Seul le soir de Noël, un homme de 94 ans a appelé la police pour trinquer avec lui

Noël

Vivant loin de sa famille et de ses enfants, un italien de 94 ans a appelé les Carabiniers le 25 décembre dernier pour leur demander s’ils seraient d’accord de venir trinquer avec lui pour fêter Noël.

« Y a-t-il un militaire disponible ? »

C’est à la fois une triste et belle histoire de Noël. Selon la presse transalpine, qui se fait l’écho de cette histoire publiée sur Facebook le 26 décembre dernier, un italien de 94 ans résidant dans la commune d’Alto Reno Terme, à Bologne, seul chez lui le jour de Noël, a eu l’idée insolite d’appeler les Carabinieri, les équivalents de nos gendarmes, afin que ces derniers viennent trinquer avec lui en ce soir si particulier.

« Bonjour, je m’appelle Malavolti Fiorenzo, j’ai 94 ans et je suis seul dans la maison. Rien ne me manque, je n’ai besoin que d’une personne avec qui échanger un verre et des toasts pour Noël…»

Comme l’expliquent ces Carabiniers dans une publication Facebook, le vieil homme, vivant loin de ses enfants, leur a ainsi demandé « s’il n’y avait pas un militaire disponible », « peut-être pour passer chez lui » ne serait-ce que « dix minutes » pour trinquer ensemble en ce jour de Noel.

Émus par l’appel, deux agents ont immédiatement répondu présents, rejoignant le nonagénaire chez lui.

Un merveilleux cadeau de Noël

« Après l’émotion initiale et un chaleureux toast de Noël, cette rencontre a été l’occasion de bavarder et d’échanger des anecdotes amusantes, ainsi que quelques appels vidéo à la famille de l’homme âgé », ont en outre détaillé les agents.

Car cette rencontre unique en son genre était également l’occasion pour Malavolti Fiorenzo de raconter aux Carabiniers quelques anecdotes sur sa jeunesse et notamment sur son parcours lors de la Seconde Guerre mondiale.

Comme le relate CNEWS, le nonagénaire a notamment expliqué aux agents que son beau-père, un maréchal répondant au nom de Francesco Sferraza, « avait eu l’honneur de commander la caserne des Carabiniers de Porretta Terme, une petite ville des environs, et dont le bâtiment aujourd’hui n’existe plus car il a été détruit dans les bombardements ».

Après une dernière photo pour immortaliser ce beau moment, les militaires ont conclu leur message en déclarant « être fiers d’avoir pu faire ce merveilleux cadeau de Noël à Malavolti ».

Crédit photo : Capture d’écran Twitter/@Carabinieri
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !