A Rennes, toujours pas d’arme pour la Police municipale mais une « concertation citoyenne »

A LA UNE

A Rennes, toujours pas d’arme pour la Police municipale malgré les risques pris mais une (ne riez pas) « concertation citoyenne » à venir au sujet de l’insécurité croissante.

Lors d’un conseil municipal qui s’est tenu le 29 mars, la maire Nathalie Appéré a confirmé qu’il n y aurait aucun changement dans la politique menée par la municipalité concernant la sécurité et sa police municipale. Une maire totalement aveuglée idéologiquement, férue de « médiateurs sociaux » équivalent des « grandes frères » témoins pourtant de l’échec des politiques de la ville depuis des décennies. Arrosage de subventions aux associations, travailleurs sociaux, mais surtout pas d’armes pour les policiers municipaux qui en réclament pourtant, leur grève récente s’étant soldée par une fin de non recevoir de la part de la municipalité.

Seuls décisions prises, le recrutement de quarante policiers municipaux supplémentaires. Vingt cette année, vingt en 2022. Les premiers d’entre-eux seront présents sur le terrain, dès le 1er avril, mais désarmés, on ne voit pas bien à quoi ils vont servir face à des gangs qui se structurent.

La maire et Sébastien Sémeril, le chef de file du groupe socialiste, ont également précisé que la « concertation citoyenne » portant sur le « livre blanc de la Ville en matière de lutte contre la délinquance » se tiendrait, via des ateliers, du 17 au 22 avril.

Alors même que jamais Rennes n’avait connu autant de violences et de trafics, liés aussi à l’installation progressive de nouvelles populations dans la capitale bretonne, le PS sort une « concertation citoyenne ». Les dealers doivent en rigoler. Jusqu’à quand cela va durer ? Difficile de le dire, tant l’opposition municipale dirigée par M. Compagnon ne semble pas bien virulente (et ne nomme surtout pas l’ennemi, et le noeud du problème). En attendant, commerçants et habitants des quartiers populaires vivent, eux, bien souvent, un cauchemar quotidien dans une métropole où finalement, seule une partie de la population, insouciante et/ou pas confrontée aux problèmes qui rongent la cité, applaudit à la politique municipale menée par le PS depuis plusieurs décennies.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Lorient. Un migrant tunisien s’échappe alors qu’il devait être expulsé…il ne sera pas expulsé !

Une nouvelle histoire qui témoigne de la capitulation de la République française sur la question de l'immigration - et...

Présidentielle 2022. Emmanuel Macron donné en tête devant Marine Le Pen et Valérie Pécresse

Dans un peu moins de 3 mois, si le gouvernement actuel ne fausse pas les règles du jeu, la...

Articles liés