-party à Redon (Ille-et-Vilaine), dans la...

Ils avaient dénoncé l’Islamisme. Deux colleurs d’affiches de Génération identitaire condamnés par la justice

Le 18 juin 2021, le tribunal correctionnel d'Aix-en-Provence a condamné Jérémie Piano et un autre militant aixois de Génération...

Articles liés

Fête de la musique 2019 à Nantes : vers une mise en examen de Johanna Rolland

« Le jeune homme est bien tombé dans la Loire pendant l’intervention policière » : depuis hier soir, des titres de ce genre fleurissent dans toute la...

Nantes : la guerre des pinceaux se poursuit sur l’escalier Beaurepaire

Le gag récurrent a cessé de faire rire : une fois de plus, l’escalier qui descend de la rue Beaurepaire au cours des 50...

Nantes. Après l’affaire Kerivin, l’opposition s’attaque à tout le « système Rolland » (et Ayrault)

En révélant les malversations soupçonnées de Joëlle Kerivin, en même temps directrice (démissionnée) de la Folle Journée et de l'espace Simone de Beauvoir, les...

Johanna Rolland et Anne Hidalgo vont ramer ensemble…

Johanna Rolland (PS), maire de Nantes, a des ambitions nationales. Participer activement à la prochaine campagne présidentielle la fait saliver. Ce sera « porte-parole...