Washington utilise la Norvège pour accroître sa présence dans l’Arctique

A LA UNE

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

Washington avance en Europe du Nord. L’armée de l’air américaine envoie ses bombardiers B-1B en Norvège pour la première fois. Ce serait un signal pour Moscou que Washington est prêt à défendre ses alliés dans la région arctique, suite au récit d’une « menace russe imminente« , qui, en fait, n’est rien d’autre qu’une excuse pour les États-Unis d’avancer dans l’Arctique.

Les bombardiers stratégiques américains B-1B Lancer commenceront leurs premières missions dans la région dans les trois prochaines semaines. Ils voleront dans l’espace aérien international au-delà du cercle arctique et sur la côte nord-ouest de la Russie, comme prévu, compte tenu de la tendance américaine à étendre de plus en plus sa présence le long de toute la frontière russe. En outre, le pays scandinave accueillera environ 200 militaires de l’armée de l’air américaine de la base de Dyess au Texas.

Bien que les États-Unis augmentent depuis longtemps leur présence dans l’Arctique, ces manœuvres indiquent un progrès encore plus significatif en ce sens, puisque les troupes sont dirigées vers une région beaucoup plus proche de la Russie, dans le nord de la Norvège, ce qui modifie l’orientation des opérations menées jusqu’alors – qui visaient simplement à accroître les effectifs militaires américains dans la zone arctique. Les activités de l’OTAN sont en hausse en Norvège depuis quelques années, avec l’augmentation progressive du nombre de troupes et d’équipements américains dans le pays, mais les opérations de l’alliance militaire occidentale dans la région ne constituaient pas auparavant une menace réelle pour la Russie, car elles n’étaient pas axées sur l’utilisation de bombardiers près des côtes russes, comme c’est le cas actuellement.

L’objectif clair est de démontrer la capacité américaine à agir dans la zone nord-européenne en cas de nécessité d’une réponse rapide à une attaque russe. Cela répond à une demande récente de certaines nations de cette région pour une plus grande protection. Ces dernières années, avec Trump, ces pays ont montré une plus grande préoccupation pour leur sécurité, étant donné le déclin américain, qui a conduit certains de ces pays à chercher des réponses autonomes, comme la récente militarisation de la Suède, par exemple. Avec Biden, on s’attendait déjà à ce que des mesures plus efficaces soient prises pour satisfaire la recherche d’une « plus grande sécurité » de ces pays.

Les gouvernements d’Europe du Nord croient en une menace russe, ce qui montre à quel point ils sont imprégnés du discours fallacieux de l’OTAN. Dans l’incapacité militaire d’affronter l’une ou l’autre partie dans un grand conflit, ils cherchent à se soumettre aux intérêts d’une partie et à concéder leurs territoires à l’occupation étrangère en échange d’une « protection » – ce qui est, en fait, une erreur stratégique majeure. Les Scandinaves pensent qu’ils sont plus en sécurité avec plus de soldats américains sur leurs territoires, mais ils sont plus vulnérables.

S’il n’y a pas aujourd’hui de réelle menace russe – compte tenu du fait que Moscou n’investit pas dans des manoeuvres militaires agressives et ne maintient pas une politique étrangère hostile avec les nations de la région – avec l’augmentation exponentielle de l’hostilité américaine et, compte tenu de la coopération des gouvernements européens pour cela, il est possible que l’attitude russe change et que la région devienne réellement le théâtre de tensions et de conflits dans un avenir proche.

De la part des États-Unis, les incursions dans le giron de la Russie ne font qu’augmenter. À plusieurs reprises, M. Biden a montré qu’il était prêt à aborder Moscou plus durement que son prédécesseur, en détournant l’attention des Américains d’un affrontement commercial contre la Chine à un affrontement militaire contre la Russie – en reprenant l’ancienne politique étrangère née durant la guerre froide. Cela inclut sans aucun doute des activités plus intenses dans l’Arctique.

Le Pentagone accuse Moscou d’essayer de militariser l’Arctique afin de monopoliser l’exploration des ressources naturelles de la région et d’entraver la navigation. En fait, l’Arctique a toujours été une priorité pour la Russie, contrairement à Washington qui, pendant des décennies, a ignoré l’importance stratégique de la région. La Russie n’a pas soudainement investi dans la militarisation de l’Arctique pour contrôler ses ressources, mais elle participe davantage à l’exploration de la région en raison d’un long processus historique de présence constante dans la zone polaire.

