Belgique. Où va le pays?

A LA UNE

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions britanniques Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Où va le pays ? C’est la question que se posent des responsables du Vlaams Belang Bruxelles au sujet de l’avenir de la Belgique, dans une tribune intéressante que nous publions ci-dessous :

Beaucoup d’observateurs de la chose publique en partie francophone du pays, responsables politiques y compris, semblent oublier que la Flandre compte plus d’habitants que la Wallonie et que le poids financier de la charge de l’Etat est très majoritairement payé par les contribuables flamands. C’est ce qui rend l’arrogance des partis politiques francophones insupportable aux électeurs néerlandophones qui veulent une gestion saine et qui ne veulent pas voir leur identité noyée dans un marécage multiculturel. Cet autisme politique francophone aura des conséquences en 2024.

Désormais, le Vlaams Belang se prépare à gouverner au niveau régional flamand. L’histoire montrera que ce n’est pas seulement la volonté autonomiste flamande qui est responsable de l’enterrement de troisième classe des vieilles structures étatiques belges, mais que les politiciens francophones, obtus et calcarisés dans leurs idéologies obsolètes, ont tout autant créé les conditions du divorce.

Personne ne songe à fustiger le peuple Wallon, que du contraire. Mais ce peuple est en état de suggestion. Il est comme hypnotisé par un personnel politique qui n’est pas à la hauteur des enjeux, les résultats des dernières élections le démontrent. Un fait est que, à quelques exceptions assez notables près, les investisseurs industriels préfèrent s’installer en Flandre plutôt qu’en Wallonie pour toute une série de raisons: une meilleure interconnexion du monde de l’entreprise et des universités et des réseaux de formation professionnelle, une fiscalité attractive, une connaissance des langues (français, anglais, allemand, etc…) généralisée même en ce qui concerne le personnel subalterne, des infrastructures hyperperformantes (routes, zonings…), une simplification des contingences administratives, une majorité politique stable clairement orientée en faveur de l’esprit d’entreprise, un taux de jours de grève moyen raisonnable comparativement aux autres régions d’Europe limitrophes, un enseignement performant…

Voilà pourquoi la Flandre est aujourd’hui une des régions les plus prospères d’Europe et que la Wallonie est en queue de peloton. La région Wallonne ne parviendra à décoller que lorsqu’elle s’affranchira des transferts financiers de la Flandre (12 milliards d’euros par an). Tant que les politiciens Wallons peuvent se contenter d’attendre le versement des transferts pour boucler leurs budgets, la situation restera ce qu’elle est. Après une réforme en profondeur des structures de l’Etat et une véritable autonomie fiscale, la Wallonie fera ses choix et devra prendre certaines décisions majeures, probablement impopulaires, pour essayer de rattraper le retard accumulé. C’est la condition de son renouveau et de son avenir. Un avenir fier, digne et prospère. C’est ce que chaque Flamand souhaite à chaque Wallon, en toute fraternité.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

PME de la drogue : un business juteux

La lutte contre le trafic de drogue tient une place majeure dans l'engrenage qui a mené à la mort...

Football. Les supporters de SC Bastia en liesse après le titre de champion de National

Si le Sporting Club bastiais et Queuvilly Rouen Métropole étaient d'ores et déjà assurés de monter en Ligue 2,...

Articles liés

En Belgique, Coronavirus ou pas, les demandes d’asile augmentent

Le nombre de demandes d’asile est à nouveau en hausse en Belgique malgré la crise sanitaire. C’est ce qui ressort des derniers chiffres publiés...

Belgique. Les socialistes demandent l’interdiction d’un mouvement anti-immigration [Vidéo]

Des députés socialistes belges ont déposé une proposition de loi visant à interdire Schild & Vrienden, une organisation de jeunes nationalistes flamands opposés à...

Flandre. Les jeunes du Vlaams Belang demandent la levée du couvre-feu qu’ils jugent « absurde » [Vidéo]

En Flandre, la section jeunesse du Vlaams Belang lance une campagne contre le couvre-feu instauré depuis quatre mois par le gouvernement fédéral. Une mesure...

Belgique. Les jeunes nationalistes flamands de Schild & Vrienden traqués par la justice au nom de l’antiracisme [Vidéo]

En Belgique, neuf militants du mouvement de jeunes nationalistes flamands Schild & Vrienden pourraient être poursuivis sur demande du parquet de Flandre orientale. Leur...