Rebellion. Localisme, de l’empire technocratique à la création d’une nouvelle cité

A LA UNE

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

Le 91ème numéro de la revue Rebellion vient de paraitre, avec pour thème central Localisme, de l’empire technocratique à la création d’une nouvelle cité. Retrouvez l’édito et le sommaire ci-dessous

Editorial : abattre le système !

Actualité : Entretien avec Jean-Loup Izambert et Claude Janvier – Le Macronavirus se planque derrière le coronavirus » ( Entretien réalisé par Elisabeth Heine).

Localisme : De l’empire technocratique à la construction de la nouvelle cité. ( Erwan Kolh)

Obéir : les expériences de Stanley Milgram ( Maxence Smaniotto).

Réflexion: Sortons de la caverne ( Camille Mordelynch).

Platon, premier communiste ? ( Camille Mordelynch)

Réenchanter la société par le sacré et les mythes ( Holy Mane).

Culture : Entretien avec Pierric Guittaut : le polar à l’état sauvage.

Entretien avec Michel Marmin : Cinéphile vagabond.

La longue chevauchée d’Ungern Khan ( Maxence Smaniotto).

Pierre Gillieth ou le plaisir au bout des idées ( Michel Marmin).

Pour vous abonner, c’est ici

Edito : Abattre le système !

Un spectre hante l’Europe, le spectre du retour des peuples ! Les Européens se retrouvent confronter à une situation inédite depuis plusieurs générations. Une remise en cause du système s’amorce timidement sous les effets de la crise économique, sociale, sanitaire et identitaire que nous traversons. Nous ne sommes qu’au début des bouleversements consécutifs à la faillite du « rêve libéral ». Nous sommes devant un changement d’ére, qui emporte tous les anciens modèles.

Rejeter le Pessimisme

La « civilisation occidentale » qui se meurt ne doit pas nous arracher une seule larme. Ces valeurs marchandes n’ayant jamais été les nôtres, nous laissons à d’autres le soin de pleurer sur son tombeau pour nous consacrer à bâtir des temps nouveaux.

Nous sommes porteurs d’avenir, d’espérance et pour cela nous rejetons la culture du pessimisme très fréquente dans la sphère dissidente. Avec son enfermement dans un passé mythifié et son attentisme devant les événements, cette attitude stérile doit être combattue par l’affirmation révolutionnaire de la dimension proprement futuriste de notre lutte. On ne construit pas les civilisations sur des nostalgies. Si nous n’oublions pas le passé nous ne lui sacrifions pas le futur.

Nous sommes trop jeunes pour attendre le Kali Yuga dans un réduit. La convergence des catastrophes n’est nullement certaine, le système ayant plusieurs fois montré sa capacité de se sortir de ses contradictions. L’actuelle tentative de « grande réinitialisation«  et les mesures prises sous le prétexte « sanitaire » nous montre sa capacité de mutation du virus mondialiste. Nous risquons bien de voir ce monstre ce transformer à nouveau. Nous assistons actuellement à un pourrissement de la situation qui se poursuivra tant qu’aucunes forces ne viendra l’arrêter. Il peut y avoir des secousses sociales, des révoltes populaires comme des raz de marée populiste, mais qui demeureront inefficace tant que rien ne vient les canaliser vers une orientation révolutionnaire. Il est temps de comprendre que ce n’est pas de Mormons survivalistes que l’Europe a besoin, mais de combattants politiques qui ne laisseront pas les événements agir seuls. Ils essaieront, au contraire, de faire naître un esprit nouveau en Europe. Le changement révolutionnaire ne suivra pas un calendrier strict et aucun scénario ne devant être écarté, chacun devant se tenir prêt à toutes les situations.

Le pays vit et lutte au présent

Commémorer les dates importantes du mouvement révolutionnaire , ne remplace pas un programme social clair pour les travailleurs européens d’aujourd’hui. La connaissance de la réalité sociale de notre époque est primordiale. Elle n’est plus celle que nos parents ont vécu. Notre analyse du Capitalisme doit, pour ne pas être périmée, être basée sur l’observation de la société.

Dans le domaine social, les beaux discours ne servent à rien, il faut agir concrètement. Le Socialiste Révolutionnaire Européen doit être dans le peuple comme un poisson dans l’eau. Ne jamais oublier que la ligne de front de notre combat passe par les cages d’escaliers des HLM, par les champs de nos terroirs et les rond-points entre le supermarché et l’autoroute. Un lien charnel nous unit à la cause du peuple; nous partageons ses revendications et ses exigences cars nous sommes issus de ce peuple de prolétaires et de précaires.

Nous avons comme devoir d’être les défenseurs de notre peuple en étant présents sur le terrain, ne laissant pas les sociaux traitres et autres gauchistes manipuler et utiliser la détresse de nos compatriotes. L’enracinement dans la population doit se faire en répondant aux attentes populaires, sans sombrer dans la démagogie, et en entreprenant une éducation politique des masses par l’exemple, II faut qu’elle se rende compte de la faillite du Système, de la perte de légitimité d’un Etal incapable d’assurer un travail, la santé, l’éducation et la sécurité au citoyen.

Le Socialisme du XXI siècle en Europe

Les changements radicaux que nous souhaitons arriveront qu’après la mort de la dictature du Capitalisme. Elle façonne dans son stade actuel de développement l’ensemble des secteurs de la société. La mondialisation des marchés, la globalisation économique et la diffusion d’un modèle culturel unique sont les conséquences d’une logique d’expansion et de domination d’un système qui repose sur l’exploitation des ressources naturelles et des hommes.

Le monde créé par le Capitalisme voue notre Europe à la mort. Proposer une autre voie économique, sociale et culturelle est essentiel pour débuter une refonte de la société. Le Socialisme du XXI siècle n’est pas un bureaucratisme étatique, mais la garantie pour les travailleurs de conditions de travail et de vie dignes. Libérer la société de l’emprise des impératifs de production et de consommation aurait comme conséquence une approche nouvelle de la vie, qui ne serait plus une course effrénée aux profits et aux bonheurs artificiels. C’est mettre en avant l’esprit de communauté et d’autonomie.

Le défis de Rébellion est de vous livrer à chaque livraison des éléments de réflexions nouveaux, des pistes de recherches et des orientations claires dans la construction d’une théorie révolutionnaire pour notre lutte. C’est notre spécificité et notre raison d’être en tant que revue, nous ne sacrifirons jamais cette objectif qui nous permette d’être un point de repaires dans la confusion intellectuelle de ce monde moderne finissant.

Nous insistons aussi sur la dimension proprement européenne de notre démarche. Nous menons une lutte de libération nationale et de construction du socialisme qui à pour cadre l’Europe, il est donc important de tisser des liens avec les forces qui poursuivent ce but sur le continent.

Comme l’écrivait Ezra Pound, « Si un homme n’est pas disposé à prendre des risques pour ses idées, soit ses idées ne valent rien, soit c’est lui qui ne vaut rien. » Il faut adopter cette logique de combat et être imperméable à toutes compromissions, moyennement quoi nous gagerons du terrain dans notre lutte. Nous n’arriverons à vaincre qu’en remettant perpétuellement en question ce qui nous semble acquis et en étant prêts à saisir toutes les possibilités que l’Histoire nous donnera.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Les Parisiens face à l’insécurité : micro-trottoir

Prévention ou répression ? Voilà la question que l'Institut pour la Justice a posé aux habitants des 18 et...

Vaccins : bientôt la levée des brevets ?

Au sommaire de cette dernière édition de la semaine : la levée des brevets protégeant les vaccins anti-Covid. Le président...

Articles liés

Terrorisme, la menace sans fin. Nouveau numéro de la revue Conflits

C'est un sujet particulièrement d'actualité que traite la revue de Géopolitique Conflits, ce mois-ci. Avec un dossier consacré au Terrorisme, cette menace sans fin,...

Pour le « ministre de l’antiracisme » Éric Dupont-Moretti, le localisme peut conduire au racisme [Vidéo]

Interrogé le 9 mars sur les propositions environnementales du Rassemblement national, le garde des Sceaux Éric Dupont-Moretti a critiqué le localisme prôné par Marine...

War raok n°60 : A temps de guerre, valeurs de combat

Le 60ème numéro de la revue War raok vient de sortir. Voici ci-dessous l'éditorial et le sommaire de la revue. Pour vous abonner c'est ici Toute...

L’animal est-il une personne ? Le 188ème numéro de la revue Eléments est sorti

Le 188ème numéro de la revue Eléments est sorti avec pour thème central : « L'animal est-il une personne ? ». Pour l'acheter, c'est...