Depuis des années, une partie importante du PIB russe dépend des hydrocarbures produits dans le cercle arctique, par exemple. Il est évident que pour assurer la sécurité de l’exploration de la région, un appareil militaire efficace est nécessaire, mais cela n’a jamais signifié une quelconque forme d’hostilité envers les pays voisins ou même envers les forces de l’OTAN à proximité. En fin de compte, ce n’est pas la Russie qui investit dans le contrôle de l’Arctique par la force militaire, mais les États-Unis qui, par la force militaire, veulent prendre de l’espace dans une région qui appartient historiquement à la zone d’influence russe.

Si la Norvège voulait adopter une réelle politique neutre et pacifiste, elle opposerait son veto à l’augmentation des troupes étrangères sur son territoire et refuserait de collaborer aux plans américains de conquête de l’Arctique.

Lucas Leiroz (traduction www.breizh-info.com depuis Infobrics)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Terrorisme, la menace sans fin. Nouveau numéro de la revue Conflits

C'est un sujet particulièrement d'actualité que traite la revue de Géopolitique Conflits, ce mois-ci. Avec un dossier consacré au...

Religion au travail. Une étude de l’Institut Montaigne montre la pression des revendications liées à l’Islam

Une étude publiée ce jeudi par l’Institut Montaigne constate une hausse des comportements qualifiés de “rigoristes” religieux en entreprise,...

3 Commentaires

  1. « Si la Norvège voulait adopter une réelle politique neutre et pacifiste, elle opposerait son veto à l’augmentation des troupes étrangères sur son territoire et refuserait de collaborer aux plans américains de conquête de l’Arctique. » Angélisme… Si la Russie, qui est tout de même un pays occidental donc un pays frère, était un pays honnête, sans empoisonnement des opposants par Novitchok, sans occupation militaire de la Crimée, sans soutien occulte aux pays dangereux pour la paix mondiale, sans escalade constante de ses moyens militaires (missiles hypersoniques), tout cela dirigé contre l’Occident et non contre les ennemis de l’Occident, alors oui elle mériterait le respect et on pourrait croire à son pacifisme.

    Ce n’est pas le cas.

    • Monsieur de Lespinay, vous êtes bien naïf de croire le bobard du Novitchok, que les Russes sont loin d’être les seuls à posséder. Le fameux Navalny n’est pas un opposant crédible pour Poutine. Un empoisonnement si habilement manqué ne peut que le renforcer avec une médiatisation internationale. Mais vous ne semblez connaître la Russie que par la Pravda française. Pour ce qui est de la Crimée, renseignez-vous sur qui a provoqué et financé Maïdan, qui a provoqué la partition de l’Ukraine. Ce n’est certainement pas les Russes que ça n’arrange pas. Avec un peu de profondeur stratégique, vous sauriez que le coeur de la politique américaine en Europe est la division entre l’est et l’ouest, afin de faire pièce à cet immense espace géostratégique.
      Enfin, pour ce qui est du soutien d’ennemis de la paix, vous êtes mal placés pour parler d’angélisme. Les Etats-Unis ne font pas que soutenir des ennemis de la paix: ils le sont. Comptez un peu les guerres qu’ils ont provoquées ou menées depuis 50ans. Observez les millions de mort qui pourrissent sous leur paix.
      Et arrêtez de faire rigoler tout le monde avec l’escalade des moyens militaires. Les US sont les premiers dans le genre, et une puissance qui ne participe pas à cette course est immédiatement supprimée du jeu. Regardez les discours anti-russes des membres de l’OTAN, les manoeuvres dans leurs zones frontières et la prolifération des bases US autour de la Russie depuis 30 ans et demandez-vous qui est agressif avec qui. Rangez vos Bisounours abreuvés de politiquement correct quand vous envoyez un commentaire. Au-delà de toute poutinolâtrie, un peu de réalisme serait de bon ton.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Terrorisme, la menace sans fin. Nouveau numéro de la revue Conflits

C'est un sujet particulièrement d'actualité que traite la revue de Géopolitique Conflits, ce mois-ci. Avec un dossier consacré au Terrorisme, cette menace sans fin,...

Religion au travail. Une étude de l’Institut Montaigne montre la pression des revendications liées à l’Islam

Une étude publiée ce jeudi par l’Institut Montaigne constate une hausse des comportements qualifiés de “rigoristes” religieux en entreprise, avec une ampleur significative des...

Avignon. Un policier tué par balles par un dealer

Un policier a été tué dans le centre-ville d’Avignon (Vaucluse) lors d’une opération antidrogue, mercredi 5 mai, dans l’après-midi. La victime était père de...

Météo. Un début d’été tempéré mais trop sec en Bretagne ?

Un début d'été tempéré et sec, voilà à quoi pourrait ressembler le temps en Bretagne au cours des trois prochains mois. Les dernières prévisions...