À Brest, le club d’e-sport attire de nouveaux membres

A LA UNE

Créé il y a un an, l’e-sport club de la ville de Brest a suscité l’engouement d’un nombre grandissant de joueurs. Zoom sur ce club d’un genre nouveau, et sur le phénomène des jeux en ligne.

Brest se dote d’un club d’e-sport

C’est un Brestois de 18 ans, Andy Hamon, qui a eu l’idée de créer un club d’e-sport dans la ville de Brest. Amateur de jeux vidéo depuis longtemps, il a souhaité offrir un point de rassemblement pour les joueurs qui veulent affronter d’autres équipes afin de tenter de remporter des compétitions. Pour l’instant, le club d’e-sport de Brest existe surtout en ligne : les tournois locaux et mondiaux se font ainsi presque exclusivement via des rencontres sur Internet.

Le club d’e-sport, baptisé ESC Brest, a déjà rassemblé une cinquantaine de membres joueurs, et huit personnes chargées de gérer les équipes et tournois. Tout comme pour les sports physiques, les joueurs sont soumis à des plannings d’entraînement réguliers et conseillés par leurs coachs pour progresser match après match.

À l’avenir, une salle d’entraînement pourrait être ouverte à Brest, afin de rassembler physiquement ceux qui communiquent avant tout virtuellement à l’heure actuelle. Sur la cinquantaine de membres, une dizaine seulement sont en effet situés à Brest. Ouvrir une salle « en dur » permettrait donc de recruter davantage dans la ville.

Les portes du club ne sont cependant pas ouvertes à n’importe qui. Les membres sont triés sur le volet, et seuls les meilleurs sont acceptés sur des critères de performance précis. Pour l’instant, une douzaine de jeux sont représentés, dont les plus connus dans le monde de l’e-sport. L’ESC Brest rassemble ainsi des joueurs de FIFA, Fortnite, Call of Duty… ou Rainbow Six Siege, le jeu de prédilection d’Andy Hamon, qui lui a permis de décrocher un championnat d’Europe en 2017.

L’e-sport, un domaine en plein essor

Selon Andy Hamon, le club ne cherche pas uniquement à jouer, mais aussi bien sûr à décrocher les récompenses des tournois d’e-sport, qui peuvent être conséquentes. L’ESC Brest garde ainsi la moitié des gains récoltés par les équipes en cas de victoire. Ceux-ci sont ensuite distribués pour financer les déplacements, le matériel, ou encore les frais d’entrée.

Au-delà de Brest, l’essor de l’e-sport montre que de plus en plus de joueurs sont disposés à affiner leurs techniques et affronter d’autres joueurs, ou l’ordinateur, en espérant décrocher des récompenses. Il faut dire qu’il s’agit d’un marché colossal : il a généré plus d’un milliard de dollars en 2020.

Jouer contre des récompenses : une tendance de fond en 2021

Au-delà de l’e-sport, on assiste à un changement des attitudes des joueurs, qui associent souvent pratique du jeu et possibles gains financiers. C’est bien sûr particulièrement le cas pour les jeux d’argent. Un fournisseur de jeux comme VegasSlotOnline voit ainsi plus d’un million de visiteurs par mois affluer. Ses 10 000 machines à sous attirent les joueurs qui veulent jouer gratuitement, mais aussi ceux qui souhaitent miser de l’argent réel.

La tendance se retrouve également en dehors des jeux d’argent. La percée des « loot boxes » ces dernières années est aussi indicatrice de ce changement. Elles permettent aux joueurs de miser sur des « boîtes » contenant des récompenses aléatoires, puis d’échanger ces dernières contre la monnaie du jeu.

On mentionnera aussi l’essor des « jeux blockchain », qui sont basés sur des cryptomonnaies comme le Bitcoin. Ces jeux sont basés sur des enregistrements d’objets numériques comme des véhicules ou encore des terrains. Ces derniers sont ensuite vendus contre de l’argent réel. C’est le cas par exemple de The Sandbox, un jeu qui propose des terrains virtuels qui partent contre des centaines de milliers de dollars. Les détenteurs de ces terrains peuvent construire de l’immobilier virtuel… Et empocher des récompenses lorsque d’autres joueurs visitent leurs bâtiments.

La monétisation des jeux en ligne est donc bel et bien une tendance de fond. Quant à l’e-sport, il a atteint petit à petit un statut similaire à celui des sports « réels ». On assiste ainsi maintenant à des paris en ligne sur les compétitions internationales. Le club d’e-sport de Brest devrait donc avoir de belles années devant lui…

Cet article n’a pas été rédigé par la rédaction de Breizh-info.com

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

La Cathédrale Saint Basile, icône de la Russie

La cathédrale Saint-Basile a déjà plus de 450 ans et est toujours d’une éblouissante beauté. Elle est le premier...

Tyrannie sanitaire en Loire-Atlantique : malgré le Pass sanitaire, le port du masque à nouveau obligatoire dans les bars et restaurants de 68 communes

Puisqu'on vous dit que le Pass sanitaire est avant tout un outil de contrôle des populations et qu'il ne...

Articles liés