Brest. 200 élèves musiciens et danseurs enregistrent la « Danse slave n°8 » d’Antonín Dvořák.

A LA UNE

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

200 élèves musiciens et danseurs du Conservatoire de Brest enregistrent la « Danse slave n°8 » d’Antonín Dvořák.

Les élèves de tous niveaux et instruments confondus, ont enregistré chacun leur partie, pour obtenir une pièce complète d’orchestre. Les élèves danseurs ont travaillé à partir de l’enregistrement pour chorégraphier la pièce. Enregistrement réalisé en décembre 2020, par les élèves musiciens en distanciel et les élèves danseurs en présentiel  accompagnés par leurs professeurs

Les Danses slaves d’Antonín Dvořák figurent parmi ses œuvres les plus appréciées. Il s’agit de deux séries contenant chacune huit pièces n’ayant aucune parenté tonale ou thématique entre elles. L’une et l’autre ont été écrites en premier lieu pour piano à quatre mains, avant d’être orchestrées par le musicien lui-même.

L’écriture de ces danses a été inspirée au compositeur par les Danses hongroises de Johannes Brahms sur une suggestion de Fritz Simrock, éditeur de ce dernier. Dvořák a lui-même orchestré cinq des danses brahmsiennes.

Le musicien tchèque s’est, à de nombreuses reprises, inspiré des musiques folkloriques de son pays ou d’autres régions. Il avait en particulier écrit des Danses écossaises en 1877. Ses Danses slaves ne sont cependant pas de simples transcriptions, comme l’avait pu faire Brahms pour certaines des premières Danses hongroises. De plus, contrairement à ce dernier, Dvořák s’est chargé intégralement de leur orchestration.

Cette inspiration slave est relativement nouvelle, par rapport à la musique hongroise, déjà représentée par Brahms, Franz Liszt et même Hector Berlioz (Marche hongroise).

Crédit photo : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Rennes. Le député Mustapha Laabid (LREM) définitivement condamné pour abus de confiance

Le député de la première circonscription d'Ille-et-Vilaine Mustapha Laabid (LREM) a été définitivement condamné par la Cour de cassation....

Non, Alice Coffin n’a pas été agressée : la preuve en vidéo

La conférence d’Alice Coffin à la Friche Lucien, à Rouen, mercredi soir 16 juin 2021, a été animée :...

Articles liés