Hôpital de Quimper : pas si CHIC que ça

A LA UNE

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

La chambre régionale des comptes (CRC) de Bretagne a passé au peigne fin les comptes du Centre hospitalier intercommunal de Cornouaille (CHIC) pour les années 2015-2019. Elle vient de publier ses observations. L’idée que la santé doit obéir à certains principes de gestion agace toujours. Mais si on le dit dans l’autre sens (« la santé doit pouvoir être gérée n’importe commen ») on n’est plus si sûr.

Le navire amiral du CHIC, c’est bien sûr l’hôpital Laënnec de Quimper, mais aussi l’hôpital du Porzou à Concarneau et quelques établissements pour personnes âgées dépendantes. Au total, 1 270 lits et 175 places pour près de 3 000 salariés. Bonne productivité, recettes satisfaisantes, activité ambulatoire en progrès, fidélité du personnel supérieure à la moyenne : tout va donc bien ? Non. les parts de marché « s’effritent » et l’hôpital a connu une « dégradation préoccupante » en 2019.

Vers un projet d’établissement

L’origine de la première évolution est claire : moyennement satisfaite, une clientèle croissante préfère se tourner vers les cliniques privées quimpéroises. L’ouverture d’une clinique toute neuve ne va pas arranger les choses. La seconde évolution résulte d’un recrutement accéléré de médecins en 2019. De plus, le coût moyen par médecin est « supérieur de 14 % à la moyenne des établissements en médecine ». D’où « une croissance importante des charges courantes et de la masse salariale sans rapport avec l’augmentation de l’activité ».

Le CHIC ne pourra donc continuer à vivre sur sa lancée. Or il s’est dispensé ces dernières années d’établir un projet d’établissement, pourtant imposé par la loi. C’est même le premier souci de la CRC : « dans un contexte de concurrence probablement plus aiguë à l’avenir […] l’absence de document stratégique paraît handicapant pour positionner l’établissement sur un territoire en évolution ». La première recommandation adressée par la CRC au CHIC est donc de remédier à cette carence.

Illustration : Hôpital Laënnec, Quimper, photo Kergourlay [cc] Wikimedia Commons
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Inquiétude sur la fréquentation du parc Cobac Parc depuis la mise en place du pass sanitaire

Depuis le mercredi 21 juillet, il y a obligation du pass sanitaire dans les lieux de loisirs. C'est le...

Tyrannie sanitaire. Un député dézingue Olivier Véran à l’Assemblée nationale et lui rappelle ce qu’est la démocratie !

Tyrannie sanitaire. Un député dézingue Olivier Véran à l'Assemblée nationale et lui rappelle ce qu'est la démocratie ! https://www.youtube.com/watch?v=nZa7A7nLDWY Photo d’illustration...

Articles liés

Santé. Cliniques privées : des facturations abusives dans un établissement sur deux

Des facturations abusives dans une clinique privée sur deux ? 7 ans après les premières alertes des associations, l’enquête de la DGCCRF montre un...