Bertrand Tavernier : la passion créatrice

A LA UNE

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Commençons par une anecdote : l’auteur de ces lignes, animateur d’un ciné-club en province, avait co-organisé un festival Bertrand Tavernier en 2008. S’excusant pour la modestie de l’hébergement hôtelier, il s’était entendu répondre par le cinéaste qu’il aurait pu tout aussi bien se contenter d’un matelas par terre… En revanche, lorsque l’une des bobines de L’Aurore de Murnau se cassa en cours de projection, il entra dans une fureur inquiète, comme si l’un de ses proches venait d’être mutilé. Tout Tavernier figure dans ce récit : une passion viscérale pour le septième art, une culture encyclopédique généreuse et volubile et un enthousiasme inaltéré pour les rencontres et le partage.

Un cinéaste lyonnais

Fils d’un grand résistant gaulliste, René Tavernier, fondateur de la revue Confluence, Bertrand Tavernier, né à Lyon en 1941, vit dans l’ombre du grand homme et n’aura de cesse de s’émanciper de cette tutelle intellectuelle. À cette fin, il opte pour un domaine que son littéraire de père n’a pas investi, à savoir le cinéma. Monté à Paris, il écume très tôt les salles de répertoire et fonde, au tout début des années 60, le Nickel-Odéon, un ciné-club qui met à l’affiche les petits maîtres du cinéma américain, avant de travailler comme assistant pour Melville (qu’il vilipende) ou attaché de presse pour Kubrick (qu’il fustige). Cette fascination pour le cinéma américain le conduira pourtant à ne faire le grand saut transatlantique que pour une seule réalisation : Dans la brume électrique (2009), un polar moite et spiritiste. Français jusqu’aux bout des ongles, Tavernier s’épanouit dans la langue et la culture du pays, comme en témoigne son premier (et peut-être meilleur) film, L’Horloger de Saint-Paul (1974), première collaboration d’une longue série avec Philippe Noiret. Bouchons lyonnais, traboules, déambulations le long de la Saône : rarement décor aura été à ce point accordé au paysage intérieur d’un protagoniste, dont la sécurité affective se fissure brutalement. Il y reviendra pour le très juste et émouvant Une semaine de vacances (1980), autre film de crise.

Engagé mais pas militant

Clairement situé du côté de la gauche humaniste, Tavernier a toujours filmé des êtres, jamais des idées. Qu’il ancre ses intrigues dans le passé (Que la fête commence, 1976, truculent et irrévérencieux, Le Juge et l’assassin, 1979, où Galabru bouleverse dans un rôle tragique, Coup de torchon, 1981, farce anticoloniale acide et jubilatoire, La Passion Béatrice, 1987, La Vie et rien d’autre, 1990, sur la quête fiévreuse du Soldat inconnu, Capitaine Conan, 1994, La Princesse de Montpensier, 2010, et surtout son chef-d’œuvre : Un dimanche à la campagne, 1984, méditation douce-amère sur les promesses et déceptions d’une vie, au seuil de la mort) ou dans l’aridité sociale du monde contemporain (Des Enfants gâtés, 1977, L 627, 1992, Ça commence aujourd’hui, 1999, Holy Lola, 2004), Tavernier montre avant tout des hommes et des femmes confrontés à leurs contradictions, à celles du cadre où ils évoluent, mais ne juge jamais. Sa sympathie va bien sûr aux faibles et aux victimes, mais chez lui même les salauds ont leurs raisons et semblent plus misérables que détestables.

Tavernier est revenu présenter chacun de ses nouveaux films dans mon ciné-club, jusqu’à Quai d’Orsay (2013), une incursion très réussie dans le domaine de la comédie. Semblable aux paysans pudiques qui ne saluent pas d’un : « Comment vas-tu ? » mais commentent la couleur du ciel et la forme des nuages, Tavernier débutait chaque rencontre par : « Quels films avez-vous vu récemment ? » : la civilité d’un grand artiste.

Sévérac

Crédit photo : Andy Miah/Wikimedia (cc)

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Louis de Raguenel (Europe 1) : « Le vaccin que l’on se fait injecter […] ne sera sans doute plus efficace face aux nouveaux...

Sur le plateau de LCI lundi 26 juillet, Louis de Raguenel, chef du service politique adjoint à Europe 1,...

Contre le Pass sanitaire. Manifestation à Saint-Brieuc le samedi 31 Juillet à 14H

A Saint-Brieuc comme partout en dans le reste de la Bretagne et en France, la manifestation du 24 juillet...

Articles liés