Pour le Professeur Raoult nous vivons « dans une société d’obèses » régie par une « émotion disproportionnée ».

A LA UNE

Invité jeudi 28 janvier sur les antennes de Radio Classique, en partenariat avec Le Figaro, le professeur Didier Raoult s’est élevé contre les restrictions sanitaires actuellement débattues au sein de l’exécutif. Et ce dernier n’use pas, comme les politiciens, de langue de bois.

Pour le Professeur Raoult nous vivons « dans une société d’obèses » régie par une « émotion disproportionnée ».

«On ne va pas proposer à la population de vivre entièrement cloisonnée tout le reste de l’histoire de l’humanité ! (…) C’est mieux de ne pas confiner (les gens), on va rendre tout le monde fou ! Avec le temps, on écrira l’histoire de cette maladie en disant : À l’époque, ils étaient fous. Au lieu de soigner les gens, ils leur disaient de rester chez eux sans se soigner, et c’est l’une des choses les plus étranges de l’histoire des pays modernes »

Sur le site du Figaro, on peut lire les propos rapportés :

«Deux facteurs» expliquent les chiffres actuels, selon Didier Raoult : d’abord, «l’obésité. On vit dans une société d’obèses (…) le vrai point de lutte c’est contre l’obésité et la consommation de boisson sucrée», a insisté le professeur. Ensuite, «l’âge» : «La mortalité actuelle c’est 81 ans de moyenne d’âge. (Le Covid) ne va pas changer l’espérance de vie.» Dans son dernier rapport, l’Insee explique pourtant que la pandémie a fait perdre 0,4 an d’espérance de vie aux femmes et 0,5 an aux hommes en 2020. «Si je regarde les gens qui ont moins de 65 ans, soit ils sont morts avec le Covid et pas du Covid, soit ils avaient des facteurs de risque associés, comme des cancers métastasés», avance Didier Raoult.

Pour écouter l’intégralité de son intervention, c’est ici.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Belgique. À Bruxelles, 76 % des jeunes musulmans s’identifient avant tout au « Monde islamique » mais s’estiment « chez eux »

Une étude menée à Bruxelles auprès d'un jeune public composé majoritairement de musulmans révèle que ces derniers s'identifient avant...

Et si les Européens n’étaient pas les premiers à avoir poser le pied sur les îles Malouines ?

Depuis leur première observation par des explorateurs européens dans les années 1600, les scientifiques et les historiens pensent que...

Articles liés