Claude Brasseur (1936-2020) : une certaine manière d’être français

A LA UNE

Bain-de-Bretagne. Un patron marocain employait 42 migrants clandestins, fraudant Urssaf et chômage partiel

Un Marocain en situation irrégulière faisait travailler des migrants clandestins dans une société de transport à Bain-de-Bretagne tout en...

Paris. Étudiante en école de journalisme, une jeune Kabyle subit la censure et la pression de sa direction et des autres élèves

Le terrorisme intellectuel et la propagande politique jusque dans les écoles de journalisme. De quoi ensuite ne pas s’étonner...

Covid-19. Janvier 2021, le pire mois de l’épidémie enregistré sur la planète ?

Avant propos Aujourd’hui, quatre sujets seront abordés : 1 – Un premier bilan social et sociétal pour la France; bilan qui...

Réunification de la Bretagne. 150 élus écrivent à E. Macron pour un référendum

Dans une tribune publiée par le « Journal du Dimanche », 150 élus dont sept députés et six sénateurs, demandent un référendum...

Reportage. Une virée à la découverte de la Basse-Normandie et des plages du Débarquement

En ce Dimanche, nous vous proposons un petit reportage touristique à la découverte de la Basse-Normandie et des plages...

Si, dans deux ou trois siècles, des sociologues entreprennent des recherches sur la France de la seconde moitié du XXe siècle, ses mœurs et façons d’être, nul doute que Claude Brasseur ne constitue un choix excellent pour synthétiser le mâle hexagonal dans sa virilité sereine, sa sensibilité discrète, son enthousiasme intempestif et sa décontraction parfois inquiète.

Un enfant de la balle

Né de deux « monstres sacrés » de l’art dramatique, Odette Joyeux et Pierre Brasseur, Claude Brasseur appartient à la troisième génération de comédiens de la famille Espinasse (son père, Pierre Espinasse, a pris le nom de sa mère). Découragé par ses parents d’intégrer la digne confrérie des acteurs, Claude Brasseur songe un temps au journalisme, avant de tenter l’aventure du Conservatoire, où il côtoie tout aussi bien Françoise Fabian que Jean-Paul Belmondo ou Bruno Cremer. Cantonné dans des petits rôles (chez Renoir, notamment, dans Le Caporal épinglé, 1962), il émerge à la même époque dans Bande à part, de Godard (1964), dans le rôle du petit malfrat qui séduit Anna Karina. À ce titre, Brasseur est sans doute l’un des rares acteurs à se jouer des frontières entre Nouvelle Vague, cinéma dit populaire (impossible d’oublier son interprétation de parigot hâbleur, homosexuel secret, dans le diptyque Un éléphant, ça trompe énormément et Nous irons tous au Paradis, d’Yves Robert, en 1976-77), films policiers (il obtient un César pour son interprétation de flic de l’anti-gang dans La Guerre des polices, en 1980) et, bien sûr, théâtre. Sur les planches, il alterne également entre l’irrésistible  ballet d’épigrammes du Souper (créé en 1989), où il campe un Fouché robuste et indéchiffrable, et pièces de boulevard – il organise avec une maestria retorse Le Dîner de cons, de Francis Veber, en 1993. Auparavant, dans les années soixante, il avait été dirigé à de nombreuses reprises dans les mises en scène de classiques par Roger Planchon.  

Le père idéal

Si le décès de Brasseur nous émeut tous, c’est parce que l’homme porte en lui ce que Barthes aurait pu appeler l’image fantasmée de la francité, mélange des valeurs pérennes de l’hexagone et d’indéracinable esprit gaulois (on songe immédiatement à son rôle de Galipeau dans Le Viager, de Pierre Tchernia, en 1972). Immédiatement reconnaissable au grain de sa voix, tout à la fois rauque et chaleureuse, et son grain de beauté éloquent, il sait communiquer à tous ses personnages, de prime abord un peu granitiques, l’intelligence des émotions. Faux rigides (le père de Vic, dans La Boum, d’abord dépassé par les métamorphoses amoureuses de sa fille de 13 ans, avant de faire un virage à 180 degrés), faux beaufs (le Jacky Pic des trois Camping), les personnages qu’il incarne dissimulent sous leur rugosité apparente une élégance des sentiments, une compréhension de la complexité de l’existence, qui peuvent expliquer qu’en 100 films et à peine moins de pièces, Claude Brasseur soit devenu l’ami, le père ou l’oncle que tout(e) Français(e) rêve de compter dans sa famille.

Sévérac

Crédit photo : Thesupermat/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Faut-il encore investir dans l’immobilier ?

La situation économique mondiale liée à la crise sanitaire nous a montré à quel point l’équilibre financier pouvait être...

Eric Zemmour : « Le gouvernement français n’ose même pas imposer l’interdiction du voile islamique dans l’espace public pour les petites filles »

Eric Zemmour : « Le gouvernement français n’ose même pas imposer l’interdiction du voile islamique dans l’espace public pour...